Entretiens EPL Football Les News — 31 août 2013

La Premier League possède un nouveau visage, une nouvelle incarnation : Messaoud Benterki. Après quatre ans à la présentation de Jour de Foot, il apporte son style et sa patte au championnat phare de Canal+Sport, la spectaculaire Premier League. Quel moment plus propice que le Super Sunday et ce Liverpool – Manchester United pour le découvrir et marquer le retour de « l’affiche anglaise » ?

Dimanche à 14h30 sur les antennes de Canal+Sport, le choc entre Liverpool et Manchester United commenté par Denis Jobard et Marc Keller. Plus tard dans l’après-midi, à 17h, Stéphane Guy et Marcel Desailly vous feront vivre le derby londonien Arsenal – Tottenham.

Messaoud, après quatre années aux commandes de Jour de Foot (2009-2013), tu égales Hervé Mathoux au palmarès (1998-2002).

Si on devait tirer un bilan, il serait évidemment très positif. C’est une vraie fierté d’avoir égalé quelqu’un comme Hervé. Je me souviens lors de mon arrivée, on me questionnait pour savoir si je n’avais pas peur de présenter Jour de Foot, une émission qui dévore les présentateurs, etc… Et puis c’était également une véritable surprise à l’époque, je débarquais d’Infosport et la direction de Canal+ avait fait un sacré pari en me nommant à Jour de Foot. Hervé, je l’ai toujours dit, c’est un modèle et une référence absolue. Je suis vraiment fier d’avoir pu durer comme lui.

De monsieur Ligue 1, tu passes à Mister Premier League avec les émissions The Specialists et Match of Ze Day. Un sacré challenge ?

Effectivement c’est un beau défi. Pour être honnête, c’était un peu bizarre de ne plus traiter la Ligue 1. Quatre ans ça marque et je baignais dedans depuis très longtemps. Basculer sur le football anglais c’est du changement. La Premier League est un championnat tellement spectaculaire, tellement bien réalisé et orchestré… En faire le championnat phare de Canal+Sport, c’est un sacré challenge.

Dans une récente interview accordée à EPL, le patron des Sports Cyril Linette affirmait vouloir réaliser une émission « à l’image de ce que peuvent faire les Américains ».

C’est exactement ça, un show à l’américaine. Je suis en phase complète avec cette orientation, elle doit être l’ADN d’une chaîne comme Canal+Sport qui a décidé de faire de la Premier League son championnat phare. Le week-end, ce sera du live et des news. Nous avons la chance de détenir les droits, le week-end sera rythmé avec des reportages, des infos en direct, des lives… à l’américaine, ils savent faire ! Ce n’est pas ma manière de travailler qui va changer mais le sujet. Je dois effectuer une replongée très précise dans ce championnat alors que j’avais un certain regard distancé. C’est une mise à jour complète à faire et c’est normal. Une situation similaire à Stéphane Guy lorsqu’il a basculé pour la Ligue 1.

Et un nouveau duo avec David Astorga.

On communique beaucoup avec David, les tranches horaires sont assez longues. C’est des discussions avant pour préparer et pendant évidemment. On souhaite proposer aux téléspectateurs du rythme, une certaine dynamique avec vrai duo. La coordination est importante pour que le rendu soit fluide. C’est un bon début, nous devons encore apprendre à se connaître et travailler ensemble.

Niveau vestimentaire, on reste dans le costume noir sobre ou façon Darren Tulett ?

La seule chose que je n’emprunterais pas à Darren Tulett, ce sont ses costumes ! Je peux vous rassurer il restera avec son style et moi le mien (rires) !

Une nouvelle dynamique de la chaîne pour une nouvelle saison de Premier League qui semble beaucoup plus indécise que les précédentes années !

Tous les spécialistes affirmaient qu’elle serait ouverte cette saison. Les deux premières journées ont conforté cette idée. Et c’est tant mieux car tout championnat, aussi spectaculaire soit-il, doit posséder une forme de suspense. C’est l’essence même du sport. On dénombre beaucoup de prétendants entre les gros et bien sur une ou deux surprises. Il y a aussi des feuilletons nouveaux qui se créent. David Moyes qui succède à Sir Alex Ferguson à United, le retour de Mourinho à Chelsea, Wenger chahuté de toutes parts, Pellegrini à City qui aime le jeu et qui s’est aperçu que ça n’allait pas être facile, comme cette dernière journée à Cardiff (3-2).

C’est vraiment mon coup de coeur cette formation, tu te prends rapidement au jeu. Durant toute la préparation de l’avant-match on se demandait si City allait cartonner mettre… aller je le dis, une nouvelle branlée et finalement on bascule sur Cardiff. Sur l’ambiance et l’émotion de la rencontre. On découvre des choses nouvelles, il n’y a pas de petites histoires en Angleterre, tout est fait pour que le feuilleton soit beau.

Tu parlais de David Moyes, c’est un peu le Messaoud Benterki de United finalement… Nouvelle saison, nouveau cycle !

Je lui souhaite bon courage vraiment… Sa mission est compliquée. Être le premier à passer après un monument tel que Sir Alex, il faut être solide. Après, il a quand même de quoi faire et ne part pas de rien. S’il parvient à succéder à Ferguson et obtenir un titre, chapeau. On a également l’impression que tout est fait pour que ce soit compliqué pour lui.

Le cas Wayne Rooney par exemple ?

Rooney, c’est sa première boulette à mon sens. C’est dans ce genre de situation que tu prends conscience du cap franchi. D’un club normal entre guillemets à un club planétaire.. Tu ne peux pas débarquer à Manchester et en guise de première déclaration, affirmer que Wayne Rooney est un second choix. Mourinho, malin comme il est, a bien utilisé cette erreur. Moyes s’est crée lui-même ce feuilleton. Il apprend mais il faut le remercier . Le feuilleton a nourri les médias tout l’été !

A l’inverse, celui de Luis Suarez à Liverpool semble avoir été mieux géré ?

Je ne sais pas si c’est mieux géré en revanche, ça me rassure sur Liverpool et cette dimension d’institution. L’affaire Suarez est symbolique d’un club, une véritable institution qui sait se faire respecter. C’est le club qui gagne contre un joueur désireux de partir. C’est remarquable et c’est ce qui peut nous manquer en France, d’avoir des clubs qui relèvent de la grande institution comme ça. Tu te plies à celle-ci, tu respectes ton contrat, tu te tais et tu restes.

Une affaire marquée par la fermeté de Brendan Rodgers. Un entraîneur fascinant ?

Au départ pour moi, Brendan Rodgers c’était la belle histoire du gars qui maintient Swansea. Mais petit à petit, je découvre ses méthodes, le personnage. Sur ce que je perçois, je pense qu’il a tout pour être l’homme qui relance Liverpool. Il possède une certaine ténacité, du caractère, une vision.

Le club a envie de lui laisser le temps et apprend de ses erreurs passées depuis Benitez. Conserver Luis Suarez, c’est envoyer un signe fort au manager, prouver que tu lui donnes les moyens de ses ambitions. Steven Gerrard à l’air d’être revenu au top niveau, ajouté à la réputation de Rodgers qui fait confiance aux jeunes, tout colle pour que l’aventure dure et soit une réussite. Ce serait formidable.

Il y a déjà plus d’un an et demi, Stéphane Guy nous expliquait à merveille « la plus grande rivalité » d’Angleterre entre Liverpool et Manchester United sur EPL. Pour toi aussi, ce match est l’un des plus excitants en Premier League ?

Sincèrement, j’étais moins dans le détail de cette immense rivalité. Un peu comme les abonnés je me fonds dans ces petites histoires qui font la grandeur de ces matches. Évidemment, c’est un match à part. Dimanche, il y aura d’autres rencontres avec certaines rivalités comme Arsenal – Tottenham (17h). L’accent sera mis sur Liverpool – United dès samedi avec la présence de Denis Jobard à Anfield.

Messaoud, pour finir, chaque Français possède une petite préférence en Premier League. Et toi ?

Liverpool. C’est mon premier souvenir un peu précis de foot anglais. De mémoire je citerais Ian Rush ou encore John Barnes. Un joueur qui me plaisait bien, Jan Molby. Je le trouvais assez gros (rires) mais c’était un super footballeur, il avait l’air de n’être jamais en forme, jamais affuté… Puis il y a eu Steve McManaman et Robbie Fowler… j’ai eu un coup de coeur pour ces deux-là. Puis forcément, Steven Gerrard, mon joueur préféré, cette finale de 2005 face au Milan AC… Liverpool en C1 ce serait beau à vivre et puis s’ils sont sacrés champions, c’est jour de folie !

Propos recueillis en exclusivité par Steeven Devos pour En Pleine Lucarne

Share

About Author

steevendevos

(4) Readers Comments

  1. Merci pour l’interview.

    Perso, j’ai du mal avec Messaoud Benterki. Il est un peu « lent ». Mais bon les goûts et les couleurs….
    Sur le fond, reste à voir si la stratégie de C+ sur la PL sera payant. Cela peut ressembler aussi a du remplissage afin de colmater le perte de droits.

    • C’est clairement du remplissage ! Canal insiste sur le fait que proposer la PL est un immense privilège mais ils la diffusait avant aussi sauf que il n’y avait pas besoin de la vendre à ce point.

      Ps: Quel boulet ce Messaoud… Quant à Astorga… No comment.

  2. Hop ! Merci Marc ;)

  3. « C’est dans ce genre de situation que tu prends conscience du cap franchit. » (franchi) ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>