Entretiens EPL Les News — 19 juillet 2013

Vous le savez, Infosport + a fêté ses 15 ans il y a quelques jours. L’occasion pour nous de rencontrer Sonia Carneiro, devenue cette saison un des visages identifiés de la chaîne d’information sportive du groupe Canal+. Elle travaille notamment sur les Décodeurs et la Matinale Sport. Entretien découverte avec un nouveau jeune talent.

Quel bilan tires-tu de ta saison sur Infosport+ ?

Elle a été intense ! D’octobre à maintenant, j’ai énormément appris. Je pense que ma marge de progression est énorme, donc elle a été très enrichissante.

Comment es-tu arrivée sur la chaîne ?

J’ai postulé en juin 2012 au desk, donc j’ai eu la chance de pouvoir commencer à faire des sujets en juillet. En septembre, Jean-Philippe Goron (le directeur de la rédaction d’Infosport+, ndlr) a annoncé aux journalistes de la rédaction qu’il cherchait de nouveaux visages pour la Matinale Sport. Il a donc fait passer des tests à certaines d’entre nous, et finalement il en a retenu deux 3 semaines plus tard : Gersande Diart (qui est finalement partie travailler en exclusivité pour RMC Sport) et moi. Nous sommes donc venues nous ajouter à Perrine Storme, Anne-Laure Salvatico étant revenue à cette case plus tard dans la saison.

Le format de cette matinale a encore évolué cette saison.

Oui, et pour moi  dans le bon sens. La formule avec présentateur assis avait parfois un aspect un peu monotone. Maintenant, on n’est pas révolutionnaires non plus. Mais je trouve que la Matinale Sport est désormais un peu plus dynamique et que l’utilisation du portefeuille de droits du groupe est dès lors plus efficace. Je suis plus à l’aise dans ce dispositif, aussi.

En plus tu arrives au bon moment ! Comme le présentateur évolue régulièrement, vous pouvez chacun(e) faire vos preuves. Certains n’ont pas eu cette chance.

C’est clair que j’ai eu l’opportunité de faire de la présentation assez vite ! C’est vraiment un excellent exercice. Ma seule crainte, c’est toujours de me tromper dans mes tableaux, cela va tellement vite (rires).

Tu co-présentes désormais aussi les Décodeurs, et Sports Week-End.

Oui. J’ai eu la chance de débuter aux Décodeurs à la fin du mois d’octobre, en même tant qu’au JT. Et pour Sports Week-End, c’est surtout dû au congé maternité de Marina Lorenzo, qui est intervenu au début du mois d’avril. Grosse machine, avec les débriefs Ligue 1,  les avants-matches, etc. Le fait de toucher à tout, c’est un plus incontestable, et en ce sens Infosport+ est une belle expérience pour moi.

Quel a été ton parcours ?

Je suis diplômée de l’ESJ, où j’ai réussi le concours d’entrée sans trop d’encombres, à ma grande surprise. Parallèlement à cela, j’ai pu débuter à 18 ans au journal l’Équipe. J’y ai fait des tests dans le but d’entrer au service football…pour finir à l’omnisport : j’ai travaillé sur les résumés de matches, et les statistiques qui vont avec. Je travaillais donc le samedi soir de 20h à 1h du matin. J’avais d’ailleurs parfois des semaines assez chargées. A un moment donné, je cumulais le samedi en journée avec un stage que j’effectuais dans le cadre des mes études.  A… Cosmopolitan où je tenais une mini-rubrique ! J’y ai pigé deux ans ensuite, puis j’ai arrêté car je savais très bien que je ne voulais pas m’orienter vers cette voie-là.

L’année d’après, j’ai pu bosser pour RMC Sport, à l’occasion de la Coupe du Monde 2010. J’ai surtout été préposée au  site internet, où je travaillais sur les articles et aux résumés de matches. L’année suivante, je suis passée sur Orange Sport Info, où je faisais des sujets et parfois des reportages. C’est de cette manière qu’à mon grand plaisir, je partais parfois tourner des images au Camp des Loges. Mais mon expérience la plus insolite, ce fut à Eurosport en tant que pigiste, où j’ai fait les journaux matinaux d’information mais aussi du commentaire de…snooker, billard, et de golf.

Après mes études, j’ai retravaillé pour Orange, puis Sport365, où je faisais du desk et où j’étais aussi parfois chef d’édition. Je cumulais d’ailleurs en début de saison, jusqu’à ce qu’Infosport+ me demande de travailler en exclusivité pour eux.

Comment as-tu attrapé le virus du sport ?

Mon grand frère est un grand supporter de l’Olympique de Marseille, et plus petite, je me surprenais à jouer au foot avec lui, et par après dans la cour de recréation. J’ai réellement commencé à regarder le sport à la télévision vers 12-13 ans.  En 2003-2004 très précisément, avec la victoire en C1 de Porto (ndlr : Sonia est franco-portugaise) et la finale perdue de l’OM contre Valence en Coupe de l’UEFA. A la maison, on avait forcément beaucoup vibré, et c’est là que j’ai commencé à réfléchir à avoir une orientation professionnelle relative au sport. Même si je me souviens que ma mère était assez désemparée quand j’évoquais le sujet (rires).

J’ai aussi une grande passion pour la Formule 1 : j’étais une fan inconditionnelle de Michael Schumacher à l’époque.

Justement, parlons de Porto et du football portugais. La gestion des clubs de Superliga est réputée exemplaire. Les clubs français pourraient s’en inspirer non ?

Dans un premier temps, le système de la copropriété, propre aux clubs de la péninsule ibérique facilite pas mal de choses, et enrichit pas mal d’agents et de clubs. C’est donc un business qui les arrange aussi. Ce n’est pas autorisé en France, donc c’est déjà une sacrée différence. Il faut également savoir que, du fait de l’absence de DNCG, il n’y a personne pour « contrôler » les finances des clubs. Voilà pourquoi certains sont grandement endettés, et pourquoi certains joueurs et autres employés de clubs ne sont parfois pas payés pendant des mois. S’il y avait une DNCG, cela n’arriverait jamais. Mais, ensuite, il y a aussi la qualité du recrutement…et des recruteurs, qui reste aussi la base de ce succès.

Un jour, Canal avait voulu réaliser un reportage sur ces fameux chasseurs de talent. Mais le club de Pinto Da Costa avait catégoriquement refusé, arguant que c’était chasse gardée ! On se demande toujours aujourd’hui comme ils ont pu trouver Hulk en D2 japonaise… Après, cela aussi a un effet pervers, car Porto ne construit plus d’équipe à long terme. La recherche de bénéfices via la vente de joueurs est même devenue systématique, voire peu abusive. Ce qui fait qu’ils ne jouent plus de rôle déterminant en Ligue des Champions depuis leur victoire de 2004. Peut-être qu’au niveau des recrutements en France, cela peut s’améliorer, et on voit qu’il y a de plus en plus de réseaux sud-américains activés en Ligue 1. Mais la donne est toute même différente.

Revenons à toi : il y a beaucoup plus de passerelles entre les rédactions de Canal+ et d’Infosport+ que par le passé. Tu dois avoir les yeux qui brillent tous les jours…

C’est sûr. C’est clair que côtoyer régulièrement des journalistes confirmés comme Eric Huet, Thomas Guichard, Eric Besnard, voire même Nicolas Tourriol, c’est un plus incontestable. Il est aussi vrai qu’Infosport+ est un peu le centre de formation de la chaîne premium. J’ai les yeux qui brillent tous les jours c’est clair, mais je ne me brusque pas, je suis encore une débutante et je m’applique à faire mon travail au mieux. Après, travailler sur Canal+, c’est le rêve de la plupart des gens dans ce métier, c’est clair.

Ne trouves-tu pas qu’il y aurait la place pour un magazine de foot spécifique à votre chaîne  avec des images ? Les droits des éliminatoires de Coupe du Monde sont très peu exploités dans le groupe par exemple.

Sur Infosport+, on privilégie toujours les grandes affiches, et les images qui ont un sens certain. Infos Ligue 1 par exemple, et les autres émissions marchent très bien, donc c’est suffisant je pense. Après, dans nos rendez-vous d’information, on utilise quand même très régulièrement ces droits-là, quand les grandes nations de football sont concernées.

Tu as déjà fait des plateaux sur Sport+ et Canal+ Sport, comme Anne-Laure Salvatico par exemple ?

Non, comme il y avait un manque certain de présentatrices sur la chaîne d’info sportive , je ne pense pas que c’était à l’ordre du jour. Je ne sais pas si cela a fait l’objet de discussions entre mes supérieurs hiérarchiques, mais je n’ai pas été directement sollicitée. De plus, il y a déjà Ludovic Deroin (qui s’y occupe de Lundi Basket, et du bord terrain des matches de basket, ndlr) & Anne-Laure qui y sont présents.

Tu as un modèle dans le journalisme sportif ?

Actuellement, je dirais Messaoud Benterki car j’aime ce qu’il dégage, son professionnalisme, son aisance et son côté avenant à l’antenne. Et en off, il est juste adorable avec tout le monde. Ce qu’il dégage à l’antenne c’est vraiment ce qu’il est en dehors !

Mais celui qui m’a vraiment donné envie de faire ce boulot, c’est Thierry Gilardi. Il est décédé l’année où je passais mon bac, donc je regrette terriblement de ne pas avoir pu le croiser ultérieurement. J’appréciais beaucoup ce qu’il renvoyait à l’antenne, c’est-à-dire un grand professionnalisme auquel il ajoutait une façon singulière et originale de vivre les matches. Je l’avais d’ailleurs évoqué dans mon discours de fin d’études, en exprimant mon grand regret qu’il ne soit plus là pour que je puisse lui exprimer toute ma gratitude pour m’avoir donnée envie de faire ce métier.

La rentrée sur Infosport + c’est quand ? Et peut-on s’attendre à de nouveaux rendez-vous ?

La rentrée générale de la chaîne c’est le 2 septembre, mais Infosport+ sera bien évidemment présente dès la reprise de la Ligue 1 au mois d’août ! Pour d’éventuels changements dans la grille, on verra. Certainement fin août, après des vacances bien méritées, je pense (rires).

Propos recueillis en exclusivité pour En Pleine Lucarne par Bruno Ahoyo

Share

About Author

Bruno Ahoyo

(9) Readers Comments

  1. bonjour je suis fan de sonia carnero elle est complète elle maîtrise bien ses sujets sur le football ,,

    ne parlons pas de son charme la ,

    je fond complètement aussi , je dis aussi oui en plus de son talent , ah si j’étais plus jeune ,

    pour moi elle est parfaite en tout genre humour simple très mignonne change tout les jours de coiffure j’adore ,
    elle a un sourire envoûtant elle adore rire elle est naturel ,
    toutes lui va elle est formidable a mes yeux elle a tout je vous fais un bisou

    très chère sonia je vous souhaite le meilleur , je serai fier un jour de vous croiser , je vous ambrasse bonne continuation vous aller faire une belle carrière professionnelle

  2. Et bien oui sonia Carneiro est tres jolie , et en plus elle a du talent !!!! celà nous change de certains journalistes sportifs qui se la pete un peu !!!! bonne continuation ma chere sonia

  3. je suis fan de sonia carneiro si ca vous dérange pas sonia donnez moi vote email pour t’adrésser des messages.

  4. La symbole des animatrices modernes : on prend des filles sans aucune expérience, qu’on balance à l’antenne parce qu’elles sont jeunes et jolies. Ça lit juste un prompteur, et on parle de « jeune talent » ?
    Dommage pour celles et ceux qui ont une véritable expertise du sport à partager, et qui patientent indéfiniment dans ces rédactions…

    • Franchement Pat, c’est pas élégant de votre part… elle s’y connait très bien et a une véritable expertise du sport, ça se sent. Donc à mon avis vous ne regardez pas les bonnes chaînes. ;)

      Assez aberrant de lire que les journalistes sportives du groupe Canal ne s’y connaîtraient pas… pareil pour celles de beIN.

    • Pour votre information PAT, cette jolie demoiselle n’a pas de prompteur ! Juste un Ipad qu’elle regarde à peine. Et de plus elle a une véritable expertise du sport en plus d’être jeune et jolie comme vous le dites (c’est sûr qu’on aurait tous préféré qu’elle soit vieille et moche …)
      Faute de la connaître il faudrait peut être éviter ce genre de commentaires sous prétexte que vous (?) patientez dans votre rédaction peut être….ahh la jalousie !
      Elle mérite amplement sa place vu le travail accompli depuis ses débuts dans ce milieu !

  5. c’est une pépite !

  6. oui c vrai elle anime bien c est une valeur sur de canal ca en plus elle est en exclusivite

  7. Merci Vincent pour cette interview tres complete j’espere qu’en pleine lucarne continuera encore tres longtemps car cette journaliste je l’apprécie beaucoup parce qu’elle dégage et sa présentation car ca m’a beaucoup appris car je reve de devenir journaliste sportif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>