Entretiens EPL Football Les News — 09 juillet 2013

Notre étudiant en communication de Belgique, Bruno Ahoyo, a décidé de vous faire découvrir ce qu’il pense être les jeunes talents d’aujourd’hui et de demain. Aujourd’hui, Focus sur Florian Genton. Formé à l’école RMC Sport, confirmé sur Orange et désormais visage fort de beIN Sport, Florian Genton est, à 31 ans, un des journalistes sportifs en vue du PAF. En Pleine Lucarne a pu le rencontrer pour parler de son évolution et de l’émission qu’il anime avec Luis Fernandez, Dimanche Ligue 1.

A la fin d’Orange Sport en juin 2012, pas mal de gens se sont posé des questions sur la suite de leur carrière. Pas toi.

Après l’arrêt de la chaîne, j’étais toujours sur RMC où j’avais un contrat d’usage (vu mon CDI sur Orange Sport). J’y ai d’ailleurs couvert l’Euro 2012 de façon très intense, donc je n’ai pas trop eu le temps de me poser de questions. Après, j’ai eu la chance de pouvoir enchaîner assez vite avec la proposition de beIN Sport.

Comment est-elle arrivée?

J’ai reçu un coup de fil de Charles Biétry, qui m’a exposé un projet très intéressant. Je souhaitais continuer à évoluer et à apprendre en télé, sur du long terme. Donc quand la chaîne m’a proposé une telle expérience, j’ai accepté sans hésitation. J’ai beaucoup apprécié mon expérience de journaliste bord terrain sur Orange, donc j’ai été heureux de pouvoir saisir une telle opportunité.

Et puis avec Florent Martin, Xavier Domergue, Karim Bennani (parti sur Canal depuis), Samuel Ollivier, Jean-François Maurel, même Eric Di Meco : on ne peut pas dire que tu sois dépaysé…

Exactement, j’ai revu pas mal d’anciens collaborateurs de RMC et d’Orange Sport. Après, avec la plupart des autres journalistes, on se connaissait, même si on venait d’horizons différents. Mais cela a facilité mon intégration et m’a aidé à trouver mes marques plus vite, c’est clair.

En plus, tu as gardé ta fonction : homme de terrain.

Complètement ! C’est une des choses que je voulais absolument garder. C’est un rêve de gamin et j’adore ce prisme : on voit des choses que personne ne voit et on doit essayer au mieux de les retranscrire à l’antenne. La façon dont réagissent les entraîneurs avec leurs joueurs, avec les arbitres. Devenir pote avec certains d’entre eux avec le temps, être dans les vestiaires avec les joueurs après les matches… C’est formidable pour moi. Au fil de la saison, on a aussi ajouté à ma palette l’exercice de la présentation d’avant-match, pour le match du vendredi soir. J’adore ce rôle « d’anchorman ».

Tu préfères donc la présentation et le rôle bord terrain au commentaire de matches ?

J’aime bien être au contact des joueurs, et des entraîneurs. Et même si j’aime bien commenter des matches, et que je le fais encore, je suis assez objectif là-dessus. Quand je vois des gens comme Christophe Josse au poste commentateur, je trouve qu’ils sont très bons, qu’on forme une bonne équipe comme ça. Je ne prétends pas du tout être meilleurs qu’eux. J’ai pu commenter des grands matches sur Orange Sport quand Denis Balbir n’était pas là (cela arrivait 4 à 5 fois par saison). Mais voilà, je pense qu’après avoir découvert pas mal de facettes du métier de journaliste sportif, les rôles au bord de la pelouse sont ceux qui me vont le mieux. Mais j’affectionne aussi le fait de travailler sur une émission de plateau, de la construire… Surtout quand on peut les présenter avec un monstre sacré comme Luis Fernandez, par exemple.

Toi qui est donc de fait plutôt proche des joueurs, commenter des jeux vidéo de football ça te dirait ?

Bien sûr ! J’y ai joué plus jeune, j’y joue toujours avec les copains et avec mon frère Benjamin (joueur du Havre en Ligue 2, ndlr) … Si demain, l’opportunité se présente, pourquoi pas ? Je ne sais pas si cela me plairait, mais ce serait une belle expérience.

Avec l’arrivée de Monaco, il faudra vraisemblablement prendre des cours de portugais…

D’espagnol aussi ! On s’y pliera bien évidemment. Cela devient indispensable. Avec l’arrivée de Monaco en Ligue 1, on va continuer de plus en plus à se mettre à l’international, c’est sûr.

C’est facile d’avoir des réactions de joueurs de nos jours quand tu fais ton boulot ?

Il y a des choses qu’on a le droit de faire, d’autres pas… Ce n’est jamais évident, on peut essuyer quelques refus de temps à autre. Mais j’ai tendance à les comprendre. A la sortie d’un match, c’est toujours assez compliqué de répondre aux questions à chaud. C’est aussi une façon de se protéger, donc ça peut arriver. Sincèrement, là c’était ma cinquième saison dans ce rôle et en règle générale ça se passe plutôt bien.

Toi aussi tu as une anecdote, d’interview bord terrain qui t’a marquée ?

Oui, quand on la chance de rencontrer Beckham en tête-à-tête , après son dernier match, au Parc des Princes contre Brest, ou encore Zlatan Ibrahimovic, après son doublé au Grand Stade de Lille, ce sont de grands moments. Il y a aussi eu Roberto Di Matteo, après Juventus-Chelsea en Ligue des Champions. J’avais eu la chance de l’interviewer, et dans ses réponses on sentait qu’il savait très bien que ses heures comme entraîneur du club londonien étaient comptées (il a été limogé le lendemain à …quatre heures du matin, ndlr) . Les rencontres avec José Mourinho aussi, qui me sélectionnait systématiquement parmi les vingt médias qui l’attendaient après chaque match européen. Parmi les vingt, il ne répond qu’à 4 ou 5 chaînes de télé, et avoir toujours été choisi c’était une grande chance. Ce sont des souvenirs qui marquent et j’espère qu’il y en aura d’autres.

Comment as-tu décroché la présentation de Dimanche Ligue 1 ? Souhait de ta part ?

Oui, c’était le cas. De mon propre chef, je suis allé voir mes dirigeants. Je leur ai dit qu’il était dommage qu’une émission sur la Ligue 1 le dimanche matin, avec les images, des reportages, des interviews, ne soit pas un petit mieux incarnée et mise en avant. Donc, via un présentateur et éventuellement un consultant. Ils ont été très réceptifs, et on a donc activement travaillé pour mettre ce produit à l’antenne. On va bien évidemment essayer d’encore l’améliorer à la rentrée.

Planète Football à 11h, à l’heure de Téléfoot, c’est voulu ?

Pas spécialement en fait. Au début, l’émission devait durer de 10h à 11h, avec un ¼ d’heure pour le football international. Il s’est avéré qu’au bout de la seconde émission, on s’est rendu compte que le créneau de base ne suffirait pas. On courrait après le temps, on faisait des choix éditoriaux qui nous embêtaient beaucoup. Avec nos patrons, on a donc reformaté l’émission : 10h-11h pour le football français, 11h-11h30 (voire plus) pour le football international.

Ton entente avec Luis est mythique. C’est même devenu ton meilleur ami.

Oui, j’ai tendance à dire cela. C’est la personne avec laquelle je passais le plus de temps, plus qu’avec ma femme, plus qu’avec mes copains, plus qu’avec…ma famille. C’était surtout le cas à l’époque d’Orange et de RMC, un peu moins maintenant. Pour faire une émission au quotidien (2h par jour à l’époque de Luis Attaque sur RMC) et une émission quasiment hebdomadaire désormais, tu as intérêt à la faire avec quelqu’un que tu apprécies. Surtout quand tu as un métier passionnant comme le mien et pour ne pas être frustré. Ce qui est également super, c’est qu’avec Luis, on a la même approche de ce sport. Pour y avoir joué longtemps, de mon point de vue cela doit rester jovial et convivial, et donc on doit pouvoir chambrer aussi, même si bien évidemment on reste sérieux.

Sais-tu déjà s’il y aura des aménagements sur le magazine dominical ?

Oui, il y a beaucoup de choses qu’on souhaite améliorer : rajouter des chroniques à Luis, lui permettre plus d’analyses tactiques, techniques, aller à la découverte des joueurs français de l’étranger dans Planète Football, dont les plus méconnus… On est encore en discussion mais il y aura des modifications, c’est clair.

Pour finir, ton image forte de la saison 2012-2013 ?

J’en aurai trois : tout d’abord, le Montpellier-Toulouse du 10 août, notre premier match de Ligue 1 sur beIN. On ne savait pas trop où on allait,  c’était un véritable saut dans l’inconnu mais cela s’est finalement très bien passé. Il y a eu aussi les tours à élimination directe de Ligue des Champions, les déplacements à Milan, Madrid, Barcelone, Galatasaray… Et puis, mention spéciale pour la sortie de David Beckham lors de PSG-Brest, avec sa famille dans les tribunes pour son dernier match. Il y avait une atmosphère indescriptible, et ce fut une vraie chance d’avoir pu vivre ce moment au bord du terrain.

propos recueillis en exclusivité pour En Pleine Lucarne par Bruno Ahoyo

Share

About Author

Bruno Ahoyo

(8) Readers Comments

  1. Florian
    Ton affreuse fourrure autour de ton col est abominable.
    Quand changeras-tu ce vêtement quand tu commentes les matches sur le bord des terrains ?
    On en a marre de te voir avec ce chat mort et mouillé autour de ton cou!
    À bon entendeur salut.
    Cordialement. Claude

  2. Est ce que cette brele de Jean Alain Boumsong va encore commenter sur Bein cette année?

    • Peut-être, s’il ne trouve pas de club. Et puis brêle, je suis pas d’accord. J’ai bien aimé ses commentaires perso car on sent que c’est le joueur qui parle. Je peux éventuellement comprendre qu’il n’ait pas une voix pour commenter en live, mais sur une émission en plateau il peut être intéressant.

      • je parle de brele comme commentateur, et non pas de journaliste!

  3. Son duo avec Luis Fernandez fonctionne bien . Et encore sur Orange Sport, cela allait souvent loin sur le chambrage.

  4. Dommage car les résumés des matchs du vendredi et du samedi sont désormais trop courts. Pour moi, il faudrait carrément allonger l’émission à 1h30 sur la L1 et 30 minutes sur les championnats étrangers. Surtout que la case 11h30 – 12h n’est pas forcément utile pour d’autres programmes.

    • Completement d’accord. C’est une bonne chose d’avoir ce concept avec Luis et Florian mais les résumés sont réduits à quasi rien alors que nous ne sommes pas tous des geeks qui ont regardé Multiligue 1

  5. Florian Genton devrait normalement animer le multiligue 1 et multiligue 2. Ou Romain Del Bello….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>