Entretiens EPL Football Les News — 14 juin 2013

Du 15 au 30 juin, TMC diffusera la Coupe des Confédérations. Et pour la commenter, la chaîne filiale du groupe TF1 est allée chercher ses équipes de journalistes (Bihel, Bureau) et consultants (Gravelaine) chez la grande soeur d’Eurosport. Parmi eux, figure Sylvain Wiltord, qui se rôde à l’exercice depuis peu sur la chaîne sportive. Un exercice qu’il prend avec beaucoup de sérieux, sans oublier de rester naturel et de faire passer son plaisir et son expérience auprès des téléspectateurs. Un candidat idéal pour notre série sur les consultants sportifs.

Sylvain, pouvez-vous nous évoquer votre parcours de consultant depuis votre retraite sportive, il y a tout juste un an ?

Avant cela, en 2010, je suis intervenu comme consultant lors de la Coupe du Monde en Afrique du Sud pour Canal+, en doublette avec Guy Roux. Je devais intervenir auprès de l’équipe de France. Je faisais un peu de terrain et j’intervenais lors des talk, lorsque l’on évoquait l’équipe de France.

Vous avez du intervenir souvent alors…

Oh oui. Cela a été dur, très dur, cela m’a beaucoup touché. Il est vrai que par rapport aux évènements, dans les émissions, j’avais du mal à trouver mes mots et j’ai volontiers laissé ma place à Guy Roux. Je venais de quitter depuis peu l’équipe de France et… j’étais touché. Mes collègues, les petits comme je les appelle, par rapport à certaines attitudes, je ne comprenais pas tout…avec cet amour du maillot, avec tout ça, j’avais beaucoup de mal en fait.

Et ensuite ?

Je suis rentré très rapidement, dès le lendemain de l’élimination de l’équipe de France. J’aurais pu rester mais je suis rentré aussi vite, j’étais très déçu. Après, je n’ai rien fait. J’ai rejoué au foot, à Nantes, puis Eurosport, par l’intermédiaire de Jérome Papin, m’a sollicité, me disant qu’ils me voyaient bien comme consultant. Je n’étais pas chaud, chaud, chaud… Mais bon, je suis allé faire un petit test en cabine avec les U19 et un match de Coupe de France. Je me suis senti bien et j’ai dit banco pour continuer.

Chez Eurosport, vous êtes à la fois consultant-commentateur et consultant-analyste, quel rôle préférez-vous ? Quelles différences voyez-vous entre ces deux positions ?

Je préfère consultant-commentateur, en direct, vu que je suis un ancien footeux je suis plus dans le ressenti immédiat. J’essaie de parler simplement, de faire ressentir les émotions du terrain. Après, analyste, ce n’est pas évident du tout. C’est un exercice très difficile avec beaucoup de suppositions…et je n’ai pas la science infuse.

Par rapport à la Coupe des Confédérations que vous allez commenter d’ici peu en compagnie de Thomas Bihel sur TMC, comment avez-vous préparé cet évènement ?

Comme d’habitude. Je suis allé regarder toutes les équipes, fouiller à droite, à gauche… Après, l’Espagne ou l’Italie c’est beaucoup plus facile à commenter que le Japon ou Tahiti. Mais bon je suis allé fouiller sur internet. Et Thomas m’aide beaucoup. Et puis les jours de match on arrive deux, trois heures avant pour se mettre une dernière fois au point.

Est-ce que l’on peut considérer cette expérience comme une bonne préparation pour la grande Coupe du Monde sur TF1 ?

J’espère (rires) ! Je ne sais pas s’ils ont ça en tête, s’ils pensent à moi. Mais ce serait un honneur. Je vais bien travailler et leur prouver que je mérite d’être avec eux. Je vais encore apprendre, car ce n’est pas un métier à prendre à la légère.

Vous qui avez vécu à l’étranger, comment percevez-vous le traitement du football par nos diffuseurs français ?

Moi qui ai passé quatre ans en Angleterre, le foot c’est quelque chose qui se vit là-bas. Que cela soit à la télévision ou même à la radio, on ressent la ferveur du stade, les commentateurs perdent des poumons parfois ! En Amérique du sud aussi. En France aussi on adore le foot, mais peut-être est-on est un peu trop propre, un peu trop carré. C’était Eugène Saccomano qui criait ? Peut-être que nous n’en avons pas assez de comme ça, mais cela ne nous empêche pas d’aimer le foot. C’est culturel, c’est comme ça.

Il y a donc de la place pour une personnalité comme la votre…

Ben oui…Moi parfois je rigole à l’antenne, je lâche des choses. Je suis moi-même et je n’ai pas de barrières à Eurosport. J’ai cette liberté chez eux que j’aurais peut-être lors de cette Coupe des Confédérations.

Et la radio cela vous tente ?

On m’a proposé. C’est encore un autre exercice. Je ne connais pas du tout. J’essaierais avec plaisir, j’apprendrais avec plaisir, j’écouterais les conseils avec plaisir, parce je ne sais pas tout.

Vous qui avez été comédien en participant à de nombreux clips et même à un long-métrage

Exact ! (rires)

Comment voyez-vous votre avenir médiatique ?

Tout simplement avec le cœur. J’ai fait effectivement pas mal de clips… Le film c’était extraordinaire, une super expérience. Ce n’était pas du tout mon métier, mais quand on me propose j’essaie d’apporter ce que je sais faire, même si je ne sais pas toujours le faire…mais j’apprends. C’était vraiment extraordinaire. Quand je me sens bien, j’essaie de bien faire les choses avec mon petit cœur et beaucoup de plaisir.

Eh bien on se fera un plaisir de vous entendre dès le 16 juin sur TMC…

C’est gentil. On va effectivement essayer de bien travailler et de faire vibrer les téléspectateurs aux joies de l’équipe Tahitienne (rires)

propos recueillis par Romain Allaire en exclusivité pour En Pleine Lucarne

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(4) Readers Comments

  1. Un consultant qui aime bien le mot superbe:
    http://www.youtube.com/watch?v=eB_6yB99Teo

  2.  » moi je comprend pas pourquoi la Suisse n’a pas sélectionné Eden Hazard pour l’Euro « .

    Ah sylvain, rien que pour ça…

  3. Je le trouve vraiment tres mauvais consultant, en plus il n’est pas dynamique ce qui est dommage pour un match de foot, au contraire de Xavier Gravelaine qui est vraiment tres bon et fait bien vivre le match

  4. Sylvain,à jamais dans nos mémoires. France-Italie 2000 ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>