Entretiens EPL Les News — 24 juin 2013

 « Je constitue mon équipe de France espoirs. […] Julien Brun est un jeune journaliste à potentiel dont on va accompagner la progression. A l’image de ce nous avons réalisé à l’époque au PSG Basket en signant les Bonato, Sciarra et Risacher. » C’est via ces propos flatteurs que Charles Biétry avait commenté l’arrivée en provenance de Canal+ de Julien Brun sur la filiale française d’Al Jazira Sport, beIN Sport. Depuis, le jeune journaliste a fait du chemin, et vient de commenter l’Euro Espoirs israélien sur place, avec Patrice Ferri… Avant de prendre des vacances. En Pleine Lucarne a donc rencontré celui qui ressemble fortement à un Most Improved Player

Commenter l’Euro Espoirs en…Asie, ça fait quoi ?

Géographiquement, c’est clair que cela peut paraître bizarre, mais, sportivement, Israël est depuis longtemps en Europe. J’y suis habitué depuis que je suis gamin, donc c’est une question que je me suis à peine posée. Par contre, pour avoir vécu une saison particulièrement froide dans les stades, avec les plus basses températures de ma carrière, le fait qu’il fasse enfin chaud a été un grand plus (rires) !

Au niveau sécuritaire et organisationnel, ça s’est bien passé ?

Très franchement, ce fut parfait. C’était évidemment un pari de l’UEFA, même si ils avaient de l’expérience avec l’Euro U16 de 2000. Mais les infrastructures sportives et routières étaient de standing européen, les clubs israéliens jouent la C1 et la C3 chaque année…. On ne sentait pas non plus de pression particulière. Pendant ces quinze jours, on n’a donc eu aucune impression de guerre. On a passé les douanes tranquillement par exemple. Donc, bien qu’on savait que c’était un pays en situation de guerre, on ne l’a pas ressenti.

L’équipe-hôte a été sortie dès le premier tour. Comment ça a été vécu dans la presse là-bas ?

Étrangement…comme une chose normale, car participer était visiblement déjà un honneur pour eux. Et vu leur unique expérience de cette compétition (l’Euro Espoirs 2007 aux Pays-Bas : trois matches, trois défaites et zéro but marqué). De plus, quand lors du dernier match de poule à Jérusalem, ils ont battu l’Angleterre, c’était comme une victoire en Coupe du Monde pour eux. Donc ils considèrent leur tournoi comme une réussite.

Le jeune canterano merengue Alvaro Morata a été une des révélations de ce tournoi (meilleur buteur avec quatre buts). Tu penses qu’il pourrait entrer en ligne de compte pour être la pointe du Real l’an prochain, compte tenu de son potentiel ?

Franchement, oui. Il a un morphotype différent du joueur espagnol tel qu’on le connaît, il a plutôt un profil de pivot (1,87 m, ndlr) . On sait également qu’au Real, la dimension mentale est importante : et il l’a. Il a commencé la compétition en tant qu’attaquant de pointe N°3, et malgré le fait qu’il soit décisif les deux premiers matches, il n’est titulaire qu’au troisième. Il a l’air d’être à la hauteur. Donc à lui de prouver qu’il peut efficacement remplacer Gonzalo Higuain et épauler Karim Benzema.

Marco Verratti du PSG a été un des fers de lance des Azzurrinis pendant ce tournoi. Comment l’as-tu trouvé ?

Exactement…comme au PSG. Très impliqué, très talentueux, très mature dans le jeu, mais parfois un peu trop nerveux. Et il est également toujours en discussions avec l’arbitre. Après, il dribble toujours autant devant la surface, il a toujours autant d’assurance et c’est sûr, potentiellement c’est un grand.

Quel match t’as le plus marqué ?

Je vais être original : la finale. La première mi-temps surtout. En plissant un peu les yeux, sans regarder les noms, du poste commentateur c’était la finale de l’Euro 2012 en seniors. C’était exactement l’opposition de style de la finale de Kiev, sachant que l’entraineur italien Devis Mangia s’inspire de Prandelli et qu’on connaît la mécanique de jeu espagnole. Je peux même dire que c’était le niveau Coupe du Monde.

Et en termes de démonstration collective, une équipe ?

J’en ai même deux : les Espagnols , de facto , et les Néerlandais. Pour les premiers, cela peut parfois sembler ennuyeux, mais c’est tellement efficace…. Tu es obligé de t’incliner. Je pense que c’est le genre de choses dont je parlerai à mes enfants ! Ce qui est stupéfiant, c’est qu’ils dézonent mais que l’équilibre global reste en place. Ils sont toujours en mouvement ! C’est comme si ils avaient une matrice commune, en plus de leurs cerveaux individuels ! La cohérence est totale.

En ce qui concerne les Bataves, après les deux premiers matches, je me disais que c’étaient les seuls qui pouvaient gagner. Ils sont internationaux A pour la plupart, leur jeu était typé Ajax, avec les ailiers, les dédoublements sur les côtés. Après ils sont quand même passés à la trappe… Mais au fond ces deux équipes étaient fidèles à ce qu’on attendait de leurs styles de jeu avant la compétition.

Un joueur, une vraie petite révélation ?

Il y a eu beaucoup de confirmations pendant cet Euro finalement : Isco, Thiago Alcantara, Georginio Wijnaldum du PSV… mais je dirai Ørjan Nyland, le gardien de Molde et de l’équipe u21 norvégienne. Avec Patrice, on avait un peu de temps libre donc on a pu regarder la demi Espagne-Norvège dans la salle de presse locale. Même si les Espagnols marquent deux buts en fin de rencontre, c’est lui qui maintient son équipe dans le match. C’était tout simplement exceptionnel ce qu’il avait réalisé et sa place dans l’équipe-type du tournoi est totalement méritée.

Retiens-tu une image particulière de ton séjour israélien ?

Oui, et elle est extra-football : c’est la visite de Jérusalem. On avait loué une voiture et on avait pu découvrir la ville. C’était tout simplement incroyable. La richesse architecturale, patrimoniale, religieuse est hallucinante ! Tu as le Mur pour l’islam qui touche le Mur des Lamentations,  et à peine plus tu as le tombeau du Christ qui est dans une église orthodoxe… L’histoire des trois grandes religions monothéistes sur 800 mètres ! Auquel cas tu le savais, tu es quand même obligé d’être sous le choc.

Parlons de toi maintenant. Belle ascension cette année, avec des commentaires d’affiches de Ligue des Champions (et d’Europa League jusqu’en demi).

Oui, j’avoue que j’ai été gâté. Saison très riche pour moi : beaucoup de découvertes sportives, culturelles et autres. Elle a été aussi très rythmée : j’ai vraiment fait des enchaînements improbables, je suis allé en Biélorussie, j’ai fait la finale de la Cup à Wembley, j’ai pu fait une demi de C3. Pour te donner une idée, j’ai fait plus de 79 déplacements cette saison ! Mais le foot c’est mon truc (c’est quasiment la seule chose que je regarde à la télévision) et j’ai la chance d’aller continuellement dans de grands stades : c’est le métier que je voulais faire, c’est parfait.

Pour ceux qui connaissent ton style, tu es plutôt mezza voce , tu ne « t’égosilles » presque jamais. Pendant Dortmund-Malaga, tu t’es lâché.

C’est vrai…Je considère que le journaliste sportif qui commente une rencontre n’est jamais plus qu’un intermédiaire. Mon modèle de commentaire, c’est le modèle anglais. Le plus beau compliment qu’on puisse me faire, c’est me dire que je commente à l’anglaise. J’ai par exemple beaucoup regardé Match Of The Day et j’ai beaucoup appris de ce savoir-faire là. Pour ce qui est de Dortmund-Malaga, j’ai eu deux types de retours. Celui de ma femme, qui aime le foot et qui juge souvent mes prestations. Elle m’avait dit qu’elle ne m’avait pas reconnu. Au point de se demander si je n’en avais pas trop fait. C’est donc chancelant que je suis retourné au bureau… Et là, tous les retours furent laudatifs. Thomas Villechaize était comme un fou par exemple, il me disait que je l’avais trop fait vibrer ! C’est là que je me suis dit : ça va, je n’ai pas trop exagéré (rires).

Tu as pu faire du commentaire sur Eurosport et TPS , tu as progressé de façon fulgurante sur Canal et là tu confirmes sur beIN Sport. Tu penses être arrivé à maturité professionnelle ?

Je ne pense pas, car j’espère encore beaucoup progresser. Et bien évidemment, c’est en faisant des matches de plus en plus importants, que je pense pouvoir acquérir plus d’assurance et de coffre. Mais je dois encore m’améliorer c’est sûr ! Je dois plus souvent lâcher la bride, me conseillent d’éminents confrères mais je pense la lâcher de plus en plus.

Tu m’avais dit être réticent à Twitter, et pourtant tu es un des commentateurs de football les plus appréciés sur ce réseau social. Tu penses changer d’avis ?

Je ne suis pas réticent en fait. Ne pas y être c’est aussi une façon de me protéger, car on doit certainement m’y critiquer également. Et comme c’est très chronophage et que j’ai l’impression que c’est plus utilisé pour tailler qu’autre chose… Je trouve que Twitter est plus un bureau des plaintes qu’un élément d’interactivité.

Un petit mot pour nos lecteurs belges (oui, oui nous en avons !), sur la génération actuelle des Diables Rouges ?

Je suis content que ça marche pour cette équipe ! Mes grands-parents vivaient à la frontière en fait. Et comme il y avait beaucoup plus de football sur la télévision belge que sur la française, j’ai beaucoup regardé les résumés de Pro League quand j’étais jeune ! Je suis même toujours  les résultats de la Gantoise, car j’étais fan d’Erwin Vandenbergh. Par la suite, j’ai été reporter à l’Euro 2000 pour Eurosport, et entre Eric Deflandre ou encore Marc Wilmots, le camp de base des Diables était très chaleureux. Le but de Wilmots annulé contre le Brésil en 2002 , j’étais vert ! Dans cette génération actuelle, bien qu’elle soit exceptionnelle, je trouvais qu’il manquait un attaquant de haut niveau. Par exemple , à l’époque où je commentais de la Premier League, je trouvais Romelu Lukaku très léger. Là, il a pris du coffre, et ne parlons pas de Christian Benteke. J’apprécie car c’est une des équipes nationales que j’aime bien depuis ma plus tendre enfance .

Après l’effort, le réconfort je suppose…

OUI ! Après une saison, très, très remplie, les vacances ne seront pas de trop ! Très riche fut cet exercice, donc on va essayer de bien recharger les batteries. Pour revenir fin juillet aux feuilletons beIN Sport : Ligue 1, Ligue 2, Champion’s League, Europa League… On va pouvoir prendre un bon bain de famille avant de relancer la machine.

Propos recueillis en exclusivité pour En Pleine Lucarne par Bruno Ahoyo

Share

About Author

Bruno Ahoyo

(15) Readers Comments

  1. Julien brun a une voix  » alti  » tres desagreable.IL ferait bien de s’inscrire dans une chorale.Patrice Ferri repose et est plus objectif.

  2. J sui d origine senegalais , en faite j té decouvri durant la coupe du monde Brasil 2@14 . J sui un Grand FAN’s d julien tu a voie magnifik et j m souvien une d tè repportage , c’etais l match costarica & grece en quart d final.j n peu pa tou dire mè sache k tu a un fan au senegal

  3. Super commentateur seul aux commentaires il est incroyable, pour moi c’est l’un des meilleurs. Quel talent

  4. Moi je supporte plus ce duo Brun/Ferri , yen a qui passe sont temp a sucer le football Anglais c’est super penible , surtout quant en plein match de L1 il nous parle des superbe pelouse Anglaise ou que la bas ya des vrais club et de vrais ambiance, j’en envie de lui dire : » ba retourne y tete de bite !!  » Et l’autre Brun : alors lui je sait pas a quoi il joue si c’est volontaire ou pas , mais ont dirait qu’il a tout pompé a stephane guy , ce mec est inssuportable. Ont regarde pas un match pour avoir des anecdote de merde style la femme de tel joueur aime bien porter des talons etc , parceque avec Brun c’est le genre de delire auquel ont a le droit. Sa maniere de s’extasier devant des match de merde , ses analyses de foottix. Julien brun n’est pas objectif du tout , comme Josse qui sort le maillot bleu et blanc quant il commente le PSG ou l’om. Brun est une sardine , un petit supporter de l’om , il a beau essayer de s’en cacher sa saute aux yeux!!! Et Patrice Ferri lui c’est sont probleme c’est qu’il est tout simplement INCOMPETENT !! C »est un savant melange entre Fabien Leveque laurent paganelli et robert pires (comme consultant) ou Greg Coupet , pour la pertinence de leur intervention, le genre de mec que disent des choses super interessante. Sur BeIn a mes yeux seul Omar Da Fonseca Sonny Anderson et Philipe Genin trouve grace a mes yeux , domergue ca passe. Et Di meco malgres que je suis 100% Parisien , je l’aime bien comme commentateur. Il est competent et dit pas de la merde et se force meme a etre objectif sur le PSG, par contre sur l’om il est pas super objectif je trouve, mais comparer a Brun ou Ferri c’est le Messi du commentaire

  5. Soient celles qu’il adore (son PSG, dont il parle même lorsqu’il ne les commente pas. Lors de Nice – Rennes il ne faisait que de parler de la balade parisienne à Valenciennes),
    soient celles qu’ils détestent (je préfère ne pas les nommer mais je pense à une en particulier que Ferri déteste encore plus sûrement).

  6. Vous le trouvez calme? Regardez vous tous les matchs qu’il commente? Lorsqu’il commente certaines équipes de L1, il est tout sauf calme.

    • Quelles équipes Baptiste?

  7. Bein sport 1 et 2 c est très bien sauf bein sport max i y’a un problème sur la qualité image sur canalsat c est vraiment dommage .

  8. Julien Brun est à mon avis le meilleur commentateur français de foot. Parce qu’il a compris exactement ce que les spectateurs veulent — à savoir un commentaire compétent, instruit et relativement calme — et qu’il a la capacité de mettre ces simples principes en pratique. J’espère qu’il continuera longtemps et fera les plus gros matchs à l’avenir, il le mérite amplement.

  9. Pour moi, Brun est la plus grosse déception par rapport à ce qu’il se disait sur lui. Il n’est jamais objectif et toujours pour les gros ou les clubs populaires. De plus, il est associé à Patrice Ferri qui fût le pire consultant de la saison pour Be in Sport.

  10. Excellent commentateur. Brillant. Rien à dire. Et à Be In, hormis Josse et Ruiz dans leurs styles particuliers, ils sont pas si nombreux. Et l’amusant Thomas Desson

    Le fils Domergue (à moins que ce soit le frere Margotton) et le pire de tous, le fils Vendroux, ne peuvent pas en dire autant.

    • Personnellement , je préfère Domergue à Brun même si ils sont bon tous les deux, Domergue me fait plus vibrer par ses commentaires que par Brun. Brun ne se lâche pas assez souvent à part lors du match Borrussia Dortmund-Malaga.

      • Comme quoi il en faut pour tous les gouts alors… Ce calme, ce sourire dans la voix perso, je prefere

        • Oui chacun sa préférence mais c’est vrai qu il est calme.

    • Florent Martin, Smail Bouabdellah, Karim Bennani (sur canal maintenant), ou encore Florian Genton sont d’excellents commenatateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>