C’est l’une des révélations de la saison. Non seulement Isabelle Ithurburu a très bien figuré dans la catégorie « journaliste présentatrice », mais l’incarnation de l’émission « Jour de Rugby » voit son magazine récompensé d’un trophée (tous les résultats), une saison à peine après l’avoir pris en main.

Tu étais en lice dans deux catégories (journaliste présentatrice) et tu as bien failli faire le doublé (voir les résultats). Que t’inspirent ce prix pour « Jour de rugby » et cette popularité auprès de la communauté rugby ?

D’abord beaucoup de fierté d’abord dans la catégorie journaliste d’êtreproche de quelqu’un comme Nathalie Iannetta, qui est l’exemple à suivre. Ce n’est pas rien pour moi qui démarre à peine avec seulement quatre ans d’ancienneté dans le métier. Je suis super fière d’avoir marqué les esprits cette saison et lors de ces Lucarnes d’or.

Pour l’émission « Jour de Rugby », je suis forcément honorée, ravie, pour ma première saison à la tête de cette émission. Evidemment, je bénéfice d’années d’expérience de Canal, des gens qui font cette émission, une équipe de feu, qui se bat sur le terrain pour nous faire vivre le Top 14 et même la H Cup maintenant. Du coup, je suis très contente qu’après le foot, qui est le mastodonte, le rugby soit récompensé sur Canal+. Je suis portée par un bolide, c’est une marque forte. Et il faut souligner la place des « Spécialistes Rugby » dans le top 5 final et le trophée d’Eric Bayle, « meilleur commentateur omnisports ». Je suis vraiment fière pour le service rugby de Canal que l’on reconnaisse notre travail.

On avait évoqué récemment dans une interview, le pari du glamour aussi qui n’était pas gagné d’avance quand vous l’avez fait en te mettant à la tête de Jour de rugby.

Oui c’était risqué, tout comme le nouvel horaire, auquel il n’était pas forcément facile d’habituer les téléspectateurs qui avaient l’habitude de retrouver leur émission après le gros match. On a réussi à faire prendre l’habitude, l’émission marche de mieux en mieux. Et puis, au-delà de ce côté glamour, et Canal est précurseur dans le domaine, il y a aussi plus de modernisme, l’émission est plus vivante.

Donc tu ne penses pas comme Nathalie Iannetta que la catégorie journaliste présentatrice est un peu « sexiste » ?

Bien sûr qu’un jour ce serait top que l’on concourt dans la même catégorie que les hommes, à égalité, être jugées de la même façon, mais en même temps on ne gagnerait peut-être pas cette Lucarne d’or (rires). Ca va prendre des années avant que l’on nous mélange aux hommes, que l’on nous considère comme leurs égales, mais ça avance bien et, je le répète, Canal met des femmes à l’antenne, pas pour faire joli mais parce qu’ils ont cet esprit de légitimité, de crédibilité.  Allons-y tout doucement, moi je profite de ces moments. Et Nathalie a déjà fait beaucoup pour notre cause. Et je twitterai encore plus l’année prochaine (rires)

Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc en exclusivité pour En pleine Lucarne

Photos : ©Pierre-Emmanuel RASTOIN pour Télé 2 Semaines

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(4) Readers Comments

  1. Seulement une catégorie « Meilleur émission ? »
    Tout le monde sait que ce serait le CFC qui exploserait tout. Je trouve que faire le distinguo entre Foot et Autre Sports c’est bien

    • Merci ;)

  2. Pingback: Lucarnes d’Or – RESULTATS & REACTIONS | En Pleine Lucarne

  3. C’est largement mérité.

    Par contre, pourquoi faire une catégorie à part ? Le sport ne divise pas mais rassemble….
    Pour l’année prochaine, Vincent essaye de lutter contre les préjugés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>