Du 26 mai au 9 juin, le tournoi de Roland-Garros va retenir des millions de téléspectateurs devant France Télévisions ou Eurosport, les deux diffuseurs exclusifs du Grand Chelem parisien. Lieux d’exploits sportifs, les courts de la Porte d’Auteuil sont aussi ceux de prouesses technologiques quotidiennes au service des amoureux de tennis, mais aussi des coachs, des joueurs ou des médias : données statistiques à l’écran en temps réel et toujours plus pointues, marqueurs au bord du court ayant la responsabilité de pointer avec précision et rapidité la nature de chaque coup échangé et surtout, une vitrine, le site Internet officiel de la compétition où 14 millions de visiteurs uniques se ruent pendant la quinzaine… Un travail qui se fait généralement dans l’ombre et que l’on ne remarque même plus à l’heure où les données dans le monde du sport font partie du quotidien normal de tout téléspectateur ou internaute.

C’est pourquoi, cette année, nous avons décidé de vous emmener dans les coulisses « technos » du Grand Chelem, avec des interviews et des vidéos, grâce à IBM, partenaire technologique de Roland-Garros et de la FFT depuis 28 ans, qui nous a fait le privilège de nous ouvrir ses portes dérobées.

Commençons donc par les présentations, avec Claire Herrenschmidt, responsable des partenariats sportifs de la marque américaine, qui sera notre guide pendant le tournoi. Un entretien en deux parties qui nous éclaire sur la philosophie d’IBM, son histoire avec Roland-Garros, mais qui nous dévoile également les secrets de fabrication du site officiel, l’un des sites d’événements sportifs les plus visités au monde.

 

Vous avez imaginé cette saison pour votre 28e année de partenariat avec Roland-Garros,  un nouveau slogan, « Les données changent la donne ». Que se cache-t-il derrière ce message ?

C’est un message aussi bien valable dans le monde du sport que dans celui du business. Aujourd’hui, de plus en plus de données sont produites, dans tous les domaines, à commencer par le sport. Là où il y a du sport, il y a de la donnée. La vraie question est de déterminer la valeur que l’on est capable de tirer de ces données, quelles conclusions, quelles aides à la décision, quelles analyses, quelles idées peuvent en sortir, tout en évitant d’être noyé sous ces données, ce qui peut très vite arriver.

Concrètement, en ce qui concerne le tennis, et Roland-Garros en particulier, les données qu’IBM fournit sur le site officiel du tournoi permettent aux coachs et aux joueurs d’aller plus loin dans l’analyse de leurs points forts, points faibles, de leur dynamique et autant d’éléments qui contribuent à les aider dans la recherche de la perfection de leur pratique. Le site est aussi, et surtout, un superbe outil pour les amoureux de tennis.

Cela fait 28 ans que vous êtes partenaire de Roland-Garros…

Oui. C’est surtout l’histoire d’une rencontre humaine entre notre président et celui de la FFT de l’époque, dans un contexte technologique, en 1985, qui voyait se développer l’ordinateur IBM PC, né en 1981.

A l’époque, chacun se demandait, entreprises comme particuliers, comment allait-on pouvoir utiliser ces petites bêtes. La FFT se le demandait aussi. Il y a 28 ans, IBM sponsorisait déjà des tournois ATP et s’intéressait déjà à ce monde du sport. La relation entre les deux était donc assez naturelle. Roland-Garros fut donc le premier des quatre tournois du Grand Chelem avec lequel nous avons noué un partenariat.

Au tout début, cela se limitait à un prêt d’ordinateurs (30 PC-XT prêtés en 1985 et quelques imprimantes). Aujourd’hui nous sommes partenaires des quatre Grands Chelems : « Roland », Wimbledon, US Open et Australie, et notre contribution est bien sûr d’une nature très différente, beaucoup plus évoluée. Ce d’autant plus qu’IBM ne vend plus de micro-ordinateurs sur le marché grand public.

 

En 1996, la FFT, sous votre impulsion, crée le site Internet officiel de Roland-Garros. Une vraie révolution pour IBM j’imagine. Ce site est-il devenu la nouvelle vitrine technologique de la marque ?

C’est effectivement ce qu’il y a de plus visible concernant notre savoir-faire technologique. Quand il a démarré en 1996, le tout premier site a eu 57 840 visites. C’était déjà très important pour l’époque et c’était le premier site des quatre tournois du Grand Chelem. L’an dernier, pour le tournoi 2012, nous avons reçu 14 millions de visiteurs uniques, (en progression de 25% par rapport à 2011), avec des pics de fréquentation très importants et 333 millions de pages vues. Le site rolandgarros.com est aujourd’hui l’un des sites sportifs les plus visités au monde !

C’est donc bien évidemment une véritable vitrine de nos capacités de développement avec deux challenges liés au monde du sport : d’abord la notion de temps réel, produire les scores et les autres données en temps réel pour des internautes qui ne supporteront pas d’attendre quelques secondes pour avoir leur résultat en direct ou leurs statistiques, qu’ils soient au stade ou à des milliers de kilomètres.

L’autre challenge est la gestion du volume de ces données. Du jour au lendemain, lors d’un événement sportif comme Roland-Garros, vous passez d’une activité zéro à une activité 100. En mode intensif, le site c’est plus de 1 000 pages vues par seconde. Vous imaginez bien l’infrastructure technologique qu’il faut déployer pour que tout ça fonctionne.

 

Si je résume, votre contribution est d’apporter une solution technologique pour acheminer à bon port le contenu produit par les journalistes de la FFT ou par vos statisticiens ?

Oui, c’est exactement notre problématique. IBM met à disposition de la FFT les solutions nécessaires (matériels, logiciels, techniciens…) pour la création, le développement et l’hébergement du site Web officiel du tournoi. Puisque l’on parle chiffres, Roland-Garros c’est 9 000 kms de câbles déployés en un mois et demi et rangés en deux semaines, 10 000 prises ethernet, 45 516 points joués analysés pendant les simples Messieurs et Dames en 2012.…

Il s’agit donc pour nous de collecter, traiter et analyser une masse croissante de données afin de les transformer en informations utiles et exploitables pour l’écosystème de Roland-Garros : fans, entraîneurs, joueurs, médias, et ceci partout dans le monde.

L’ensemble de ces données est diffusé en direct à la télévision, soit 175 chaînes qui retransmettent le tournoi dans le monde, sur rolandgarros.com, mais également via les terminaux mobiles (Smartphones, tablettes, etc.) et permet à tous de bénéficier d’un éventail d’informations utiles liées aux matchs telles que la programmation, scores et statistiques  – vitesse des services, nombres d’aces, nombre de coups gagnant, etc – mais aussi la base de données officielle des photographies et vidéos de la compétition, des analyses pointues du jeu des joueurs en amont des matchs – l’analyse prédictive ou Smarter Analytics – et en temps réel pendant les matchs ou encore la Radio Roland-Garros dédiée au tournoi et diffusée sur le site officiel.

Une fois le contenu élaboré et les données en temps réel prêtes à être exploitées pendant les matchs, comment tout cela est-il géré ? Dans un serveur sur place, à Roland-Garros ? 

Non, même si nous avons en local, à Roland-Garros, de petits serveurs connectés aux consoles de marquage ou au nodal de la FFT. Tout ce qui va dans le car télé y va en direct. En revanche, pour pouvoir assurer le bon fonctionnement de l’infrastructure hébergeant le site durant toute la quinzaine, IBM a mis en place un Cloud privé composé de trois data centers, situés aux Etats-Unis.

Cette architecture permet de garantir un accès continu à rolandgarros.com, quel que soit le niveau de fréquentation, pourtant très variable d’un jour à l’autre, d’un moment à l’autre. Elle peut ainsi supporter un trafic 100 fois plus dense que le reste de l’année. Ce même Cloud est utilisé par les quatre tournois du Grand Chelem de tennis et d’autres événements sportifs (Masters d’Augusta, US Open golf …).

Ce Cloud Computing permet à IBM de proposer à tous nos clients un système d’hébergement de leurs données, de leurs activités, en toute sécurité.

Justement, au niveau de la sécurité : êtes-vous totalement à l’abri de bugs ou d’attaques extérieures ?

Il n’est jamais arrivé que le site tombe pour cause de bugs ou d’attaques extérieurs. Le site est hébergé sur trois datas center aux Etats-Unis ; si l’un des trois venait à connaître une défaillance, nous en avons encore deux autres en relais pour assurer le bon fonctionnement du site et de tout le système. Et personne ne s’en rendra compte au niveau des résultats. Notre Cloud Computing est un Cloud privé, qui héberge tous les événements sportifs dont IBM est partenaire et qui héberge aussi le site officiel d’IBM, IBM.com pour le monde entier. Donc, vous pensez bien qu’il est sécurisé au maximum car c’est toute l’image d’IBM qui est en jeu. Il est inimaginable que le site de Roland Garros plante ! Le Cloud garantit la disponibilité continue des informations à tous les publics pendant le tournoi tout en garantissant une sécurité totale du site.

(la suite de cet entretien lundi 27 mai)

propos recueillis en exclusivité pour En Pleine Lucarne par Vincent Rousselet-Blanc

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(1) Reader Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>