L'Actu Média Les News — 26 avril 2013

Le CSA s’est penché sur la représentation féminine dans les médias et plus particulièrement dans le milieu du sport. Le groupe de travail « droits des femmes », présidé par Sylvie Pierre-Brossolette et dont la vice-présidente est Françoise Laborde, a réuni aujourd’hui l’ensemble des chaînes de télévision afin de leur exposer les différents travaux en cours du groupe pour l’année 2013/2014.
Au cours de cette réunion, nous explique-t-on, les chaînes ont fait l’état des lieux de leur politique en matière de représentation des femmes à l’antenne mais aussi de leur politique interne d’entreprise pour améliorer la parité et l’égalité des carrières entre hommes et femmes. Elles se sont engagées à communiquer au Conseil par écrit cet état des lieux ainsi que les axes prioritaires qu’il conviendrait de mettre en valeur dans chacune de leur politique.
Pourquoi une telle réunion ? C’est que les résultats enregistrés par le CSA sont plutôt « préoccupants concernant la parité de la dernière vague du baromètre « diversité » 2012. Ils font apparaître l’absence d’évolution concernant le nombre de femmes à l’antenne sur les 6 vagues de baromètre : 35% de femmes à l’antenne tous programmes confondus et seulement 14% dans le sport. Ces chiffres sont à mettre en regard avec la place des femmes dans la société française : elles représentent 52% de la population (INSEE), 56% de l’audience TV, 50% des usagers d’internet (Médiamétrie) et 51% des diplômés de l’enseignement supérieur (INSEE) », comme le précise le CSA.
« En outre, ajoute l’instance, les résultats du baromètre pour cette nouvelle vague montrent également les difficultés récurrentes des femmes à se voir confier un rôle majeur à l’antenne : entre 34 à 39% de femmes sont des personnages principaux dans les programmes. »

Bien sûr, il ne faut pas mettre tout le PAF dans le même panier. Canal+ avec Nathalie Iannetta, Isabelle Ithurburu, Laurie Delhostal ou encore Astrid bard a laissé une large place à la représentativité féminine sur son antenne Premium et ce dans des rôles « majeurs » comme le qualifie le CSA.

Idem pour beIN Sport qui a offert de la visibilité à Marie Patrux et Marie Portolano, toutes deux co-animatrices d’une émission le dimanche et visibles également dans les autres programmes de la chaîne.

L’Equipe 21 expose elle aussi des journalistes telles que Gaelle Millon ou France Pierron, qui ont toutes deux leur tranche d’information. Et sa concurrente, Infosport+ n’est pas à blâmer non plus, elle qui se révèle une pépinière de talents, notamment féminins.

Quant à Eurosport, avec Carine Galli, à la tête de son magazine, Laury Thilleman, Géraldine Pons dans « Au Contact », Laurie Cholewa (Watts) ou encore le magazine très « féminin » hors-piste, elle agit dans le sens du CSA et ne peut se faire taxer de mettre des « potiches » à l’antenne.

C’est en revanche plus sensible pour France Télévisions qui a récemment mis à la tête de Stade 2 Céline Géraud et qui, il y a deux jours, a propulsé Louise Ekland sur Roland garros, au grand dam de Daniel Lauclair qui se sent victime de cette féminisation. Le service public possède cependant suffisamment de droits sportifs pour exposer plus de journalistes féminins (il n’y en a aucune autour de la table sur Stade 2).

Quant à TF1, seule Marion Jollès peut se targuer d’occuper un rôle majeur. Mais, bon, que reste-t-il du sport à TF1 pour le féminiser davantage ? Idem sur M6 que l’on ne peut pas vraiment blâmer puisque la chaîne n’a aucune politique sportive claire et se contente de coups ou de la Ligue Europa.Comme pour les paris sportifs en ligne, sur Bwin par exemple, on est prêt à parier que la situation va évoluer ».

 

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(3) Readers Comments

  1. Pingback: Médias de sport : seulement 14% de femmes à l’antenne | linkiablog

  2. Et comme dit Bernard lacombe …

  3. Un raisonnement politiquement correct affligeant. Certes, les femmes représentent 52% de la population mais combien sont-elles à regarder un match de rugby ou de foot à la télé? 14% c’est déjà sur-représenté par rapport à l’intérêt que portent les femmes au sport à la TV.

    La majorité des programmes TV sont déjà orientés pour faire plaisir au public féminin. Toutes les chaines courent après l’audience des fameuses ménagères de moins de 50 ans. Les séries en prime-time (Grey’s Anatomy, Body of Proof, Rizzoli & Isles,…), les téléfilms, les émissions de conso, les magazines people,… Tout est fait pour faire plaisir à madame. Il n’y a plus que le sport à la télé qui s’adresse aux hommes et même ça on veut nous l’enlever et forcer une parité de pacotille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>