Entretiens EPL Les News Ligue 1 — 31 janvier 2013

C’est l’histoire d’un mec…comme dirait l’autre. L’histoire d’un jeune Toulousain, petit format, bonne bouille, yeux bleus vifs et perçants, le verbe avec l’accent, dont l’obsession était d’entrer à Canal+ pour y devenir commentateur Foot. Dix ans après avoir mis le premier pied dans la grande maison, à l’occasion d’un stage, Sébastien Dupuis, 31 ans, 4e dans la hiérarchie des commentateurs de Canal+, connaîtra vendredi soir à 20h30 sur Canal+Sport, les honneurs du prime time au micro de Toulouse – PSG, rencontre décalée de la 23e journée de Ligue 1. Un rêve qu’il n’osait imaginer venir si rapidement et un événement professionnel qu’il appréhende sans pression, mais avec une terrible envie.

C’est réellement un événement pour toi que de te retrouver à commenter un match le vendredi à 20h30 ?

C’est énorme ! Les commentateurs de matchs en prime time sur une antenne du groupe Canal+ (sur C+Sport), on doit les compter sur les doigts des deux mains. Et, à 31 ans, je dois être un des plus jeunes, derrière Grégoire Margotton, à qui ça arrive dans le groupe. Il y a dix ans, j’entrais en stage ici. J’ai fait des pieds et des mains pour rester après mon stage, j’entrais par la fenêtre si on me fermait la porte, je continuais à venir travailler alors même que mon stage était terminé, j’ai emm…tout le monde pour qu’on me garde (rires). Dix ans après, je me retrouve à commenter un match en prime time sur Canal ! C’est une évolution plutôt rapide quand tu connais un peu le milieu. J’ai la chance d’avoir la confiance de Cyril Linette, mon directeur des sports. Maintenant, je n’ai pas l’expérience d’un Grégoire Margotton, d’un David Berger ou d’un Stéphane Guy, qui sont bien au-dessus de moi. Mais c’est en vivant des moments comme celui-là que je vais l’acquérir. Ce match est un déclic dans ma carrière.

Parlons de ce match. Quand as-tu appris qu’on te le confiait ?

Hier (lundi, ndlr) par notre directeur de la rédaction Karim Nedjari. Stéphane Guy étant à la CAN, Cyril Linette a décidé de me le confier, aux côtés d’Eric Carrière. Drôle de destin d’ailleurs car je suis celui avec qui Eric Carrière a effectué son premier match en tant que consultant à Canal+, c’était déjà avec Toulouse, contre Nancy, si ma mémoire est bonne. Et nous en avons fait quelques autres depuis. Et puis, avec Eric, c’est une longue histoire. On se connait depuis que je suis gamin. Je suis de Toulouse, je jouais dans les clubs de la région et lui jouait à Muret à l’époque. C’est lui un jour qui m’a remis une coupe lors d’un tournoi que j’avais remporté avec mon équipe. Depuis, on est devenu amis. Ca aide d’être à ses côtés pour ce match car nous avons une belle complicité. Et c’est l »un des meilleurs consultants de Canal. Lui aussi a connu une évolution très rapide. Il a mis un ou deux ans à s’imposer. Il est excellent, il vulgarise bien, il a du vocabulaire, de la personnalité, le sens de la pédagogie.

Ca se commente différemment d’un autre un match de prime time ? Il y a plus de pression ?

Non, ça ne doit rien changer. Ce sera juste important au niveau de l’émotion, avant le match. Je n’ai pas de pression particulière, juste une énorme excitation, une grosse impatience d’y être. Et justement, il ne faut pas, parce que c’est un prime, tomber dans ce piège et faire l’erreur de se mettre la pression, de commenter autrement que ce que je sais faire. Si on me confie ce Toulouse – PSG c’est justement parce que je me suis fait remarquer par mon travail de commentaires à l’année. Je n’ai pas à me démarquer. Ce serait une énorme erreur de vouloir modifier ma façon de faire pour un match, de faire un numéro à l’antenne parce que c’est à 20h30.

C’est tentant tout de même de vouloir se faire repérer, quand tu sais avoir près d’un million de téléspectateurs qui te regardent.

Les téléspectateurs me connaissent quand même déjà un peu. J’ai déjà commenté plus de 600 matchs pour Canal. Je ne suis pas là pour faire un numéro, mais pour vivre pleinement ce grand moment dont je rêvais depuis toujours. C’est gratifiant de se sentir responsabilisé par sa direction. Je ne vais pas gâcher ça. C’est un aboutissement, un nouveau pallier de franchi dans ma jeune carrière, une étape très importante, mais pas une finalité. Ensuite, je ne sais pas si c’est une question de mérite, mais je fais ce qu’il faut pendant l’année pour me retrouver là. Et si on m’a mis dessus cela doit vouloir dire que j’en suis capable.

Qu’est-ce qui pourrait être intimidant pour toi dans ce match ?

Le fait, peut-être, de me sentir un peu plus regardé, un peu plus épié, plus soumis à la critique car il y aura du monde devant le poste pour cette rencontre. Après, ce n’est pas une inquiétude, c’est juste logique. Et puis je suis dans les meilleures conditions possibles : je suis chez moi, à Toulouse, je connais tous les joueurs de l’équipe. Le PSG, je l’ai commenté trois quatre fois déjà cette saison, je connais aussi.

Comment prépares-tu tes matchs ?

Me concernant, je commente chaque week-end un match le vendredi, pour les résumés de Jour de Foot, et un le dimanche pour les résumés du CFC. Préparer un match demande une bonne demi-journée généralement : Je visionne le match de chaque équipe du week-end précédent, je lis la presse, j’appelle les coachs, les joueurs que je connais des deux équipes, je prends les informations sur leur semaine de travail. Si, par exemple, l’équipe a pris un but sur corner le week-end précédent, je demande aux joueurs ou au coach s’ils ont travaillé ça dans la semaine. Je me renseigne aussi sur l’état de santé des joueurs. L’un peut avoir eu une petite alerte musculaire à l’entraînement, sans gravité, mais si ça se réveille pendant le match je peux intervenir et rappeler le petit incident de la semaine. J’essaye de manière générale d’en savoir le plus possible sur chaque joueur pour apporter la précision qu’il faut pendant le match si elle s’impose, donner une petite anecdote ou raconter une petite histoire.

Maintenant, j’ai pour règle de ne pas saouler les téléspectateurs avec des commentaires inutiles. Laisser la place au jeu quand il se suffit à lui-même. Je ne suis pas pour donner trop de statistiques par exemple. Juste ce qu’il faut. C’est tout un équilibre un commentaire.

Quand tu ne commentes pas, que fais-tu dans la semaine ?

La préparation et les commentaires des matchs me prennent du jeudi au dimanche soir. Ensuite, le reste du temps, je suis disponible pour donner des coups de main là où on a besoin de moi. Cette semaine par exemple j’ai posé ma voix sur le sommaire des « Spécialistes Ligue 1 » ou sur un sujet de « Der Spezialist », je participe aussi à des plateaux sur Infosport+, dans « Info Ligue 1 » ou « les Décodeurs » par exemple, je peux monter de petits sujets, faire des continuités antenne, bref, je suis à disposition et j’aime tout faire. Et puis pour sortir du lot aux commentaires, j’ai débord dû sortir du lot dans d’autres exercices comme ceux que je viens de citer, notamment par les sujets ou reportages.

Tu es le 4e commentateur de Canal+ dans l’ordre hiérarchique. Si Canal+ conserve les droits de la Premier League, ce ne serait pas un moyen d’aller commenter des affiches, d’être à nouveau bien exposé, de gagner en expérience. Prends l’exemple de Stéphane Guy.

Peut-être, et il ne faut pas être bégueule, faire de la télé c’est vouloir de la visibilité. J’ai déjà commenté des matchs de Liga, il y a quatre ans, j’étais le n°2 sur la Liga. J’adore le Real, le Barça, il n’y a pas de problèmes, mais moi, ce que je préfère c’est la Ligue 1. Je raisonne encore en termes de passion et de plaisir, et ce qui m’en apporte c’est le championnat de France. Pour le moment, il aura toujours ma préférence.

Bref, ce TFC – PSG ce n’est que du plaisir…

(Les yeux qui brillent) Oui ! Je m’y vois déjà : dix minutes avant le match, à mon poste commentateur à côté d’Eric Carrière, le Stadium rempli parce que ce sera le PSG, dans ma région, avec mes copains dans les tribunes…regarder tout ça avec de grands yeux en me disant « vas-y régale-toi »… ça va être génial !

Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc pour En Pleine Lucarne

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(5) Readers Comments

  1. Bonjour petite info Beckham signe aujourd’hui au psg conférence de presse à 17h30

  2. Raffraichissante interview, du coup j’hésite entre Be in Sport et Canal pour demain. Je pense que je ferais une mi-temps chacun. Si Carrière est au stadium, qui sera avec Berger au Moustoir pour le derby samedi? (Sûrement Daniel Bravo)

  3. Très bon commentateur et journaliste, il mérite sa place pour ce prime.

    Par contre je ne vois pas en quoi on trouve que Stéphane Guy est un  » top  » commentateur, je le trouve pédant et il a trop tendance à crier pour rien. Suis-je le seul ?

  4. Assez fraiche cette interview, merci beaucoup. Du coup, j’hésite à regarder sur Canal+ Sport ou sur BeIn sport.
    Je trouve que Carrière est un consultant très compétent et qui sait faire autre chose que hurler après les arbitres.

  5. les 2 PIPELETTES qui commentent la CAN me SAOULE–>GUY STEPHANE et son compère MR STATISTIQUE….DOUCET PHILIPPE…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>