Autres Sports Entretiens EPL Les News — 22 janvier 2013

6 matchs en direct par semaine, 12 au total en comptant les différés, et un magazine quotidien, NBA Extra, créé il y a deux semaines et auquel il participe avec Xavier Vaution et Rémi Reverchon : Jacques Monclar, l’ex-consultant basket de Canal+ fraîchement arrivé sur beIN Sport, n’a pas eu le temps de s’ennuyer depuis son transfert. Il nous livre ses premières impressions.

La NBA est arrivée en exclusivité sur beIN Sport, et ça a fait du bruit. Mais finalement, avec un championnat comme celui-là, avec des matchs sans discontinuer, n’est-ce pas une bonne chose, pour sa compréhension, de ne pouvoir le suivre que sur une chaîne et non plus sur trois comme avant ? (orange, MCS, Canal+, ndlr)

Vous avez peut-être raison. Disons que ceux qui nous rejoignent savent pourquoi ils sont là et savent où ça se passe désormais. L’exposition est plus lisible. Après, dans l’exposition, il n’y a pas le truc de dire « ah oui, mais ça ne fait pas d’audience ». J’ai été assez vexé d’entendre de la part de mon ancienne direction que Canal NBA ne faisait que 50 000 téléspectateurs. Ceci étant, ça a été une douleur pour Canal+ de perdre la NBA et on a tous pris un coup sur la tête.

12 matchs dans la semaine, dont 6 minimum en direct, c’est une exposition maximale sur beIN Sport. C’est beaucoup non, même pour les fans ?

Non, ça doit faire partie du contrat je pense. On imagine bien que les fans ne vont passer toutes leurs nuits devant la NBA, mais avec les rediffusions en journée, les différents horaires des directs (le matin, en fin de journée ou la nuit, ndlr) et le magazine quotidien NBA Extra qui existe maintenant depuis deux semaines, ils peuvent vraiment bien vivre leur passion sans rien rater d’important.

Un magazine quotidien, NBA Extra, c’était indispensable ?

Je crois oui. Vous l’avez dit, la NBA c’est les Galeries Lafayette, il se passe toujours quelque chose, il y a trente équipes, il y a des personnages, des stars, LeBron James, Kobe Bryant, etc, du jeu, des histoires, des stars aussi dans les tribunes,  des grandes villes, d’énormes marchés comme Los Angeles, Chicago, New York,  et puis aussi des joueurs Français performants. Il ya tout de même treize français en NBA et sur ces treize là il y en a 7-8 qui sont vraiment très présents dans leur équipe. C’est important aussi ça de pouvoir suivre leur actualité au quotidien. Vous avez une équipe de France entière en NBA. Tout le cinq  de départ est là : Tony Parker, Boris Diaw, Nico Batum, Joakim Noah,   Gelabale, sans oublier Nando de Colo… et les autres.

Vos habitudes de travail ont-elles changé en arrivant à beIN Sport ? Le traitement éditorial de la NBA est-il différent de celui de Canal+ ?

Vous avez peut-être remarqué qu’il y a beaucoup de gens de Canal ici quand même (sourire). Maintenant, sur la NBA, ici, c’est un peu différent : l’offre est quotidienne, il faut rester pointu, on ne peut plus trop se permettre de laisser passer une journée sans s’informer. Surtout avec le magazine quotidien maintenant. A Canal+, l’émission était hebdomadaire. On pouvait encore se permettre de faire une impasse sur une journée. Et puis il y avait des jours où je voyageais en Euroligue ou en Pro A, où il n’était pas toujours facile, au niveau connexion, de suivre quand on est dans un pays improbable. Là, je regarde tout.

Vous concentrer uniquement sur la NBA c’est idéal pour vous non ?

Non, je ne raisonne pas comme ça. Moi j’aime la balle orange qu’un mec envoie dans le cercle rouge, peu importe que ce soit la NBA ou une autre compétition.

En ce qui concerne le commentaire d’un match de NBA, où le spectacle est déjà partout, dans les tribunes comme sur le parquet, matchs, qui plus est, regardés par une population de fans connaisseurs, quel est le rôle du consultant ?

Le principal, c’est de ne pas être nuisible. Avoir bien préparé son truc, essayer, quand on n’est pas en direct, de regarder tout ce qui se passe autour du jeu, pour amener un complément, pour arriver à expliquer sur des mouvements de foule, des changements de joueur, des changements de défense, des attitudes de coach, des moments qu’on ressent et puis raconter des histoires, donner des détails. De toute façon, pendant le match, c’est le jeu qui porte le consultant. Il ne faut pas vouloir placer ses bons mots coûte que coûte, attendre que le jeu en procure l’occasion. Il ne faut pas vouloir faire son show.

Sportivement, cette saison est intéressante ?

Oui déjà parce qu’il y a Miami, le champion en titre. Il faut quand même dire que le basket est arrivé dans un endroit où le football américain était roi avec les Dolphins, deux fois titrés au Superbowl. Aujourd’hui les stars sont LeBron James, Dwyane Wade, Chris Bosh, Ray Allen, Pat Riley aux manettes…  Puis il y a les autres grands joueurs dont j’ai parlé avant, Tony Parker qui fait encore partie des cadors de la bande avec les Spurs, la confirmation de Joachim Noah, l’émergence de Nico (Batum), Ronny Turiaf qui est dans une équipe qui gagne, Seraphin qui s’éclate dans une équipe de la lose, mais qui s’éclate… Il y a toujours des histoires, des personnages.

Cette année, il y a trois, quatre, allez, voire cinq équipes à coup sûr qui se détachent, à commencer par les finalistes de l’an dernier, Miami et Oklahoma, les Spurs et les Clippers ne sont pas loin à l’Ouest, et à l’Est encore, les Knicks de New York qui ont des chances d’aller en finale de conférence. L’émergence de Brooklyn est sympa aussi. Certains pensaient, mais j’avais émis des réserves, que les Lakers de Los Angeles allaient tout écraser, or ils ne sont pas là pour le moment.

Et bientôt le All Star Game 2013 pour lequel beIN Sport promet un dispositif exceptionnel et la retransmission de tous les événements du week-end (15-17 février)… Vous serez sur place, en direct de Houston le 17 février ?

Oui, et ce sera le premier All Star Game auquel j’assiste. Je n’en ai jamais vu que ce soit en touriste ou en tant que journaliste ou consultant car soit je coachais, soit je commentais des matchs ! Même si ce n’est pas le moment de la saison que je préfère, je vais avoir les yeux qui brillent car c’est le rendez-vous des stars.

propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc en exclusivité pour En Pleine Lucarne

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(4) Readers Comments

  1. Merci Vinc,

    Très bonne itw qui correspond parfaitement au Monsieur!
    Envoi un mail avant la prochaine fois si t’as le temps, peu importe le type tant sur ca parle de notre balle orange!!!
    I love this game,
    A+

  2. Merci Vincent pour cette interview.
    En revanche, j’aurais bien aimé lui poser quelques questions… Par exemple, pourquoi quitter le groupe Canal qui diffuse la ProA alors que lui-même est encore au bureau directeur de la Ligue ? Ou n’est-ce pas frustrant de ne pas pouvoir commenter les équipes de France ? Ou encore, comment sont-ils organisés chez BeIN pour pouvoir diffuser un magazine quotidien ? L’équipe Basket de la chaîne ne craint-elle pas le surmenage (comme l’équipe Foot en fin d’année 2012) ? Pensent-ils encore faire évoluer leur dispositif basket ?

    Bref, plus globalement Vincent, serait-il possible de nous indiquer la liste de tes prochains invités ? Ainsi on pourrait te proposer des questions. Libre à toi ensuite d’aller les piocher pour ton interview :)

    • Merci mais j’avais 5-10 minutes :) les prochains ? Ben le problème c’est que je décide toujours au dernier moment en général mais quand je saurai je vous dirai. Pour équipe basket ils ont du monde a Bein en commentateurs. Pour le reste tu as pose les bonnes questions. Merci.

  3. Salut

    Tres sympa cette interview sur Monclar ! Un consultant que j’apprecie beaucoup.

    Il ne faut pas etre etonné de la reaction de canal plus mon cher Monclar concernant l’attitude de la direction CANAL + sur la perte historique des droits de nba…
    C’est pas surprenant de la part des champions du profit à tout prix et qui aiment pour pigeonner les abonnés fans d’un sport de saucisonner au maximum leur droit sportifs dont ils disposent à leur guise… C’est devenu dans leur gene à force…
    Sans oublier parfois que ça peut mener à une aventure rocambolesque si on le malheur de vouloir resilier le contrat canal…

    Heuresement que bein sport commence peu à peu à devenir une alternative credible pour les droits sportifs premium à tout ceux qui ne supportent plus la politique du groupe canal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>