Entretiens EPL Football Les News Ligue 1 — 19 janvier 2013

Désormais, chaque information sur le Paris Saint-Germain fait parler. Surtout la dernière en date. Nick Broad, membre du staff parisien est décédé, vendredi, à la suite d’un accident de voiture. Malgré la demande du report du match, la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et le PSG aura bien lieu ce dimanche 20 janvier, à 21 H 00 sur Canal Plus. Invaincus depuis 2005 contre le PSG, les Girondins et la presse locale s’apprêtent à recevoir la délégation parisienne à Chaban-Delmas. Frédéric Laharie, journaliste football au quotidien Sud Ouest, est lui aussi dans son match. Depuis presque une semaine. Alors, comment se prépare t-on dans une rédaction locale pour ce genre d’événement ?

Frédéric, comme à chaque déplacement du PSG cette saison, les rédactions s’enflamment autour du club de la capitale. Ce doit être également le cas à Sud-Ouest avec cette affiche Bordeaux-PSG ?

Nous sommes habitués à ce genre de rencontre. Même si Bordeaux ne dispute pas la Ligue des Champions depuis trois saisons, ils ont quand même remporté un titre de champion de France il n’y a pas si longtemps avec, également, un quart de finale de C1. Donc la rédaction est entrainée aux événements importants et surtout, de les gérer sans que ce soit la sur-excitation.

Mais reconnaissons-le, c’est un match particulier dans la saison avec celui contre l’Olympique de Marseille. Sud Ouest couvre les entrainements ouverts au public quasi quotidiennement et nous sommes, assez souvent, peu nombreux au Haillan (le centre d’entrainement des Girondins). Ces deux, trois derniers jours, notamment hier, lors de la conférence de presse et à l’entrainement, il y avait plus de monde. Des personnes que l’on ne voyaient plus depuis la C1 et les beaux jours des Girondins.

Depuis quelques jours déjà, le site internet et le journal Sud Ouest proposent de nombreux sujets autour de cet événement.

Notamment le duel entre Henrique et Zlatan Ibrahimovic ou évidemment, sur le côté hors-norme du PSG à travers sa médiatisation et l’engouement autour du club de la capitale. La preuve, le stade va faire le plein dimanche pour la première fois depuis un an. L’effet PSG est indéniable, les places seront également les plus chères de l’année.

Hormis cet aspect, un Bordeaux-PSG reste toujours particulier pour les supporters ?

Pour les supporters un Bordeaux-Paris SG est moins important qu’un Bordeaux-Marseille. Avec l’OM, il existe une rivalité historique qui remonte aux histoires des années 50, des finales de Coupe de France, la rivalité entre Claude Bez et Bernard Tapie et surtout, le fait que Marseille n’ait pas gagné ici depuis 1977 ! Un record auquel les supporters tiennent beaucoup. Donc nous ne sommes pas forcément dans le duel entre la province et la capitale. Pour l’image, nous dirons que c’est l’opposition du pot de terre contre le pot de fer. C’est toujours excitant de pouvoir renverser le favori annoncé.

Dans la semaine, dès le journal de lundi, on traitait déjà sur les raisons d’y croire.

 

Le dispositif, surtout celui de dimanche, doit tout de même être différent qu’à l’accoutumé ?

L’édition de Sud Ouest du dimanche est un peu à part. Nous publions un cahier sport avec trois pages sur l’affiche. C’est la première fois de la saison que l’on dépasse deux pages de présentation. Nous faisons également un effort particulier au niveau de la couverture de la rencontre puisque nous serons trois journalistes. Le match étant à 21H00, il existe certaines contraintes au niveau du bouclage, donc si nous souhaitons ouvrir une troisième page pour nos premières éditions, il faut que l’on soit trois.

Il y aura peut-être un live internet aussi pour véritablement retranscrire l’ambiance. Le but est vraiment d’être complet dans les premières éditions. Après, il y a un système de repiquage, c’est à dire que pour les matches à 21H00, le premier bouclage est à 23H00. Donc un papier par journaliste. Ensuite, nous avons un peu plus de marge pour les autres éditions de Gironde pour apporter d’autres informations. Dans la semaine, dès le journal de lundi, on traitait déjà sur les raisons d’y croire. Les infos paraissent aussi sur internet mais nous souhaiterions en donner encore plus !

Cet effort n’est-il pas préjudiciable aux autres sports de la région ? Notamment dans un coin de la France où le rugby est prépondérant.

A Bordeaux, le club phare c’est les Girondins. Certes, il y a le rugby avec l’Union Bordeaux Bègles, le basket avec une équipe en Pro B mais les Girondins restent la vitrine de la région. Cela se discute surtout avec le rugby et sa grosse actualité dans le Sud Ouest où l’on dénombre cinq clubs de Top 14 dans notre zone de diffusion.

Malgré tout, ce week-end, c’est Coupe d’Europe pour le rugby et seul Biarritz est en course donc le calendrier fait que ce Bordeaux-PSG prend l’avantage. Nous n’oublions pas pour autant le reste de l’actualité sportive avec notre envoyé spécial au Mondial de handball ou le Vendée Globe et François Gabart originaire de Charente.

C’est d’ailleurs souvent reproché par le club de ne pas être le journal local qui les encourage.

La question revient souvent pour la presse locale mais n’est-il pas trop difficile de ne pas être supporter de la formation suivie quotidiennement ?

Sincèrement non. Évidemment, on préfère lorsque Bordeaux gagne, d’un point de vue professionnel, il est toujours plus facile de suivre une équipe qui marche bien. En revanche, nous avons tout intérêt à ne pas être trop supporter car on perd en crédibilité. On ne peut pas mentir. Les lecteurs, les supporters sont aptes à juger et souvent, ils sont plus durs que nous ! Il est déterminant de garder ce recul. C’est d’ailleurs souvent reproché par le club de ne pas être le journal local qui les encourage. Si Bordeaux l’emporte, nous serons enthousiastes sans forcément tomber dans le chauvinisme aveugle.

Vous êtes également très présent sur le réseau social Twitter (@FredLah). C’est la rédaction qui vous encourage à « twitter » et de garder ce lien avec les lecteurs ?

C’est personnel, nous n’avons pas d’obligation particulière. Sud Ouest, comme beaucoup de journaux, favorise la transition vers internet. Twitter ça me plait, c’est réactif. Pour exemple, hier en début d’après-midi, j’ai appris très rapidement que Mauricio Pochettino (ancien joueur du PSG et des Girondins) était nommé entraineur de Southampton. Cela permet aussi de garder le lien avec les supporters et les lecteurs toujours friands d’informations. Nous n’avons rien inventé mais en mettant #SO à la fin de nos messages, ils sont directement publiés sur le site.

Lorsque les matches ne sont pas trop tardifs, j’essaie aussi de « tweeter » un peu, cela permet d’avoir des infos différentes pour le lecteur. Nous sommes quasiment les seuls à être présents tous les jours donc autant profiter de cet avantage et donner un maximum d’informations. Mais ce n’est pas forcément moi, c’est l’entité Sud Ouest que je représente. Je ne dis pas que cela va inciter les gens à acheter le journal mais nous sommes le quotidien local, celui des Girondins, c’est une manière de garder un lien.

Propos recueillis par Steeven Devos en exclusivité pour En Pleine Lucarne.

Share

About Author

steevendevos

(1) Reader Comment

  1. Ces pauvres journalistes sr ki ne connaîtrons jamais le vrai travail de journalistes. Pour nous venant du technique vous n’avez aucunes notion de graphisme typo. En gros je parles pas du contenu mais la mise en ??page. Des lignes creuses e ?tête colone. Et kan on fait un alinéa c un cadratin et demi de renfoncement. Mais en clair écrivez vos articles mais ne prétendez pas être metteuren page et TE. MOI je ne me permet pas d’essayez de vous éliminez. Je vous renvois une page montée corrigé. Chacun son job… jean charles Augusto TE a la local. Alors faite votre métier. Mais vos mises en page sportives sont ni fait ni a faire. Aucun alignement… brer. J’ai en pas environ. Si je corrige y a du rouge partout. Eh les SR ça vous met pas les boules de ne pas pouvoir faire votre métier plutôt le le des. Je me suis aperçu il n’y avait aucun journalistes noirs ou magrébhin. Et dire k j’y ai travailler 15 ans. Bref. Merci Sarkozy. C’est votre pote ou koi. N’oubliez pas si vs voulez m faire chiez croyez moi je suis mon con le vous le pen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>