Dimanche dernier se sont terminés les Jeux paralympiques de Londres 2012. En France, TV8 Mont Blanc fut la seule chaîne à retransmettre cet événement en direct, excepté une heure sur France Télévisions. Paul Rivier, le directeur de la chaîne locale visible sur tous les FAI, le câble et le satellite, tire aujourd’hui le bilan de cette centaine d’heures de diffusion. Une chaîne qui a multiplié par cinq son audience et qui n’a pas l’intention de s’en tenir là concernant la mise en avant du handisport.

On a l’impression que la décision de diffuser les jeux paralympiques 2012 fut une décision de dernière minute de la part de TV8 Mont Blanc. Qu’en est-il réellement ?

C’est faux. Cela fait un an que nous nous sommes portés candidats auprès de France Télévisions pour diffuser cette compétition en sous-licence. Nous avons attendu qu’ils nous donnent la réponse sur leurs intentions de diffusion et cette réponse n’est intervenue que fin juillet. En plein été ! Merci, pour trouver des annonceurs, en pleine période de crise…

Mais nous avons tout de même accepté le challenge de proposer près de 100 heures de direct car les paralympiques correspondent aux valeurs de notre chaîne, de nos téléspectateurs. Nous ne souhaitions pas réaliser un « coup », comme on dit dans le jargon, car n’oubliez pas que nous avions déjà diffusé les jeux paralympiques de Turin et de Vancouver et d’autres événements handisport. C’est une de nos racines, et moi qui viens de la terre, je sais combien les racines sont importantes pour échafauder des projets d’avenir d’envergure.

Aujourd’hui quel bilan tirez-vous de cette retransmission ?

Ce n’est pas moi qui le tire, mais Médiamétrie qui vient de nous confirmer qu’entre 5 et 8 millions de personnes ont regardé au moins une fois une ou plusieurs épreuves sur TV8 Mont Blanc pendant les 11 jours de compétition. Si l’on ramène ces chiffres à nos chiffres normaux, notre audience a donc été au moins multipliée par 5 ! De plus, toujours selon Médiamétrie, 70% des Français connaissent TV8 Mont Blanc et 46% de ces 70% nous ont déjà regardé ou nous regardent encore.

Maintenant, ceux qui pensent que l’on a fait un bon coup se trompent. C’est même un mauvais coup si l’on se place en terme de rentabilité. Notre investissement global a été de 250 000 euros, dont 100 000 euros de coût additionnel. Alors que les revenus, eux (pubs, sponsors…) n’ont été que de 50 000 euros.

Vous vous y attendiez tout de même à ce que ce ne soit pas rentable ?

Non, pas à ce niveau. Nous espérions plus de générosité de certains sponsors français qui s’affichent en grand dans le métro de Londres pour dire « regardez, nous soutenons les jeux Paralympiques », mais qui ne donnent pas grand-chose. Ou alors à qui ? Il est facile, sur 100 euros, d’en donner 10 et d’en consacrer 90 à dire à tous : « regardez, je donne », sans dire combien bien sûr.

Vous regrettez de vous être autant investi ?

Non, pas du tout car nous l’avons fait pour défendre des valeurs et, avant tout, pour ces sportifs qui méritent largement cette médiatisation. On l’a surtout fait pour eux d’ailleurs. Leurs retours ont été merveilleux. Nous avons reçu des milliers de mails de remerciements, d’encouragements. En fait, les vrais handicapés, ce ne sont pas eux, ce sont les autres, des personnes valides, handicapées du cerveau, incapables d’admirer et de donner une reconnaissance à la valeur, le courage, les émotions que procurent ces athlètes handisport.

Et, preuve que nous ne regrettons pas, nous nous sommes déjà portés candidats pour acquérir les droits et diffuser les championnats du monde d’athlétisme qui se dérouleront à Lyon en 2013. Mais, vous allez voir, après ces jeux paralympiques extraordinaires organisés par les Anglais – et je tiens à leur dire bravo ! – vous allez voir que les diffuseurs français vont commencer à s’y intéresser.

Je pense que les JO 2012 paralympiques ont permis de franchir un cap, définitivement. Les progrès technologiques des prothèses, de la robotique, l’accompagnement mental, les conditions d’entraînement améliorées, des histoires à la Pistorius et, surtout, l’augmentation à venir, presque mécanique, du nombre de jeunes handicapés qui se mettront au sport font que le handisport va prendre peu à peu plus de place dans les médias et dans la société. Et, avec nos moyens (3 millions de budget annuel, ndlr), nous serons-là pour accompagner ce phénomène.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(5) Readers Comments

  1. Pingback: » Les Paralympiques par la petite lucarne

  2. sa serait bien de faire aussi la coupe du monde de foot , d europe de foot des handicapès et tous les autres sports
    c est la premiere fois que j entends parler de tv montblanc
    j espere que tous ces sportifs seront recus a l elysèe, avec le buffet
    bravo a eux est a ceux qui font que ces jeux ont lieux, ils meritent aussi une medailles

  3. Une honte , sur le service à plusieurs reprises ils ont parler des jeux paralympiques mais par contre en terme de diffusion …..rien où presque BRAVO à TV MontBlanc car ils ne faut pas oublier le courage , la volonté et les performances de ces athlètes qui mériteraient une diffusion plus larges , heureusement qu’il y à les offres des box.

  4. Pingback: OJ Paralympics 2012: “5 to 8 million viewers on TV …

  5. Et au final ca fait mal au coeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>