Entretiens EPL Les News — 27 septembre 2012

Samedi 29 Septembre, de 20h00 à 22h00, Jacques Vendroux sera aux commandes du premier numéro de « Foot Amateur » le nouveau concept de multiplex football de France Info. Une fois par mois, le directeur délégué aux sports du groupe Radio France animera en direct le Multiplex Ligue 1, au cœur d’un club de football amateur. Nous lui avons demandé de nous en dire un peu plus sur cette initiative originale.

C’est quoi « Foot amateur » ?

Nous avons choisi, une fois par mois, de décentraliser le multiplex de 20h à 22h dans un club amateur et de préférence dans un petit club de 300 ou 400 licenciés maximum. Pour cette première émission, nous avons choisi l’ES Coulogne, qui est un club du Pas-de-Calais. C’est un petit club, qui joue au niveau excellence, la onzième division du football français, dans le district Côte d’Opale de la Ligue du Nord.

Concrètement, comment va se dérouler l’émission ?

Nous serons au club house de l’ES Coulogne, d’où nous ferons l’émission, et nous aurons des invités. Nous allons faire le multiplex comme si de rien n’était, en appelant chaque match, comme nous le faisons habituellement. C’est autour des matchs que la différence va se faire. Par exemple, à 19h50 nous allons interviewer le président et le trésorier, à 20h45 nous allons interroger un joueur puis, à 21h45, un autre dirigeant, etc. Mais ils vont parler d’eux, de leur situation. Vendredi il y aura un reportage sur l’ES Coulogne, pour présenter le club, samedi aussi, nous présenterons la situation sur l’antenne de France Info. Nous voulons valoriser le football amateur, ces passionnés de foot qui souffrent à cause, peut-être, de la mauvaise image du football français.

Comment vous est venue l’idée de faire cette émission ?

J’avais bien aimé quand, pendant la campagne présidentielle, France Info avait fait une émission où ils allaient systématiquement dans les toutes petites villes et les petits villages. J’ai pensé que ce serait bien de l’adapter au football. J’ai trouvé que c’était sympa de faire parler, sans que ce soit péjoratif, la « France profonde » du football.

Qu’a-t-elle à raconter cette « France profonde » du football ?

Elle a beaucoup de choses à dire. Quand vous avez un président qui vous dit déjà, avant l’émission, « nous on tournait entre 400 et 450 licenciés mais à cause de la mauvaise image de l’équipe de France de football, on est descendus à 340. Tout ça ce n’est pas normal. Nous, la base, on en subit les conséquences. », vous vous dites qu’il faut faire un petit état des lieux de ce qu’on appelle « la base ».

Est-ce vraiment nouveau d’aller vers les amateurs ?

Jamais cela n’a été fait. Le multiplex a été créé en 1972, c’est sa 40ème année d’existence et cette année, le football professionnel fête ses 80 ans. Dans ce cadre, nous avons voulu faire quelque chose qui sorte de l’ordinaire. C’est la 4ème année que le multiplex est proposé sur France Info, avant il était sur France Inter. Nous avons voulu faire un clin d’oeil au foot amateur, qui est quand même la base de tout. Le premier contact avec le foot quand on est ado, quand on est gamin, c’est le foot amateur.

Est-ce important à la radio de se rapprocher de ses auditeurs ?

Nous, on se rapproche surtout du sport amateur. La base du football c’est le football amateur. Et du football amateur rejaillissent un certain nombre de joueurs qui peuvent devenir des stars. Moi je veux savoir comment vit l’ES Coulogne au quotidien. Je veux savoir quel est le budget, comment ça se passe, s’ils trouvent des éducateurs ou pas, s’ils trouvent des joueurs ou pas. Là, par exemple, ils ont créé une section féminine pour la première fois. Ils innovent, ils se mettent à l’actualité du jour avec les bons résultats de l’équipe de France féminine.

Est-ce aussi une façon pour France Info de se démarquer des grandes stations sportives comme RTL ou RMC ?

On ne cherche pas à se démarquer, on cherche à faire des choses qui sortent de l’ordinaire. Il ne faut pas oublier que nous sommes sur le service public, que nous devons donner la parole à tout le monde. Et notamment à nos auditeurs du multiplex, qui sont beaucoup d’amateurs. Le fait de les associer à cette émission, nous trouvons que c’est une bonne idée.

Avez-vous des idées pour vos prochaines destinations ?

Non pas encore. Par exemple, j’ai demandé à Jean-Michel Larqué, qui est président du district des Pyrénées Atlantiques, de me trouver un petit club, je demande à nos amis des locales, parce que nous avons 43 locales, de nous trouver un petit club atypique. Vous savez, ça va aller vite. Une fois par mois, ça ne nous laisse plus que 7 ou 8 clubs pour la saison 2012-2013.

Vous parlez de clubs « atypiques », quels sont les critères pour que ces clubs vous intéressent ?

Il faut que ce soit un tout petit club, de dixième à 14éme division du football français. Il faut que ce soit un petit club qui ait très peu de licenciés, que ce soit un petit club qui souffre, que ce soit un petit club qui n’a pas de moyens, que ce soit un petit club qui nous explique comment la base, les enfants, voient le football professionnel, voient l’équipe de France de football, et comment ils s’en sortent. Vous avez la femme du président qui tient la buvette, vous avez les éducateurs qui sont payés une misère pour encadrer des gamins, vous avez des gamins qui ne veulent plus jouer au football parce qu’il y a des joueurs professionnels qui se sont mal tenus. Tout cela se raconte. Mais cela ne va pas se raconter à Paris, cela ne va pas se raconter à Lyon. Cela va se raconter dans un tout petit club.

Propos recueillis par Aurélien Blaison pour En pleine Lucarne.

Share

About Author

Aurélien Blaison

(3) Readers Comments

  1. il ne faut pas oublier d’ou il viennent ces joueurs professionnels.ils ont tous débutés en amateur,a part quelques rares exceptions.Ces amateurs mérites l’argement que l’on s’interesse un peu a a eux.pour ma part je me déplace au foot et au basket amateur de ma région,ce qui ne m’empeche point de m’interesser aux sports professionnel. cette émission apportera beaucoup de connaissance sur ce milieu ,que certaine personnes ne connaisse pas.pourtant il y en a beacoup de bénévoles en france qui donnent de leur temps(et bien souvent pour pas un rond) alors respect…….!

  2. A-t-on entendu parler un jour le Directeur délégué aux sports du groupe Radio France, d’autre chose que de foot ? A ma connaissance NON. C’est dommage pour le sport. Sa réponse à la dernière question fait sourire (On dirait du JP.Pernaut !) Les petits clubs sans moyens, ayant peu de licenciés,etc… ils ont légion dans tous les sports. Le sport, ce n’est pas que le foot !!! Et s’il ne censurait pas certaines disciplines..!

  3. Et ça va intéresser qui ? France Foot a fait la meme dans son edition du vendredi et c’etait barbant.
    Sauf qd c’etait le premier club d’une celebrité.

    Ca interesse les gens du coin, et ça ennuie les autres. C’est malheureux et cynique mais bon…

    Je lui souhaite de me faire mentir mais serieusement, l’actu de Coulogne (et pourtant j’habite dans le NPDC)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>