Autres Sports Entretiens EPL Les News — 27 septembre 2012

Le match au sommet de la Division 1 de handball opposera le PSG à Montpellier, dimanche à 15h. Une rencontre que commentera Frédéric Brindelle sur Canal+ en compagnie de Gregory Anquetil et Laurie Delhostal. Nous avons demandé au « Monsieur handball » de la chaîne cryptée son avis sur l’envolée économique et médiatique de la division 1 et les perspectives qui en découlent.

Malheureusement, au lendemain de notre entretien, l’actualité s’est révélée moins glorieuse avec « l’affaire des paris », touchant le club héraultais. Le spécialiste handball du groupe Canal+ nous confie en fin d’interview son sentiment à propos de cette affaire et de ses possibles conséquences sur l’image du hand français. Attention, interview fleuve.

PSG – Montpellier, une belle affiche.  

Ce match c’est un peu le symbole du handball d’une nouvelle ère. Il arrive à un moment charnière pour le handball français. Les Bleus viennent d’être double champions olympiques après avoir été double champions du monde, nous avons fait une première saison du championnat sur Canal+, tout s’installe. On a enfin un gros championnat, et voila que le gros Montpellier, avec Karabatic  et Accambray, défie la capitale qui s’est donnée les moyens d’avoir enfin un grand club. Je pense que c’est un match charnière dans l’histoire du handball français. J’ai l’impression que le championnat de France est en train de devenir l’équivalent du Top 14 pour le rugby. Si on compare au niveau du hand, il y a la Bundesliga et notre championnat de D1.

La D1 rattrape la Bundesliga ? Est-elle partie pour s’installer comme le plus gros championnat de handball ?

Justement, je pense qu’il y a un essor à donner et cet essor c’est ce match qui doit le donner. Quel que soit le résultat. Bon, il est clair que si le PSG bat Montpellier cela confirmera ce que tout le monde pense, que Montpellier ne gagnera pas le championnat cette année. Et en plus, comme Chambéry est très fort, cela laisse vraiment une place à l’indécision. C’est ce qui faisait une des particularité de la Bundesliga, d’avoir plusieurs grosses écuries. Même si depuis un bout de temps Kiel gagne tout.

Deuxièmement, nous pouvons avoir un championnat comparable à la Bundesliga, parce qu’il existe un vrai engouement populaire. On voit bien ce que ce match va donner : il est diffusé sur Canal « Premium » et j’ai cru comprendre que la salle va être pleine, que tout le monde va en parler.

Le troisième élément primordial, et pas seulement pour le hand, c’est l’engouement au niveau des supporters. Parce que pour ça les Allemands, quel que soit le sport, sont très forts. Il m’est arrivé de commenter le tennis de table. Pour un match de championnat d’Europe de tennis de table, en Allemagne, la salle est toujours pleine. Et c’est le cas également en handball. Aujourd’hui, en hand, on a des places très fortes avec un vrai suivi de la part du public. Les meilleurs exemples sont Montpellier, Nantes et Chambéry. Paris, en faisant salle comble avec ses supporters façon PSG, c’est la même chose. On va finalement s’apercevoir à travers ce match qu’il peut y avoir un vrai engouement populaire. Ce que ça va engendrer ? Je ne souhaite qu’une chose à la Ligue, de trouver un gros sponsor. A ce moment là on pourra dire qu’on est l’égal de la Bundesliga. Ce match là doit être le déclic, il doit insuffler pas mal de choses, c’est le symbole. Le Top 14 a eu son symbole, remplir, avec le Stade Français, le Stade de France et ses 80 000 places. L’enjeu, je le situe aussi à ce niveau là.

L’année dernière, le championnat était plié assez tôt. Le fait d’avoir plus de gros clubs relance-t-il son intérêt ?

Inévitablement. L’année dernière c’était, en effet, plié assez tôt. Après, tout dépend de l’échelle à laquelle on se place. Par exemple, dans le championnat de football espagnol, on sait tout de suite que ça sera le Real ou le Barça, et l’année dernière, les écarts ont été tels que ça en devenait ridicule. Ils ont leur « clasico », ils ont leurs fans et ça suit. En revanche, un championnat de France de handball ne peut se permettre de vivre comme ça. Quand on veut vraiment se développer, on est obligé de proposer tous les éléments requis pour faire un beau spectacle. C’est-à-dire le suspense, en premier lieu, la qualité, l’engouement populaire et la couverture médiatique.

Clairement, j’ai senti un manque d’attention de la part du monde non-handball autour du championnat l’année dernière, une fois que c’était plié. Même s’il restait plein de choses et notamment la tension pour la descente. D’ailleurs, Paris aurait très bien pu descendre l’année dernière, cela s’est joué au dernier match. Nous avions fait le multiplex et c’était vraiment fabuleux, mais ça restait réservé aux initiés. Pour attirer le grand public, il faut qu’il y ait des grandes places fortes, c’est-à-dire des gros clubs avec des gros budgets, mais qui représentent aussi un vrai bassin de population.

Et c’est plus intéressant que le suspense se passe en haut du classement plutôt que pour la relégation.

Bien sûr, c’est vraiment nécessaire. Au-delà de l’arrivée du PSG, qui a le plus gros budget et une équipe vraiment très forte, on peut dire que Chambéry n’a peut-être jamais été aussi fort, avec le retour des champions olympiques comme les frères Gilles. Dunkerque est, de toute évidence, à son meilleur niveau, avec des postes qui sont doublés même si les joueurs sont peut-être un peu moins forts en comparaison. Mais les quatre grosses équipes (Dunkerque, Chambéry, Montpellier et le PSG) peuvent vraiment prétendre faire un très gros championnat. Sachant qu’après on a des places qui se développent bien, qui sont très intéressantes, où il y a un projet ambitieux et un vrai engouement populaire. Le meilleur exemple étant Nantes mais aussi Saint-Raphael ou Toulouse avec Jérôme Fernandez. Même si Toulouse est en pleine crise économique, s’ils s’en sortent, je pense que le projet sera amené à se développer. Plus quelques autres qui émergent. Ce championnat n’a jamais été aussi intéressant et le fait d’avoir plusieurs grosses équipes c’est, évidemment, la clé de la réussite.

En même temps, l’engouement autour du PSG ne risque-t-il pas de faire de l’ombre aux autres clubs et de nuire à leur développement ?

Non parce qu’aujourd’hui Montpellier a une équipe qui est capable de gagner la Ligue des Champions. Le problème c’est qu’il y a toujours des joueurs blessés, depuis quelques années, ils ont vraiment du mal à tenir leurs joueurs en forme. Mais si Patrice Canayer peut bénéficier de tous ses joueurs, sur le papier, aujourd’hui, Montpellier est vraiment capable d’être la meilleure équipe d’Europe. Ca veut dire que ,sur le papier, Montpellier et le PSG c’est kif-kif. Après, les autres clubs peuvent jouer sur cette rivalité. Sans compter que quand une équipe comme Montpellier ou Chambéry joue la Ligue des Champions, il y a toujours une phase de fatigue dont les autres peuvent profiter. Et la répartition des points est donc modifiée. Je crois que tout le monde se réjouit de ce nouveau rapport de force. Parce que s’il y a un gros qui « bouffe » tout, effectivement on ne peut pas gérer, mais s’il y a des gros qui se battent entre eux, il y a toujours des miettes à récupérer.

Après, quand le club de Célestat joue à Strasbourg contre Montpellier, il fait salle comble. Avec l’arrivée du PSG il va faire deux fois salle comble. Et on parle de grosses salles, le Zenith ou le Rhenus, donc c’est énorme. Ça fait un gros évènement sportif en Alsace qui fait rayonner le club dans la région. Même situation quand Chambéry arrive parce qu’il y a les frères Gilles qui sont champions olympiques. Le raisonnement est le même pour le club de Cesson, qui joue ses gros matchs à Rennes. Pour tous ces clubs, quand ils reçoivent ces trois gros, ils font salle comble. Donc pour eux c’est tout bénéfice. Après, il y a effectivement deux ou trois équipes qui sont en dessous, qui n’ont pas les moyens, pas le budget. Pour eux, il y a un autre championnat. Mais on retrouve cela dans beaucoup de championnats, en Ligue 1  aussi par exemple, donc ce n’est pas gênant.

Cette situation doit aussi profiter à Canal. Quelles sont vos attentes en terme d’audience ?

Sur la première année, la moyenne est au dessus de 100 000 spectateurs par match sur Canal+ Sport. Nous sommes contents, car c’était dans les objectifs, mais à la fois déçus et ambitieux. Parce que c’est une moyenne sur l’année. Sur la première partie de saison, les audiences étaient toujours plus proches des 150 000 téléspectateurs, voire une fois 200 000 sur un match. La deuxième partie de saison a été plus compliquée, à cause de plusieurs facteurs. Le titre de champion a été rapidement acquis, l’Euro était passé avec une prestation décevante de l’équipe de France, et nous avons été obligés de déplacer le match du jeudi soir au mercredi, à cause l’Europa League de football. Tout cela a fait que les audiences ont un peu chuté. Sur la dernière partie de saison, il était difficile de fidéliser le public car le championnat n’était plus aussi passionnant. Mais le début de saison était encourageant, d’autant plus que les problèmes de la saison dernière ont trouvé des réponses.

L’Europa League n’étant plus sur Canal+, tous les jeudis soirs sur Canal+ Sport peut désormais proposer un rendez-vous bien identifié handball, ce qui va permettre de fidéliser le public. Deuxièmement, le championnat ne sera pas plié parce qu’avec le PSG, Chambéry et Dunkerque face à Montpellier, la situation sera différente. Et troisièmement, après une année olympique, nous pouvons surfer sur la vague,  et avec le titre olympique décroché par les Bleus, on ne se fait pas trop de soucis. Donc forcément, je suis très confiant pour qu’on atteigne une moyenne plus haute à la fin de la saison, clairement. À cela, il faut ajouter les retransmissions sur Sport+ le samedi après-midi.

Le handball sur Canal+ « Premium », c’est amené à se reproduire ? 

Ce que je sais, par ma direction, c’est qu’aujourd’hui le handball est clairement le troisième grand sport collectif du groupe Canal+. Derrière le football et le rugby, évidemment. Quand la France joue les demi-finales et la finale des championnats d’Europe et championnats du monde, ça passe de Canal+ Sport à Canal+ « Premium », cela fait déjà trois ans que cela dure et les audiences ont été exceptionnelles parce qu’on a dépassé les deux millions pour des finales de championnat du monde qui, en plus, étaient diffusées en face sur France Télévisions. Rien que sur la co-diffusion, on faisait des scores similaires au football et on explosait nos records d’audiences. Après, sur le championnat, il y a cet exemple de PSG – Montpellier et j’ai glissé à mes patrons qu’il y avait de très bons coups à faire sur toute la saison.

Après, bien sûr, ça dépend à chaque fois de l’opportunité de la programmation sur Canal+ mais je crois qu’on peut s’acheminer vers des évènements. Et l’évènement on peut le faire notamment autour de Montpellier, Paris et Toulouse. Trois villes qui ont un club dans chacun de nos trois grands sports, le foot, le rugby et le hand. Cette année ce ne sera pas encore possible, mais j’espère qu’à terme on puisse créer un évènement dans lequel on associe pleinement le handball en faisant la journée du « Paris-Montpellier », la journée du « Toulouse-Montpellier »… Et je sens que, de plus en plus, les grandes villes françaises sont intéressées par ce côté omnisport. La réussite de Montpellier a créé des vocations. Le PSG omnisport est aussi en train de prendre forme. Donc, dans cette mouvance, je pense que le handball peut être amené à avoir des passerelles sur Canal+ premium.

Donc c’est une bonne nouvelle pour le handball français.

Oui, je suis pleinement confiant. Je commente le handball depuis 1997, je suis devenu un peu un militant, j’ai vu l’évolution. Je pense qu’aujourd’hui, le hand a tout pour réussir. Il faudra juste que les passionnés soient vraiment très fidèles, qu’ils suivent, participent, regardent et apportent cette audience qui fait que les chaînes iront de plus en plus vers le hand. Et quand il y a plus de télé, il y a plus de sponsors. J’espère aussi que la crise économique ne sera pas un frein, je crois que la réussite de la LNH sera totale au moment où un gros sponsor arrivera. C’est clair que désormais c’est le gros dossier. Si il y a un gros sponsor, ça veut dire qu’il y aura plus de facilité pour développer la qualité du spectacle du hand, qu’il y aura encore plus de grosses vedettes qui vont arriver. On a tout, il y a juste l’impulsion à donner qui peut faire que l’on passe du handball avec ses ambitions à une réussite comme celle du Top 14 en terme d’audiences, de réussite économique, etc.

Cet entretien a été réalisé mercredi, à la veille des révélations de « l’affaire des paris » concernant le match Cesson – Montpellier de la saison dernière.

Nous avons donc recontacté Frédéric Brindelle pour savoir si cet évènement pouvait changer la destinée du handball français.

 

Depuis notre première interview, « l’ affaire des paris » a quelque peu ébranlé le monde du handball. Cela change-t-il votre analyse ?

Concernant mon analyse à propos des perspectives du développement médiatique du handball, je dirais que malheureusement, médiatiquement, un scandale aide toujours un sport à se développer. J’en veux pour exemple les histoires de dopage de Richard Virenque, qui n’a jamais été aussi populaire qu’après l’histoire de « On m’aurait menti ». Autre exemple, les photos de Laure Manaudou ça a été suivi d’une explosion médiatique, ou encore la révélation de l’homosexualité d’Amélie Mauresmo. Dans tous les cas de figure, le sport et les sportifs en question ont eu une aura médiatique décuplée. Donc pour le développement médiatique, cette malheureuse affaire du handball, je dis bien malheureuse affaire, et triste, ne va pas altérer son développement médiatique. Malheureusement, quand on fonctionne à la française, on s’aperçoit que quand il y a des crises comme ça, ça ne fait qu’amplifier le développement médiatique.

Et sur le fond de l’affaire ? Avez-vous un avis ?

J’ai l’intime conviction que ce n’est pas un match arrangé. On n’est pas sur un fonctionnement OM-VA comme je l’ai entendu. Il n’y a aucun intérêt pour aucune des deux équipes à truquer ce match pour modifier le résultat et il n’y a aucune preuve, ni aucune démarche évidente, qui montre qu’il y a eu trucage de match. Et ça jusqu’au bout j’en suis convaincu.

Là où il y a une erreur c’est que la Française des Jeux a mis une cote qui ne correspondait pas à la valeur du match. On savait très bien avant ce match que Cesson avait toutes les chances de s’imposer. Ils avaient mis les formes, en jouant dans leur grande salle avec un public nombreux, ils jouaient leur fin de saison et le maintien alors que Montpellier était touché par un nombre de blessés incalculable, qu’ils étaient déjà champions, que leur dernier objectif, finir le championnat invaincus, était déjà perdu car ils avaient perdu la semaine précédente à Nîmes, donc pour eux il n’y avait plus aucun enjeu…

Tous les spécialistes du handball savaient que Cesson avait vraiment une grande chance de réaliser le coup. Parce qu’en handball, les différences de niveau technique, tactique se font plus sentir qu’en foot par exemple, mais quand il y a un niveau d’engagement et d’implication aussi différent entre deux équipes, le résultat n’est plus le même. Le hand est comme le rugby, on va à la guerre, donc si on y va sans motivation, on peut vite s’endormir sur ses lauriers et se faire surprendre. Donc concernant le fonctionnement et les valeurs du handball, je n’ai aucun doute.

Après, je pense qu’on arrive à une époque où il y a énormément de sollicitations médiatiques et de pièges. Les paris en ligne en font partie. De ce que j’ai pu comprendre, ceux qui sont interrogés dans cette affaire sont des jeunes joueurs, que c’est un truc très à la mode, on parie aujourd’hui sur tout et n’importe quoi. Je comprends qu’un jeune garçon ait voulu faire le beau auprès de sa copine en lui disant « Tu sais que tu peux te faire de l’argent parce que vu qu’on est au plus mal avant ce match, eux ils vont nous faire la peau, regarde la cote, si tu veux gagner de l’argent, c’est l’occasion. ». Tout le monde avait vu ça. La Française Des Jeux a été prise à son propre piège. […] S’il y a eu faute, il s’agit d’une belle connerie de petits jeunes et que ça leur serve de leçon. Pour le reste, je ne suis pas sûr que cela change quoique ce soit sur les valeurs du hand. Le hand dans cette affaire a un éclairage négatif mais on aura la preuve que ce n’est pas un sport pourri.

Cela change-t-il quelque chose pour Canal avant le match de dimanche ?

Cette affiche reste LA grosse affiche avec un contexte énorme. Ce sont les deux plus grosses équipes, avec des stars des deux côtés. Ce qui va changer c’est qu’à la pression du au résultat va s’ajouter la pression de l’environnement médiatique. Les gens vont tous suivre ce match, pour les raisons qui les intéressent. À cause de cette affaire ou pour la beauté du jeu. Il va y avoir beaucoup pression, de sollicitations autour du match. C’est exactement ce qu’on voit pour une finale de championnat du monde par exemple. Des gens qui ne sont habituellement pas là pour voir le handball et qui là sont intéressés, une exposition qui est supérieure à d’habitude.

Pour les deux équipes ça va être un environnement propice à une belle bagarre, à un gros affrontement. La seule question c’est que le joueur décrit par Patrick Montel dans son blog (Luka Karabatic, ndlr) a un rôle précieux dans l’équipe de Montpellier et on peut se demander dans quel état il sera. Cela peut amoindrir un peu Montpellier.

Au niveau des commentaires, on ne va pas occulter le contexte. Si à un moment , on sent une tension supérieure à celle habituellement constatée dans ce genre de confrontation, on mettra cela en perspective car effectivement certains joueurs seront sans doute un peu plus tendus que d’autres. À cause de cette affaire ou non, d’ailleurs. C’est effectivement un élément que j’intégrerai dans mon commentaire. Après, il y a une enquête en cours, tout a été dit avant la rencontre, maintenant, il faut laisser la place au match.

Entretien réalisé en exclusivité par Aurélien Blaison pour En pleine Lucarne.

Share

About Author

Aurélien Blaison

(8) Readers Comments

  1. C’est de la faute de la FDJ?
    Il y a une règle qui veut que les.sportifs et leurs proches n’aient pas le droit de parier sur leur compétition.
    Quand vous faites un pari à la base c’est quand même pour le gagner, donc si des joueurs parient sur la défaite de leur équipe, même si ce n’est qu’à la mi-temps, on peut légitimement penser que le match est fausse.
    Mr Brindelle n’a aucune objectivité, il suffit d’entendre ses commentaires plus que chauvins lors des retransmissions.
    Un conseil à canal, laissez commenter Nicolas Cocherie qui est autrement plus objectif, connaisseur et professionnel que Frédéric Brindelle.

    • Pour l’avoir côtoyer de nombreuses fois,Frederic Brindelle est une personne égocentrique et détestable, il n’a aucune légitimité dans le milieu du handball, sport qui véhicule des valeurs toutes autres que les siennes.

  2. Il est aussi la pour vendre le Hand au téléspectateur . Sa peut-être un beau match mais on peut pas le qualifier de match de l’année seulement après 3 journée, c’est le défaut des journalistes en faire trop pr attirer le + de gens !

  3. On ne peut qualifier le match Paris – Montpellier de match au sommet de la saison. C’est méconnaître le handball français.

    • Le match arrive un peu tôt dans la saison il est vrai mais on ne peut pas en parler comme d’un match banal du championnat de France. Montpellier est le roi du hand hexagonal mais un nouveau prince ambitieux veut conquérir son territoire.
      Même si le PSG n’est pas un candidat au titre, il est devenu un club à suivre pour les premières places.

  4. PAUVRE BRINDELLE…
    Brindelle nous dit que c’est la faute de la française des jeux qui a mis une cote élevée sur ce match!!!!!!circulez y a rien a voir!!!!!

    • L’analyse de Brindelle n’est pas totalement erronée mais il occulte un point central pour moi: un sportif n’a pas le droit de parier sur sa compétition, que ce soit lui ou un de ses proches, c’est tout !
      Et il s’agit même pas d’éthique, il s’agit de la loi.

  5. Le monde du handball fait en tout cas corps derriere Montpellier vu cette interview. C’est dingue. Jusqu’à quand ?

    La justice va faire son travail mais l’affaire Montel-L. Karabatic est difficilement croyable.

    Pour le fond, Brindelle est tres bon comme d’hab. Tres militant, c’est bien.

    On peut juste regretter cette analyse simplette « un championnat n’est intéressant que par son suspense »

    Perso, bien sur, c’est mieux s’il y en a mais on regarde avant tout de bons matches.
    Je prefere voir un OM-PSG sans enjeu qu’un Niort-Laval décisif pour la montée en L1

    Personne ne dirait qu’un Gasquet-inconnu au 3e tour de RG n’a aucun interet ou est ennuyeux. Meme si on sait bien qu’en demies ce sera Nadal, Djoko, Murray et Federer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>