L'Actu Média Les News Ligue 2 — 25 juillet 2012

Il y a quelques jours nous avions publié la lettre de Frédéric Thiriez, le président de la LFP, adressée au Collectif SOS Ligue 2, suite à la pétition lancée par ce dernier pour boycotter BeIn Sport et la LFP qui programment le championnat de Ligue 2 le vendredi à 18h45.

Aujourd’hui, le Collectif SOS Ligue 2 répond à la lettre de Frédéric Thiriez et n’est pas convaincu par ses arguments. La voici dans son intégralité.

« M . Frédéric Thiriez,

Ce n’est pas sans une certaine surprise que le Collectif SOS Ligue 2 a pris connaissance, le vendredi 13 juillet 2012, de la réponse à notre communiqué*.
Après avoir balayé d’un revers de la main, sous prétexte de l’absence d’une structure juridique, une réunion entre le Collectif, le diffuseur BeIN Sport et la LFP, voilà que vous vous contentez d’un texte expéditif aux contours méprisants. Les plusieurs milliers de personnes qui soutiennent notre démarche apprécieront.

Puisque vous qualifiez nos relations de franches, alors soyez-le jusqu’au bout !

Pourquoi vous cachez-vous derrière ce pseudo-compromis ?
Est-ce le diffuseur qui, en France, dispose de tous les droits ?
Ou n’est-ce pas plutôt à la LFP de mettre en place un cahier des charges imposant une plage horaire au diffuseur, plage horaire compatible avec une fréquentation des stades par le plus grand nombre ?
En effet, quel compromis acceptable pouviez-vous obtenir après avoir offert au diffuseur la possibilité de fixer les matches de football de Ligue 2 entre 18h et 19h le vendredi ? Cette aberration n’aurait-elle pas été impossible si vous aviez imposé avant toute chose la négociation des horaires à partir de 20h ?

En outre, M. Thiriez, ne cédez pas trop, s’il vous plaît, à la facilité de l’emploi des mots «faillite » et « sauvetage ». A vous entendre, on en viendrait presque à croire que la saison 2012/2013 de Ligue 2 n’a pu voir le jour que grâce à l’argent du diffuseur BeIN Sport. Mais si tel était le cas, tirez alors les conclusions de vos dix dernières années de présidence de la Ligue de Football Professionnel…

Par ailleurs, comptez-vous ignorer encore longtemps les soutiens officiels apportés par de nombreux présidents de Clubs de Ligue 2, des dizaines de joueurs, des membres des staffs techniques, plusieurs des d’acteurs médiatiques, économiques et politiques, sans oublier les milliers d’amoureux du football ?

Alors que nous faisons l’effort de nous constituer en acteur représentatif et ouvert au dialogue, vous nous écartez de la discussion. Pire que cela, votre réponse respire même le mépris envers les clubs et supporters de Ligue 2. Finalement, nous en retirons un texte creux qui résume votre vision du football français aux seuls éléments financiers.

Croyez bien, M. Thiriez, que notre lutte ne fait que commencer. Nous allons continuer à faire valoir nos revendications dont nous vous aurions volontiers fait part si…vous aviez bien voulu les écouter. »

Le Collectif « SOS Ligue 2″.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(14) Readers Comments

  1. @arabem
    Point.fr – Publié le 26/07/2012 à 18:04 – Modifié le 26/07/2012 à 18:05
    Pour Daniel Salvatore Schiffer, les JO modernes sont un véritable symbole du capitalisme contemporain en ce qu’il a parfois de plus indigne.
    Photo d’illustration.

    Photo d’illustration. © Miguel Medina / AFP

    Commentaires (11)

    À ne pas manquer

    LE POINT DU JOUR : Mario Draghi, déontologie et TGV Paris-Lyon…

    Par Constance Gay
    Quand la Révolution relançait les Jeux olympiques…

    Par Marc Fourny
    Liban : le Hezbollah défie le président

    Par Angela Ghanem
    Quel droit de visite pour l’enfant à naître ?

    Par Laurence Neuer
    Libérez la recherche !

    Par Didier Raoult
    L’iPhone est-il toujours l’avenir d’Apple ?

    Par Guerric Poncet

    Nos horreurs économiques : telle est l’implacable mais juste formule par laquelle Rimbaud, alors révolté par les très dures conditions de vie de la classe ouvrière, qualifiait, dans ses Illuminations, la réalité sociale de son temps. Mieux : c’est dans un poème portant le très emblématique titre de Soir historique (1886), où il faisait implicitement allusion à ce « grand soir » auxquels les révolutionnaires marxistes et autres anarchistes de gauche rêvaient tant, que le jeune Rimbaud, encore très idéaliste en ces années-là, émettait cette critique qui, bien qu’elle se référât là au dernier grand « mythe poétique » comme le réputait Sartre en sa « Critique de la raison dialectique », n’en demeurait pas moins fondée.

    Mais que dirait-il donc aujourd’hui, ce « voyant » extralucide de Rimbaud, à voir, pour ne s’en tenir qu’à notre actualité la plus brûlante, ce gigantesque barnum économique, foire de toutes les empoignes marchandes, entourant l’imminente cérémonie d’ouverture, ce 27 juillet 2012, des Jeux olympiques de Londres, événement médiatique et planétaire par excellence ?
    Mittal et la flamme olympique : le déshonneur des JO

    Car que l’on y songe un instant : c’est Lakshmi Mittal, milliardaire P-DG d’Arcelor-Mittal, le fossoyeur de toute une région ouvrière de notre bonne vieille Europe, depuis les hauts-fourneaux de Liège-Seraing (en Belgique) jusqu’aux aciéries de Florange (en France) en passant par le bassin sidérurgique de Schifflange-Rodange (au Luxembourg), qui sera l’un des porteurs de la flamme olympique. Et cela, pour le remercier, argue le CIO, d’avoir dépensé 18 millions d’euros, au moment même où il supprimait des dizaines de milliers d’emplois avec la fermeture de ces différents sites, pour la construction de la fameuse Tour Orbit : une structure d’acier rouge destinée à symboliser, précisément, ces JO de Londres.

    C’est dire si les syndicats ouvriers des pays concernés ont toutes les raisons de se sentir insultés, floués et écoeurés face à ce flagrant déni des valeurs de l’olympisme, au premier rang desquelles émergent, ainsi que l’indique sa charte, « la responsabilité sociale » tout autant que « le respect des principes éthiques fondamentaux universels ».

    Parfaitement justifiée apparaît donc la lettre que les représentants syndicaux ont adressée, en front commun, au président, Jacques Rogge, du Comité international olympique. Ils y disent en effet ne pas « comprendre commet (il) (Jacques Rogge) parv(ient) à combiner ces principes, et l’honneur de les défendre accordé (…) à un homme (Lakshmi Mittal) qui apparaît comme l’un des grands massacreurs d’emplois de l’histoire industrielle. » Et de conclure leur missive en affirmant, d’un ton non moins sévère, ne pas saisir que l’olympisme puisse « récompenser ceux qui broient des vies ».

    Ce cynisme sans nom, alibi des pires stratégies financières et manoeuvres sociales, Viviane Forrester le dénonçait elle aussi, il y a une quinzaine d’années déjà, en un essai portant le très rimbaldien titre, justement, d’Horreur économique (1996) : « Nous vivons au sein d’un leurre magistral, d’un monde disparu que nous nous acharnons à ne pas reconnaître tel et que des politiques artificielles prétendent perpétuer. Des millions de destins sont ravagés, anéantis, par cet anachronisme dû à des stratagèmes opiniâtres, destinés à donner pour impérissable notre tabou le plus sacré : celui du travail. »
    La nauséabonde odeur des pétrodollars

    L’horreur économique ne s’arrête toutefois pas là. Car cette très rentable entreprise que sont devenus les Jeux olympiques modernes, véritable symbole du capitalisme contemporain en ce qu’il a parfois de plus indigne, n’a pas fait que se courber ainsi, au mépris du sort de milliers d’ouvriers désormais sans emploi pour nourrir leur famille, devant les liasses de billets de Mittal. Elle s’est aussi engluée, tout aussi honteusement, dans l’argent du pétrole, qui, lui, pue vraiment : une odeur de cadavre, sur fond de désastre écologique !

    Qu’il suffise, pour se convaincre de cet autre scandale financier et humain entourant ces JO de Londres, de considérer trois de ses principaux sponsors : BP, Rio Tinto et Dow Chemical, auxquels des associations (Bhopal Medical Appeal, UK Star Sands Network et London Mining Network) dont la crédibilité morale s’avère au-dessus de tout soupçon ont décerné la très peu enviable récompense, ex aequo, de « médaille d’or du blanchiment écologique ».

    Que l’on se souvienne, à ce propos, de la catastrophe, en décembre 1984, de Bhopal, où une usine de produits chimiques de Union Carbide, à présent propriété de Dow Chemical précisément, explosait en libérant un gaz toxique qui fera, en deux semaines, 25 000 morts (3 000 selon le bilan, largement sous-estimé, officiel) : victimes dont les familles n’ont jamais été, en outre, indemnisées !

    Et puis, le groupe pétrolier BP, qui, il y a moins de deux ans, en 2010, avait provoqué, dans le golfe du Mexique, une marée noire sans précédent, avec la dramatique destruction de la faune marine, à la suite d’un accident sur une plate-forme offshore.

    Quant à Rio Tito, groupe minier fournissant les très officielles mais onéreuses médailles de ces jeux (les plus chères, en ces temps de crise, de toute l’histoire de l’olympisme), il est de notoriété publique, excepté pour ceux qui n’ont aucun intérêt à l’entendre, qu’elle exploite sans vergogne ses travailleurs, en plus de polluer inconsidérément les sites où opèrent, en toute impunité, ses installations.
    Un intolérable apartheid sexiste

    Mais le sommet, dans cette série de scandales, se situe ailleurs, bien plus grave encore sur le plan éthique.

    Car ce que ces pétrodollars auront finalement réussi à imposer, à travers ses principaux pourvoyeurs de fonds que sont les théocraties du golfe Persique (l’Iran, le Qatar, l’Arabie saoudite, le Brunei, le Bahrein, les Émirats arabes unis…), au CIO sans que celui-ci bronche, et justifie même au contraire ce genre de décisions au nom du respect des cultures, ce sont les très phallocrates et spécifiques règles de la charia plutôt que les principes les plus sacrés, théoriquement universels depuis deux millénaires, de la charte olympique : raison pour laquelle les femmes en provenance de ces pays seront obligées de porter, y compris lors de leurs différentes compétitions sportives, le voile islamique.

    Ainsi ce que cet intolérable apartheid sexiste bafoue et nie même de manière aussi révoltante, par-delà l’ineptie de pareille attitude sportive, c’est l’esprit tout autant que la lettre de la très noble « charte olympique », laquelle dispose, textuellement, que « toute forme de discrimination (y compris du sexe) est incompatible avec l’appartenance au mouvement olympique ». Mieux : son article 51 précise, noir sur blanc, qu’ »aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique ».

    C’est dire si cet assourdissant et coupable silence du CIO, sur cette importante question de société, est en totale contradiction, non seulement avec ses propres valeurs morales, dont l’universalisme est censé être la clé de voûte, mais, de manière encore plus spécifique ici, avec l’engagement envers ce très louable principe d’égalité – entre hommes et femmes, en l’occurrence – telle qu’il se voit inscrit au coeur même de l’olympisme.
    Les protestations de la Ligue du droit international des femmes (LDIF)

    On comprend dès lors, devant ce prodigieux et funeste retour en arrière, où l’on assiste à l’abdication de toute exigence morale face à l’importance des enjeux économiques, à l’ampleur des intérêts financiers et à la primauté des stratégies géopolitiques, que la Ligue du droit international des femmes (la LDIF, association créée par Simone de Beauvoir) ait organisé ce 25 juillet, en plein centre de Londres, une manifestation lors de laquelle elle s’est employée à jeter symboliquement, dans la Tamise, la charte olympique dès lors que ceux-là mêmes qui ont été élus pour la protéger ont accepté, de manière aussi lâche et inadmissible, qu’elle se voit ainsi foulée aux pieds, niée dans sa raison d’être et bafouée jusque dans son essence même par une loi d’un autre âge : la charia, abominable matrice idéologique de l’obscurantisme religieux en ce qu’il a de plus rétrograde, sinon barbare, au regard de la condition féminine et, donc, au progrès de l’humanité !

    Daniel Salvatore Shiffer est philosophe, auteur de Critique de la déraison pure – La faillite intellectuelle des nouveaux philosophes et de leurs épigones (Bourin Éditeur), porte-parole du Comité international contre la peine de mort et la lapidation (« One Law For All »), dont le siège est à Londres.

  2. @Arabem
    Faut pas lire tout ce qui est écrit au 1er degré mais on se doit d’observer que les quatari répondent à des appels d’offres sans en avoir « l’outil » .Ils ont remporté le dernier lot de la L1, sans avoir les moyens de diffuser les 5 matchs du samedi alors que ces rencontres le seront sur les chaines de l’ADSL et qui n’existent que depuis 2 , 3 jours, alors que Canal était candidat à un moindre prix mais avec une offre supérieure , celle de foot +. Pour l’instant ces canaux n’existent pas sur le satellite, notamment sur Canalsat.Par contre BEIN 1 et 2 y sont accessibles!! Faudra y mettre le prix, pour les 8 autres chaines BEIN MAX!! les Quatari en ont assurément les moyens.
    Quant au calendrier de la L1, avec cette nouvelle distribution du vendredi qui perturbe la L2 et du dimanche à 14h , c’est aberrant. Va falloir mettre en marche plusieurs fois l’arrosage automatique pour que les joueurs ne meurent pas d’insolation à Marseille pour le 2ème match en plein cagnard du mois d’août.

  3. Encore une fois, je pense que les responsables de cette situation restent les dirigeants de la Ligue, qui a décalé un match de L1 sur le vendredi soir, et les présidents de club, qui ont refusé le créneau du samedi après-midi.

  4. pfff ils en font de trop la fameux « sos ligue 2″…

    C’est impossible de mettre en meme temps un multiplex L2 et un match de L1. La L1 c’est la priorité et c’est normal il vont pas se faire une (toute petite) concurrence a eux meme. Il sont suffisament payer cher la L1 pour donner priorité à la L1 qua

    • je reprend la suite de mon message !

      Peut etre que c’est difficile à croire mais moi je pense quand meme que c’est le diffuseur qui décide l’horaire (pour la L2) et je les comprend sinon ils n’auront pas pris la L2 et suelement 1 ou 2 match serait diffuser sur d’autres chaines.

  5. Salut

    Ils me font rire les gens qui prennent conscience que l’argent pourri l’esprit du sport ! Il ne fallait pas attendre l’arrivée du qatar pour s’en rendre compte ! Ca existe tout ça depuis bien longtemps ! Ca sent de l’anti qatarisme primaire et detestable !
    Et oui depuis bien longtemps, l’etre humain se laisse souvent seduire par la sirene du pognon !

    Sinon il faut s’en prendre seulement à la LFP pour les droits de ligue 2 et non Bein sport ! Les boycottes à l’encontre de bein sport sont scandaleuses ! Il est normal que bein sport propose en priorité la ligue 1.

    • Et on prend nos abonnements comme de gentils veaux, en fermant notre clapet bien comme il faut ?

      Jusqu’à preuve du contraire, BIS a 2 chaines et rien ne lui aurait empêché de diffuser la L2 sur BIS 2 en parallèle du match du Vendredi sur BIS 1… et de rediffuser dans la foulée, à la suite de la soirée de L2, ce même match de L1.

      Désolé mais tant que ça ne bougera pas, s’abonner équivaudra pour moi à cautionner et ça pas question !

      Petite question subsidiaire, quel club français supportes tu et quel boulot fais tu ? Juste pour savoir.

      • oui bon une majorité de ceux qui s’abonnent à be in sport ne s’abonnent pas pour la ligue2 mais pour tout le reste!

      • Salut

        Je fais aussi allusion à andré mazanni qui fait sa pleureuse en disant que le qatar va prendre tous les clubs de France lol ou bien prendre toutes les chaines en France ! Pff c’est une reaction tres tendancieuse… c’est une reaction de ce genre qui n’est pas rare de le trouver sur les differents forums !

        Sinon ne t’inquietes pas tu es libre de t’abonner ou pas! Je n’aime pas les diktas ! Mais que certains supporter fanatiquent qui mettent sur le meme plan la LFP et Bein sport ! C’est une reaction trop disproportionnée !
        Je te rappelle que bein sport a proposé les matchs le samedi apres midi mais que les presidents de clubs ont refusé !
        Bein sport a parfaitement le droit de vouloir valoriser au mieux la ligue 1 puisque ils mettent 160 millions sur la ligue 1 ! Ils ne veulent pas de concurrence frontale et ça se comprend !

        Il faut en vouloir avant tout à la LFP qui est le principal responsable en acceptant la diffusion le vendredi soir !
        Bref le boycotte d’une chaine toute entiere pour juste de la ligue 2 et pour moi injustifiée !
        Reaction totalement passionnelle !
        Et puis les insultes qui fusent sur cette chaine dans leur facebook officiel est ridicule ! Cela me pousse davantage à vouloir les defendre !

    • @ARABEM

      Tu es bete ARABEM ?

      Le message ne s’adresse pas à BEIN SPORT ! Mais bien à la LFP !

      Quant à ta paranoia sur le Qatar, il faut vraiment te calmer…

      • Salut

        Je vais etre plus precis je fais allusion à ceux qui critiquent le fait que ce soit le qatar qui s’interesse à la ligue 1 et le psg. Je ne vois pas de mal à cela. C’est une bonne chose qu’on investisse en ligue 1 qui etait en train de dépérir !
        Tant que le qatar respecte les lois françaises, ils ont parfaitement le droit ! Qu’on arrete de cherche l

      • Je ne vise pas l’article en question, mais je fais allusion à plusieurs forums ou certains intervenants qui pleurent que le qatar investissent en france ! A croire que le qatar va prendre les clés de la France…

  6. bravo au collectif SOS ligue 2 ! et merci de nous défendre ! réponse cinglante…m.thiriez ne pourra pas se cacher derrière de faux prétexte.

  7. Il apparait que, bientôt, il n’y aura plus qu’un diffuseur télé de sport en France, le Quatar et Charles Biètry.Bientôt le Quatar va se porter acheteur de tous les clubs (football, rugby, hand, volley…). Par extension, peut-être que le Quatar va se payer toutes les chaines de télé. Au train où ça va est-ce que c’est exagéré.Il vient d’acquérir les droits du hand!! Il n’ y a personne dans ce pays pour empécher le fric de pourrir le sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>