Les fans de NBA ne connaissent que lui. Et pour cause, avec le début des play-offs aux Etats-Unis, son émission Canal NBA devient incontournable à tout bon fan de basket. Mais les handballeurs le connaissent aussi très bien grâce aux Spécialistes handball qu’il anime sur canal+Sport… tout comme les amateurs de tennis et de foot. Lui, c’est Vincent Radureau, brillamment couronné le mois dernier, et doublement même, par vous, internautes, par deux trophées des Lucarnes d’Or (Canal NBA, meilleure émission hors foot, et, à titre personnel, meilleur animateur omnisports). Mais connaissez-vous ce sympathique journaliste touche à tout, l’un des piliers de la rédaction omnisports de Canal+ qu’il a intégrée il y aura 20 ans en juin prochain ? Alors comme entre Vincent on ne peut rien se refuser, il a accepté de jouer le jeu et de se dévoiler un peu plus dans ce portrait chinois. Alors Vincent,si vous étiez….

Un animal : Un bon vieux chat de gouttière, roupillant au soleil, peinard.

Une chanson : Ouh là, il y en a tellement qui me sont indispensables… Life on Mars ? de David Bowie, Our Mutual Friend  de The Divine Comedy, Bachelorette de Bjork, etc. Pour faire simple, je choisis la dernière : The Daily Mail, de Radiohead. Pas hyper réjouissante, je le concède, mais tellement profonde et puissante. Thom Yorke est un génie !

Un objet indispensable : Un instrument de musique, quel qu’il soit. Un truc qui fasse des sons, quoi, de quoi inventer ou reproduire une mélodie. Si possible une guitare, évidemment. Si possible une Gibson J-200. Quelqu’un a 5000 $ ?

Un sportif : Michael Jordan. Un talent hors du commun associé à un mental monumental, il est pour moi le sportif parfait. Et puis quelle classe… Attention, je parle du joueur, pas du patron maladroit des Bobcats. Oups.

Un club de cœur : Uniiiiiiiiited !! Le premier match que j’ai commenté pour Canal, en 1992, opposait les Red Devils à Blackburn, dans la grisaille humide du Nord de l’Angleterre. Mais voilà, ce jour là je suis tombé in love de Manchester United. « Glory, glory Man Uniiiited, and the reds go marching on, on, on !! »

Un lieu : L’îlot Brosse, au large de l’île des Pins, elle même au large de la Nouvelle Calédonie. Bon sang que c’est loin de chez nous. Mais bon sang que c’est beau. Ce coin là vaut bien chaque minute des 24 heures de voyage.

Un plat : le chevreau à l’ail vert, l’un des plats typiques de ma région poitevine, savoureux et délicat.

Une émission de télé : Je suis plutôt séries télé, c’est dans l’air du temps. La plupart américaines, mais là c’est Luther, une série britannique, qui me passionne…

Un site Internet : il y a bien sûr mes instruments de travail au quotidien : lequipe.fr, nba.com, et autres. Mais quand je fais une pause sportive, je file sur lesinrocks.com…

Votre souvenir d’événement sportif le plus marquant : Noah vainqueur de Roland Garros en 83. Évidemment, Séville 82 m’a marqué comme tout le monde, mais il m’a aussi déprimé : le sport français serait-il toujours perdant à la fin ? Heureusement, un an plus tard, Yannick sautait par dessus le filet du court central.

Ce que vous détestez : Les poseurs, ceux dont l’image n’est que calcul et prétention. Et dans un métier d’image comme le mien, il m’est arrivé d’en croiser…

 

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(1) Reader Comment

  1. Canal NBA est très réussie, le trio fonctionne parfaitement. Et Vincent c’est juste la grande classe, pas d’agressivité, ne coupe pas la parole, etc. , dommage qu’il ne fasse plus le foot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>