Entretiens EPL Les News — 18 mai 2012

A la veille de la finale de la Ligue des Champions, MarketingDigital-Football a eu la bonne idée  d’aller interviewer Laurent Oreggia, responsable nouveaux médias de l’Olympique de Marseille sur la stratégie digitale d’un grand club en C1. Avec l’autorisation de son auteur, voici quelques extraits de cet entretien instructif dont vous pourrez retrouver l’intégralité ici (et n’oubliez pas de lire aussi, en fin d’entretien, les réponses aux questions de blogueurs, elles-aussi intéressantes) .

Communique-t-on sur le digital de la même manière un jour de match de Ligue des Champions qu’un autre jour de l’année ?
Ce n’est pas un jour ordinaire, non. Selon l’importance du match, cela peut dépasser ce qu’on fait sur un Clasico par exemple. Le registre de communication est aussi différent. Le prestige de l’évènement est davantage mis en avant, plutôt qu’une rivalité ou qu’un enjeu domestique. Le jour de Dortmund, nous avons posté sur Facebook un message spécial, un « Allez l’OM » graphique que les internautes pouvaient s’approprier, « aimer » et partager en s’appuyant sur la ferveur marseillaise alors que tout le monde évoquait surtout le « mur jaune » des fans de Dortmund. Plus de 51 853 « like » ont été enregistrés sur cette seule publication. Cela reste notre record, à ce jour. Dans le même ordre d’idées, le dénouement à San Siro en 8èmes de finale a aussi été bien fêté sur Facebook. Il y a eu 32 000 « like » pour le seul post incitant à remercier Brandao pour son but décisif.

Les twittos échangent-ils avec le club de la même manière en Ligue des Champions ?
Twitter a enfin décollé depuis un an en France. Aussi, notre compte (créé en 2009) a fortement évolué. A l’origine, ce n’était qu’un partage des actus d’OM.net. A présent, c’est aussi des Live Tweets. Nous avons d’ailleurs commencé sur un match de Ligue des Champions, contre l’Olympiakos, cette saison.

Nous essayons surtout de retweeter régulièrement les messages qui illustrent bien la passion olympienne. C’est ce que nous avons fait en Coupe d’Europe, en partageant toutes les photos que les supporters nous envoyaient depuis Milan. Ces évolutions ont donné un coup d’accélérateur à notre compte. Nous allons très prochainement franchir le cap symbolique des 300 000 followers (interview réalisée le 15 mai), ce qui nous place dans le top européen, et bien sûr nettement en tête en France.

Sur le site Internet du club, avez-vous noté un accroissement du nombre de visites les jours de match de Ligue des Champions ?
Oui, et plus particulièrement pendant et après les matchs. Il y a un vrai réflexe chez nos supporters à venir sur OM.net dès le coup de sifflet final. C’est une manière de prolonger le plaisir, avec plein de contenus multimédias exclusifs, nos analyses et nos réactions. Et puisque nous sommes sur le thème de la Ligue des Champions, les jours de tirage au sort marquent aussi un net accroissement des visites. Cela s’explique par le fait que nous sommes un des rares sites de club, en France mais aussi à l’étranger, à les faire vivre en direct, avec un envoyé spécial depuis le lieu du tirage qui en fait le récit minute par minute avant de recueillir des réactions exclusives sur place de nos dirigeants mais aussi du club adverse.

Les joueurs n’auraient-ils pas une place plus importante à occuper dans le digital ?
Tout à fait. Ce n’est qu’une affaire de temps. Les mœurs évoluent en France. Il y a encore 6 mois de cela, peu de joueurs avaient un compte officiel sur Twitter et encore moins l’utilisaient dans leur communication. Aujourd’hui, certains le font avec une grande réussite, comme Gignac qui arrive à travers ses tweets à donner une image plus juste du mec sympa qu’il est. Il va sans doute faire des émules, et c’est très bien ainsi. Les joueurs sont des Ambassadeurs extraordinaires. Et lorsque ce sont véritablement eux qui gèrent leurs comptes (Facebook ou Twitter), la proximité qu’ils arrivent à créer avec leurs fans est absolument unique. Plus il y en aura, plus les clubs auront des contenus différents et pertinents à proposer à leurs followers, via des RT mais aussi en confiant symboliquement les clés du compte officiel pendant une semaine à un joueur par exemple. A la façon d’un magazine qui place une personnalité en rédacteur en chef le temps d’un numéro, pour qu’elle amène sa singularité.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>