Rugby — 16 mars 2012

Ce devait être une énorme finale pour la victoire finale du Tournoi ou tout bonnement pour le Grand Chelem. Ce sera bien une finale, mais uniquement pour les Gallois. Les hommes de Warren Gatland sont les seuls à pouvoir prétendre à l’invincibilité dans cette édition 2012. Les Français, défaits à domicile face à l’Angleterre, doivent pourtant se racheter, au risque de boucler un Tournoi raté.

Joint la semaine dernière, Matthieu Lartot avait, en plus du match France-Angleterre, évoqué longuement les Diables Rouges. Et pour ne rien se cacher, cela risque d’être difficile samedi. Explications, avant de se retrouver devant la télé, samedi, à 15h30 sur France 2. En compagnie, évidemment, de Matthieu Lartot et Fabien Galthié au micro

Quelles sont vos impressions sur cette équipe galloise, invaincue depuis le début du VI Nations ?

Depuis le début du Tournoi, on constate une chose : les équipes qui ont la possession du ballon ne gagnent pas. A l’exception du Pays de Galles ! Mais c’est parce que c’est une équipe qui joue ensemble depuis plusieurs années. C’est, comme souvent, une histoire de continuité. C’est une équipe qui joue avec presque le même XV depuis deux ans. Ils sont clairement au dessus des autres. En revanche, le demi d’ouverture Rhys Priestland est catastrophique dans le jeu au pied depuis le début du Tournoi, sans doute plus mauvais que ne l’a été François Trinh-Duc. Et pourtant Warren Gatland le maintient.

A la différence qu’il a  des joueurs avec un bon jeu au pied autour de lui, comme Leigh Halfpenny…

Oui, mais aujourd’hui – et Philippe Saint-André l’a souligné – le jeu au pied, au niveau international, est-il aussi important qu’avant ? Aujourd’hui, on a besoin du jeu au pied pour occuper le terrain adverse, mais pas forcément pour trouver les touches. Bien souvent, avec les nouvelles règles, les joueurs ne peuvent pas trouver de touches directement. C’est donc du jeu long au pied où les équipes se renvoient le ballon. Je comprends que Philippe Saint-André veuille voir Lionel Beauxis, mais je ne suis pas certain que cela règle tous les problèmes de l’équipe de France.

Rhys Priestland, qui est peut être le plus mauvais dans ce domaine là depuis le début de la compétition est toujours maintenu, parce que l’équipe gagne et a l’habitude de jouer comme ça et d’avoir une forte possession du ballon.

Pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas en France ?

C’est toute la différence entre une équipe qui a confiance en elle et une qui n’a pas confiance. Aujourd’hui, les Gallois ont confiance dans le jeu qu’ils produisent depuis maintenant deux ans et ce sont les seuls qui parviennent à imprimer leur griffe dans ce Tournoi.

C’est une constante au niveau international où la domination est quasi-systématiquement stérile…

Cela veut bien dire que les statistiques signifient quelque chose. Une équipe qui a le ballon a plus de chances de perdre car aujourd’hui on est plus en efficaces en contre, notamment sur les turn-overs et les ballons de récupération. Aujourd’hui, sur les attaques placées, beaucoup d’équipes ont du mal à prendre le pas sur les défenses. C’est peut être plus rentable de laisser la balle à l’adversaire et d’utiliser les ballons de contre. Seuls les Gallois arrivent à marquer des essais sur leurs propres lancements de jeu. Les statistiques traduisent le fait qu’on n’arrive plus à poser le jeu et que les défenses sont tellement bien organisées – et je le regrette un peu car dans le rugby moderne, on travaille plus la défense que l’attaque – qu’on a la sensation d’être stériles et d’être incapables de marquer.

La question est de savoir s’il faut désormais laisser le ballon à l’adversaire. Je pense que tant que le XV de France n’a pas de système de jeu très défini, car ils sont actuellement à la recherche de celui-ci même si on ne l’a pas tellement vu, c’est une solution.

Qu’en est-il du jeu proposé par les Bleus ?

Le projet de jeu n’est encore qu’une ébauche. Pour la première fois, Philippe Saint André et les Bleus bénéficient de quatre semaines consécutives pour travailler ensemble plus en profondeur. On attend encore pour voir des choses vraiment intéressantes. Mais peut être qu’ils nous concoctent une apothéose  pour le dernier match à Cardiff… Ce serait top.

Le gros problème des Français concerne encore et toujours les entames…

Ce sera très difficile je pense, effectivement. Si le XV de France est décroché de plus de sept points à Cardiff, il sera impossible de gagner le match. En face, c’est une équipe qui a trop de repères collectifs et qui a vraiment un capital confiance plus important que les autres nations. Aller gagner à Dublin dans un match où il y a eu un chassé croisé permanent, et remonter 80 mètres dans les dernières minutes, c’est incroyable. Faire la même chose contre l’Angleterre, pour le premier match du XV de la Rose à Twickenham, cela prouve que cette équipe a un mental à toute épreuve. On a la sensation qu’il ne peut rien lui arriver.
Mais on l’a déjà vu, sur les grands matches, les Français sont imprévisibles. Ils sont tout à fait capables sortir une grande performance à Cardiff !

propos recueillis par Thomas Perotto pour En Pleine Lucarne

Share

About Author

Thomas Perotto

(1) Reader Comment

  1. Au lieu de faire de la pub, les Bleus devraient se mettre à jouer !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>