Les News Ligue 2 — 04 mars 2012

Diffuseur privilégié du FC Nantes depuis quelques semaines, Eurosport sera lundi 5 mars, 20h30, au Stade de la Beaujoire, pour clôturer la 26ème journée de Ligue 2. En quête de victoires pour recoller au trio de tête, les Canaris accueillent une équipe du Havre en convalescence. Les Normands se sont imposés la semaine passée face à Guingamp (3-1), mettant ainsi un terme à une série de huit matches sans victoire en championnat. De leur côté, les Nantais, de nouveau dans l’obligation de gagner, vont devoir répondre présent. Incapables de faire la différence face à Metz il y a deux semaines, les joueurs du président Kita n’ont plus le temps. Le sprint final est lancé et le moindre point laissé en route pourrait avoir des conséquences désastreuses en fin de saison. Dans le cadre de notre partenariat avec Eurosport, Christophe Jammot présente les enjeux de cette rencontre. Le journaliste évoque la mauvaise passe du Havre, s’interroge sur le manque de caractère côté nantais et répond aux critiques des supporters de Loire-Atlantique suite à sa présentation ici, sur En pleine Lucarne de l’affiche contre Metz (0-0).

 

Face à Guingamp, Le Havre a mis fin à une série de huit matches sans victoire, comment expliquez-vous ce passage à vide ?

La dernière fois que l’on avait parlé du Havre, j’avais mis le doigt sur quelque chose qui s’était avéré : Les Normands ont piétiné alors que le podium était là et je reste persuadé que le problème est d’ordre psychologique. Le nouveau stade et l’importance d’être en Ligue 1 pour l’étrenner occupent tous les esprits. Les joueurs ont tiré le frein à main et le staff a même commencé à parler de la construction de cette enceinte pour expliquer les mauvais résultats. En tout cas, avec une telle série négative, cela me paraît invraisemblable que le Havre puisse se mêler à la lutte pour la montée.

Cette spirale négative met-elle en avant l’indépendance de l’équipe vis-à-vis de Mendes Da Graça, extrêmement sollicité depuis le match face à l’OM ?

Il est clair qu’une équipe comme Le Havre manque de soutien et de relais si un buteur de la trempe de Mendes traverse une période de moins bien. On le voit avec Metz par exemple, qui se retrouve en difficulté dès que Mathieu Duhamel est un peu moins en réussite. Après, peut-être que Mendes a été perturbé au moment du mercato hivernal. Son nom circulait dans beaucoup de clubs et personne n’était certain qu’il termine la saison au HAC. Bastia a vécu une situation assez similaire avec les sollicitations de Khazri.
Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre, mais cela a causé quelques soucis au niveau de son rendement pendant plusieurs semaines. C’est peut-être d’autant plus difficile pour Mendes qu’il vit sa première vraie saison en tant que titulaire. Il a du faire beaucoup d’efforts pour s’imposer, et paie peut-être aujourd’hui la note avec un coup de moins bien physique et psychologique.

Le podium est-il définitivement hors de portée pour les Havrais ?

Je pense que c’est prématuré puisque la montée reste encore de l’ordre du possible. Malheureusement, j’ai le sentiment que cette équipe n’a pas la carrure pour aller au bout des ambitions présidentielles. Sur ce que j’ai pu voir jusqu’à présent, j’ai peur que le stade soit réservé à la Ligue 2 pour la saison prochaine.
Sachant que la montée est vitale pour le club, dans quel état d’esprit sont les dirigeants, les joueurs, l’entraîneur ?

Le Havre est un club sage et a su gérer ses finances de façon à ne pas se mettre en danger en cas de non accession en Ligue 1. Avec une nouvelle enceinte qui va coûter plus cher au niveau de la location, le HAC ne peut se permettre de végéter en deuxième division. Reims évolue depuis très longtemps en Ligue 2 (avec un passage en National) et son nouveau stade d’Auguste Delaune n’a jamais connu l’élite. Idem pour Le Mans qui a loupé la montée d’un rien l’an passé et paie aujourd’hui les pots cassés de sa MMArena livrée la saison dernière. Le club a explosé sportivement et lutte pour ne pas descendre en National cette année.

A l’image du Mans, Le Havre peut-il vivre pareille mésaventure l’an prochain avec une saison très compliquée ?

C’est effectivement le risque. Il y a une pression beaucoup plus importante que ce que l’on peut imaginer sur tout le club. Le staff technique, les joueurs et surtout les jeunes ne sont pas forcément prêts à endosser ces responsabilités. Soit par un manque de caractère, soit pas un manque de talent, ils ne sont pas toujours prêts à relever ce défi. En plus, Mendes risque de quitter le club pour aller jouer en Ligue 1 si le club ne monte pas. Dans ce cas là, il faudra reconstruire un groupe. Donc j’imagine l’inquiétude dans la tête du président Louvel, Le Havre traverse un moment très important.
De son côté, Nantes a une fois de plus raté le coche face à Metz et Clermont. La pression est-elle trop forte sur les épaules des Canaris ?

Je me demande si le club n’est pas en train de s’installer dans une douceur, un confort. Je crois que cette équipe manque de caractère. L’équilibre reste fragile avec des jeunes au rendement aléatoire. Cette fin de saison est d’ailleurs l’occasion de les tester pour voir s’ils tiennent la route. Je sais que certains me reprochent d’avoir dit que Nantes manquait de prestance à domicile. Même si les résultats sont là, il manque bien souvent la manière. Landry Chauvin l’a d’ailleurs reconnu à plusieurs reprises, son équipe manque de maitrise et certains succès ont mis beaucoup de temps à se dessiner. Je crois encore que cette équipe peut-être celle de cette deuxième partie de saison. Mais le temps passe et les Nantais ne donnent toujours pas satisfaction.

J’ai vu que j’avais fait réagir nos amis nantais la dernière fois d’ailleurs (Nantes-Metz). Je tiens à dire que je ne suis en aucun cas anti-nantais bien au contraire. J’avais de la famille du côté de Saint-Nazaire et c’est une région que j’aime bien. Par contre, chers amis lecteurs, je ne me suis pas trompé. Une fois de plus l’équipe de Landry Chauvin n’a pas répondu présente dans un moment important et s’est révélée incapable de venir à bout de Metz.

Le problème pour les Nantais c’est qu’avec le sprint final, chaque rencontre va être un tournant.

Curieusement, Nantes est toujours dans le coup alors qu’elle a régulièrement grillé des jockers. Lutter chaque semaine doit être terriblement usant pour toutes les équipes ! A la différence de la Ligue 1 où vous pouvez jouer l’Europe que vous soyez quatrièmes, cinquièmes ou sixièmes, en Ligue 2, il faut aller chercher sa place sur le podium pour réussir une saison. Et pour en avoir discuté avec beaucoup de joueurs de L1 ayant évolué en L2, la pression est incroyable. Savoir que le club peut changer de dimension pour quelques bons ou mauvais résultats est compliqué à gérer psychologiquement. C’est pourquoi les clubs qui ont des joueurs qui découvrent la L2 piétinent souvent. A l’image de Monaco qui a recruté une légion étrangère au mercato hivernal pour tenter de se sauver.

Quel est l’enjeu de cette rencontre face au Havre ?

Actuellement, toutes les équipes à la lutte pour la montée n’ont pas d’autre alternative que de prendre les trois points à chaque match. L’équation est différente pour le trio de tête qui peut se permettre de calculer en prenant le point du nul à l’extérieur. Nantes n’a pas le droit de penser autrement, la victoire est impérative. En cas d’échec à la maison, cela mettra un peu plus de pression pour le prochain match à l’extérieur où il faudra réaliser un coup.

Et pourquoi pas la possibilité d’écarter définitivement les normands de la course à la montée ?

Pourquoi pas faire coup double effectivement. Mais l’enjeu est avant tout d’aller chercher un des trois clubs de devant. Quelque soit l’adversaire, les Nantais n’ont pas le droit à l’erreur. Même si en battant Le Havre ils élimineraient quasiment un candidat à la montée, je ne suis pas sur que dans leur esprit ce soit la priorité absolue. Ils joueront en connaissance des autres résultats, qui constitue un facteur important. Les joueurs peuvent se poser trop de questions et passer à côté de leur match, comme être boosté par l’idée de recoller au podium.

N’a-t-on pas tendance à oublier certaines équipes de la course à la montée comme Troyes par exemple ?

Je suis effectivement d’accord. Même dans notre programmation pour l’instant nous nous ne sommes pas intéressés à Troyes. Il y a souvent une équipe qui voyage tranquillement dans le championnat et qui montre le bout de son nez à un moment donné. Je pense à Dijon qui mis 18 ans à décrocher le cocotier. Troyes peut être cette équipe là avec un entraîneur d’expérience, des joueurs talentueux, un vrai club de tradition. Jean-Marc Furlan effacerait par la même occasion ses dernières expériences douloureuses à Nantes et Strasbourg.

Se focaliser sur Nantes peut-il être un handicap pour les Canaris ?

Les joueurs de Chauvin ont la tranquillité. Désormais le club vit dans la quiétude et le président Kita gère bien mieux les choses qu’à un moment donné. Evidemment il y a certaines attentes de la part des supporters. Mais je ne pense pas que cette équipe soit sous une pression terrible. Il y a juste aujourd’hui un manque de caractère qu’il va falloir corriger très rapidement et si possible dès lundi face au Havre, pour recoller au podium.

Est-ce la dernière chance pour Le Havre ?

Il va falloir un exploit pour passer les 6/7 équipes actuellement devant eux au classement. Il faut à la fois compter sur soi et sur les défaillances des autres. Mathématiquement ils sont toujours dans le coup, mais je trouve que beaucoup de paramètres rentrent en compte. Tout dépendra des résultats de cette journée. Si devant les équipes piétinent, Le Havre ne perdra pas davantage de terrain et sera dans la même position.

propos recueillis par Anthony Davière pour En Pleine Lucarne

Share

About Author

Anthony Daviere

(5) Readers Comments

  1. Voila qui nous relance enfin… le match a été solide, les joueurs ont tout donné pour conserver la victoire, même si on méritait un plus grand écart, on a manqué de réalisme a la finission…
    Trebel est vraiment bon, et Djordjevic apporte toujours autant…
    La montée est possible…

  2. Pingback: Le Programme TV Foot du lundi 5 mars au dimanche 10 mars | En Pleine Lucarne

  3. Nantes est bretonne historiquement , ce n’est pas 70ans de pétain qui vont effacer les gênes de beaucoup de famille nantaise !Sinon pour en revenir Mr Jammot Nantes contre Metz , a surtout été arbitré par un tocard …toutes les 30secondes ca sifflait comment développé du jeu surtout contre des Lorrains a dix derrière; tout comme Clermont , ce n’ était pas si été fermé que cela sauf qu’évoluer contre des équipes qui jouent le contre Nantes ne s’est pas déjouer. Maintenant Le Havre Troyes Reims arrivent et le jeu sera ouvert deplus les canaris ont des arguments offensif ,donc attention messieurs les pronostiqueurs !La montée pour les canaris n’est pas usurpée et peut se dessiner cette année…allez Nantes!Naoned é breizh….

    • J’étais au match et même si Metz a joué la montre dés la 20ème minute, offensivement Nantes n’a pas été assez ambitieux. Les Messins n’ont pas été dangereux du match, on peut regretter de ne pas avoir vu un choix plus offensif en seconde mi-temps. Surtout en voyant les 10 dernières minutes où enfin on a cherché à jouer et on a été dangereux.

  4. Les nantais ne sont pas des bretons! Attention à ça!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>