Autres Sports — 07 mars 2012

La saison hivernale d’athlétisme va connaître son apothéose du 9 au 11 mars prochains avec les Championnats du monde en salle organisés en Turquie. Diffuseur exclusif en clair, France Ô fera vivre en direct toutes les épreuves avec une équipe de commentateurs composée de Patrick Montel, Stéphane Diagana et Bernard Faure. Stéphane Diagana, dans le Webdo de France 2, nous présente l’événement. Et retrouvez en fin d’article le calendrier TV complet proposé par France Ô.

Du 9 au 11 mars, vous commenterez les Championnats du monde d’athlétisme en salle depuis Istanbul. Quels en sont les principaux enjeux et les disciplines à suivre particulièrement ?

Stéphane Diagana : Même s’il est difficile d’en dessiner les contours un mois avant la compétition, il y a des enjeux pour les athlètes de l’équipe de France. Renaud Lavillenie, la meilleure chance de médaille française à la perche, a été blessé au poignet, mais il semble revenir très fort, car ces championnats font partie de ses objectifs. Côté sprint, on avait de belles opportunités avec Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut, qui vient de signer un beau chrono de 6’’53 sur 60 m à Düsseldorf, mais ils n’envisagent pas de s’aligner en Turquie. Le triple sauteur Teddy Tamgho, recordman du monde en salle, est suspendu par la Fédération française, donc les espoirs tricolores reposent pour l’instant sur Renaud Lavillenie.

Sur le plan international, le format spécifique du sprint en salle (60 m) fait qu’on ne devrait pas voir Usain Bolt, alors que son compatriote jamaïcain Asafa Powell, du fait de son petit gabarit, peut se présenter.

D’une manière générale, ce sont les concours (longueur, hauteur, perche, poids…) qui offriront des plateaux complets avec la présence des meilleurs. Il faudra aussi suivre le 400 m, tant chez les hommes que chez les femmes, et les haies avec sûrement Liu Xiang et Dayron Robles.

Cela semble difficile de connaître à l’avance la liste des participants…

S. D. : Les championnats du monde en salle sont liés à la saison hivernale, l’« outdoor » à l’estivale. Classiquement, certains athlètes font souvent l’impasse en hiver, alors que ça n’arrive jamais l’été. Dans certaines disciplines, les programmes d’entraînement sont conçus pour atteindre un pic de performance l’été : dans ce cas de figure, concourir en salle nécessite un aménagement du programme d’entraînement et peut s’avérer dommageable en extérieur.

En revanche, les épreuves de saut (perche, hauteur…) fournissent généralement des plateaux complets en toute saison car il est visiblement plus facile pour les athlètes de ces disciplines de concilier préparation estivale et compétitions hivernales.

Ces championnats semblent donc propices à l’émergence de nouveaux talents…

S. D. : Oui, et certains en profitent pour saisir la balle au bond. Il existe des spécialistes de disciplines en salle car elles sont sur un format différent : je pense au 60 m par rapport au 100 m ou au 60 m haies par rapport au 100 m haies. Certains peuvent s’en servir comme rampe de lancement pour ensuite briller l’été. La concurrence s’annonce très dense lors des concours et des haies, alors que, sur le 60 m et sur le demi-fond, il sera plus difficile de se prononcer.

Du point de vue de l’athlète, qu’est-ce qui différencie fondamentalement les épreuves en salle de celles en extérieur ?

S. D. : Il n’y a pas de vent ! C’est essentiel pour les épreuves techniques comme le saut. C’est un aléa en moins à gérer. Avec un vent de côté ou des rafales sur un concours de saut à la perche, on peut avoir des têtes d’affiche qui tombent et un classement complètement chamboulé. Il n’y a pas de nivellement possible des valeurs par les conditions climatiques et les classements sont plus figés. En salle, l’athlète est plus proche du public et davantage sensible à l’ambiance.

Propos recueillis par Gaël Nivollet, pour le Webdo de France 2

Le programme TV sur France Ô*

Vendredi 9 mars

De 8 h 30 à 12 h 30 – Séries

Hauteur (F), 400 m (F), poids (H), 800 m (H), triple saut (F), 3 000 m(F), 60 m haies pentathlon (F), 60 m heptathlon (H), 800 m (F),hauteur pentathlon (F), 400 m (H), longueur heptathlon (H),1 500 m (H)

De 16 h 30 à 18 h 30 – Séries

60 m haies (F), longueur pentathlon (F), 60 m (H), poids heptathlon(H), longueur (H), 1 500 m (F), hauteur heptathlon (H), 3 000 m (H)

Samedi 10 mars

De 8 h 30 à 11 h 30 – Séries

60 m heptathlon (H), triple saut (H), 60 m haies (H), poids (F), 60 m(F), perche heptathlon (H), relais 4 x 400 m (H), hauteur (H), longueur (F), relais 4 x 400 m (F)

De 16 h 00 à 19 h 10 – Finales

Perche (H), triple saut (F), 60 m haies (F), 60 m (H), 1 500 m (F), poids (F), hauteur (F), 1 000 m heptathlon (H), 400 m (F), longueur(H), 1 500 m (H), 400 m (F), 60 m haies (F), 60 m (H)

Dimanche 11 mars

De 13 h 00 à 16 h 55 – Finales

Perche (F), longueur (F), 60 m (F), 60 m haies (H), 3 000 m (H),hauteur (H), 800 m (F), 3 000 m( F), triple saut (H), 800 m (H), relais 4 x 400 m (F), 60 m (F), 60 m haies (H), relais 4 x 400 m (H)

*France Ô disponible sur
TNT nationale gratuite (19), Orange Livebox (19), SFR Neufbox (33), Free (152), Canalsat (47), Alice (28), Numéricable (39), TNT Sat (19), FRANSAT (19). Dartybox (170 pour l’ADSL, 82 pour la fibre optique).

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(1) Reader Comment

  1. je ne pense pas que l’argent soit l’unique raison à l’absence de médiatisation de l’athlétisme. Je suis persuadé que s’il existait une réelle volonté politique de médiatiser ce sport il rencontrerait un très large public. J’encourage les journalistes de ce site à promouvoir ce magnifique sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>