Autres Sports — 31 mars 2012

La 96ème édition du Tour des Flandres se déroulera dimanche 1er avril. Cette épreuve mythique sera retransmise en deux temps sur Eurosport. Un premier point sur la course aura lieu à 12h45, avant de revenir en direct à partir de 15h15 pour vivre le final.

Jacques Leunis et Jacky Durand seront aux commentaires. Ce Tour des Flandres aura d’ailleurs une saveur particulière pour Jacky Durand. Il est le dernier français à avoir remporté l’épreuve en 1992. Il s’agit donc du 20ème anniversaire de sa victoire. Un anniversaire qu’il fêtera sur le vélo, puisqu’en cet honneur il organise demain une cyclo sur le parcours du Tour des Flandres.

Les attentes, la cyclo, son émission les Rois de la Pédale sur Eurosport et le changement de parcours : la parole est donnée à Jacky Durand.

Vous êtes le dernier Français à avoir gagné le Tour des Flandres.  Quel apport a eu cette victoire sur votre carrière ?

Elle a conditionné toute ma carrière ! Après ma victoire au Tour des Flandres, j’ai toujours eu carte blanche dans pratiquement toutes les courses auxquelles j’ai participé. Malgré la présence de grands leaders dans les formations où je suis passé, j’ai eu la chance d’avoir une certaine liberté de mouvement tout au long de ma carrière grâce à ce succès.

Que représente le Tour des Flandres à vos yeux ?

Aussi bien avant ma victoire qu’après, le Tour des Flandres reste LA course à mes yeux. C’est un monstre du calendrier international en cyclisme. Je dois avouer qu’à aucun moment je me m’imaginais pouvoir gagner cette épreuve un jour. Elle reste à coup sûr la plus belle ligne de mon palmarès.

Pour le 20ème anniversaire de votre victoire, vous avez justement décidé de faire une épreuve cyclo…

Voilà ! Il y a deux ans, autour d’une bonne table. Je ne sais plus qui a lancé l’idée de faire une cyclo la veille du Tour des Flandres. On a tapé dans la main et vu que nous avons qu’une parole, on a décidé de s’élancer avec une trentaine de potes sur le parcours du Ronde 20 ans après. On va s’élancer sur 240 kilomètres.

Avez-vous réussi à convaincre des Rois de la Pédale de venir sur la cyclo ?

Oui oui (rires)! Guillaume Di Grazia était prévenu mais malheureusement il ne vient pas. Christophe Moreau sera là. Il découvrira le Tour des Flandres puisqu’il n’y a jamais participé en tant que coureur. Quant à Richard Virenque, à mon avis quand il a vu que l’épreuve faisait 240 kilomètres, il a pris peur je crois !

Parlons de ce Tour des Flandres 2012, le parcours a été changé par les organisateurs. Que pensez-vous de ce nouveau tracé ?

En Belgique, ce nouveau parcours a fait énormément de bruit. Le Mur de Grammont est un passage mythique de la course et nombreux sont ceux qui ont considéré que l’on dénaturait un peu le Tour des Flandres. Pour ma part, je trouve le parcours beaucoup plus dur qu’avant. Le Paterberg est un des monts les plus durs de la course, mais il était toujours emprunté trop tôt pour faire la différence. Il se retrouve maintenant à 10 kilomètres de l’arrivée avec le Vieux Quaremont.

Je pense qu’il n’y aura pas de surprise sur la ligne d’arrivée. Sur l’ancien parcours, il est arrivé de voir 80 coureurs au pied du Grammont, c’est à dire à 20 kilomètres de l’arrivée encore en lice pour la gagne. Cette année, ce serait pour moi une grosse surprise de voir autant de coureur à ce stade de la course.

Le Grammont était en général le mont attendu par les leaders pour faire la différence. Avec l’absence de repères, peut-on s’attendre à voir une course un peu folle ?

Non je ne crois pas ! Les coureurs connaissent parfaitement les lieux. Ils participent à de nombreuses compétitions en Belgique avant ce Tour des Flandres qui empruntent ce parcours, ils savent aussi où la course va s’emballer et se joueur. Qui plus est, l’épreuve comporte 3 boucles à effectuer en fin de course. Cet argument ne sera pas recevable pour les coureurs piégés

Quel va être selon vous, le nouveau lieu stratégique du Tour des Flandres ?

Je pense que ce sera le Vieux Quaremont ! Ce n’est certainement pas le mont le plus difficile au niveau du pourcentage, mais c’est le plus long. Il fait presque deux kilomètres. Déjà quand il intervenait à 60 kilomètres de l’arrivée, le peloton explosait. Alors là avec plus de kilomètres dans les jambes et à 10 bornes de l’arrivée. Je pense qu’on comptera les points en haut, surtout que le Paterberg arrive presque dans la continuité, donc les arrivées au sprint avec un bon groupe, je crois que c’est peu envisageable.

La course va-t-elle se résumer à un duel Cancellara/Boonen ?

Je pense qu’il faut en rajouter un ! Peter Sagan. Il est peut-être encore un peu tendre. On dit souvent que le Tour des Flandres est une épreuve pour coureurs d’expérience et pour les durs au mal. Mais je crois que le Slovaque a prouvé que c’était un battant. Je crois qu’il sera très dur à lâcher. A mon avis, pour le distancer il faudra compter sur le Vieux Quaremont parce que je pense que dans le Paterberg, il parviendra à s’accrocher.

Le coureur le plus fort du moment est Cancellara…

Oui ! Parfois il est malchanceux mais il fait ce qu’il veut en ce moment. Dès qu’il accélère il fait exploser le peloton. Après, il n’a pas peut être pas une équipe aussi forte que celle de Tom Boonen. Je pense que cela peut jouer. Si à 15 kilomètres de l’arrivée, le Belge a encore deux ou trois coéquipiers, cela peut vraiment influencer la fin de course et empêcher le Suisse de l’emporter.

Vous parliez de l’équipe de Tom Boonen qui a tout raflé en Belgique. Pensez-vous que la Omega Pharma Quick Step cette saison est l’une des meilleurs équipes de Flandriennes sur ces dix dernières années ?

Peut-être ! Etre présent sur « A travers les Flandres » ou le « E3 » qui sont des courses de 200 kilomètres, c’est quelque chose. Maintenant, tenir la distance sur le Tour des Flandres qui en fait 240, c’est encore une autre paire de manches. Cependant, je pense qu’il restera deux ou trois Quick Step en fin de course pour contrôler les hostilités. Je ne sais pas si c’est la meilleure équipe des dix dernières années mais certainement pas loin oui !

Parlons des Français. Croyez-vous qu’un tricolore peut vous succéder au palmarès cette année ?

Non ! (rires). Disons qu’il n’y en a qu’un seul qui a les jambes pour le faire. C’est Sylvain Chavanel. Mais à mon avis, il sera encore pris par la stratégie des Omega Pharma Quick Step. On se souvient de ce qu’il s’est passé la saison dernière (ndlr : Chavanel avait couru pour Boonen, il a dû se contenter d’une deuxième place alors qu’il était le plus fort de son groupe de trois).

L’année dernière, Boonen n’était pas à 100% mais cette année il l’est; donc chez Quick Step on va lui faire confiance. Sa chance pour gagner ce Tour des Flandres est simple: il faut qu’il reste trois coureurs de son équipe dans un groupe d’une quinzaine d’hommes assez loin de l’arrivée. Que Cancellara soit isolé et qu’il en profite pour s’envoler. Il lui faut à tout prix une course de mouvement. Mais c’est évident qu’il sera la carte numéro 2 derrière Boonen.

Vous voyez plus une situation où Chavanel va devoir rouler pour revenir sur un Cancellara  parti seul devant ?

Voilà complètement ! Si  Cancellara arrive à distancer Boonen sur un mont. Je crois que Sylvain devra mettre la main à la pâte pour ramener Boonen. C’est sûr et certain !

Parlons un peu des Rois de la Pédale, le talk auquel vous participez sur Eurosport. Vous avez fait deux émissions pour le moment, comment jugez-vous ce démarrage ?

J’ai trouvé ça très sympa. Il y avait un vrai manque à ce niveau-là dans le cyclisme. C’est vrai que chez Eurosport, c’est un peu à la mode de faire des émissions. On le voit avec le rugby ou encore avec la natation. Le cyclisme est quand même un sport qui fait des très bonnes audiences. Il est présent presque 365 jours par an maintenant. Je trouve que ça aurait été dommage de ne rien faire. C’était vraiment bien d’être sur le plateau, c’est passé vraiment très vite d’ailleurs. On essaye de parler sérieusement du vélo tout en collant à notre image de consultant un peu « léger » de temps en temps.

Les retours que vous entendez sont bons ?

Ils sont bons oui ! Pas mal de gens qui m’ont parlé de l’émission, notamment des coureurs et ils l’ont appréciée. Maintenant, l’objectif est d’avoir quelques coureurs sur le plateau. Ce n’est pas évident parce qu’ils sont souvent sur les épreuves. Et quand ils rentrent chez eux, ils souhaitent passer du temps en famille, ce que je comprends tout à fait. Cependant nous avons trouvé une parade en leur téléphonant, ce qui me semble tout aussi bien et convivial.

Dans l’émission, nous vous voyons dans le rôle de directeur sportif avec « le brief à Jacky », vous n’avez jamais pensé à le devenir réellement ?

Lorsque j’étais coureur, j’avais passé les brevets d’état avec une idée en tête : devenir directeur sportif à la fin de ma carrière. Mais quand j’ai arrêté en 2004, cela n’a pas pu se faire puisqu’en décembre je ne savais toujours pas si je continuais un an de plus. Peut-être qu’un jour, cela se fera…Peut-être pas.

A une époque j’étais en contact avec Jean René Bernaudeau, cela ne s’est pas réalisé pour plusieurs raisons. Maintenant je ne ferme pas les portes, si un jour on me propose un vrai projet, j’y réfléchirai. Pour l’instant, je suis vraiment bien dans mon rôle de consultant sur Eurosport donc il faudrait vraiment que le projet me plaise énormément pour que je devienne directeur sportif.

Une chose est sûre, dans le brief on voit un vrai talent d’acteur : vous n’avez pas reçu de proposition de film ?

(rires) Non pas encore ! Je crois que les réalisateurs n’ont pas forcément regardé « les Rois de la Pédale ». Je me suis vraiment éclaté à le faire.  Il fallait trouver quelque chose d’un peu décalé et je pense que le rendu n’était pas trop mal. Je sais que cela a bien fait rire les collègues aussi. J’avoue aussi qu’on l’a fait juste avant le début de l’émission et en one shot (rires).

Propos recueillis par Romain Puissieux pour En pleine Lucarne

Share

About Author

Romain

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>