Autres Sports Les News — 26 mars 2012

Nous étions hier après-midi sur l’hippodrome d’Auteuil à l’occasion du lancement de la 9e édition de l’opération menée par France Galop : Les Dimanches au Galop. But de l’opération : proposer au grand public, gratuitement, de venir pendant 8 huit week-ends découvrir l’envers du décor du monde des courses hippiques. Un enjeu important à l’heure où France Galop souhaite faire évoluer l’image des courses hippiques vers un public toujours plus familial et trans-générationnel. Parlons-en avec Bertand Bélinguier, le président de France Galop

Pour la 9e année consécutive vous lancez aujourd’hui Un Dimanche au Galop. Comment se déroule une journée type ?

Pour prendre celle de cet après-midi, nous proposerons chaque dimanche 8 courses de galop, aujourd’hui des courses de haies et du Steeple Chase. Ce sont des courses toujours assez spectaculaires avec par exemple l’obstacle de la rivière des tribunes : pour la franchir le cheval doit faire un saut de 8m. Nous proposerons également une course d’amateurs mis dans les conditions des professionnels. Ils courront sur le même parcours, avec les mêmes obstacles que les professionnels. C’est l’occasion pour des jeunes gens, hommes et femmes et des moins jeunes, le plus âgé des cavaliers a 46 ans, hôtesse de l’air ou médecins, de se plonger dans ce milieu de très haut niveau de compétitivité. Il existe peu de sports où les amateurs peuvent exercer leur activité dans les mêmes conditions que les professionnels.

C’est ça Un Dimanche au galop, sans oublier bien sûr toutes les activités annexes proposées sur l’hippodrome pour voir les chevaux d’un peu plus près, découvrir l’univers du sport hippique et tester les animations mises gratuitement à disposition du public, avec, notamment, le simulateur de course, très impressionnant.

J’espère que cela donnera au public envie de revenir, de toucher du doigt cette activité importante dans notre pays, créatrice d’emplois puisqu’elle représente aujourd’hui 74 000 emplois directs. Mais c’est surtout une activité de passion qui va très au-delà du pari sportif. Cette opération des Dimanches au Galop s’étendra sur huit week-ends, jusqu’au 13 mai prochain, à Auteuil, Longchamp ou St Cloud.

C’est la 9e saison. Etes-vous parvenu à faire évoluer l’image du sport hippique jusqu’à présent très liée, voire exclusivement liée dans l’esprit du public, aux paris sportifs ?

Nous avons déjà obtenus beaucoup de résultats, et même de très bons résultats, dans cette volonté de donner une autre image du sport hippique qui, comme vous le dites, n’est pas uniquement représenté par l’aspect paris sportifs même si c’est l’activité principale des courses hippiques. Mais je crois, vous savez, qu’il est toujours souhaitable de pouvoir montrer notre activité comme nous le faisons chaque année avec les Dimanches au galop car nous avons noté un très grand attachement de tous les publics, toutes générations confondues et dans toute la France, aux courses de chevaux.

Il y a en France 250 hippodromes, ce qui représente la moitié de tous les hippodromes existant en Europe. C’est vous dire qu’il existe en France un attachement beaucoup plus important que ce que l’on croit généralement envers les courses de chevaux mais aussi à l’élevage des chevaux de courses. C’est ce que nous souhaitons développer dans le cadre des Dimanches au Galop.

L’image du pari est pourtant solidement ancrée. Ne faut-il pas à France galop travailler encore plus pour la faire évoluer ?

Bien sûr les courses hippiques ce ne sont pas que des paris et le public qui se déplace ici le sait, mais dans tous les pays du monde les courses sont associées aux paris. Ce qui ne signifie pas que le parieur n’a d’yeux que sur le résultat de la course. Vous savez, lorsque la course débute et pendant les quelques minutes qu’elle durera, le parieur devient en quelque sorte propriétaire du cheval sur lequel il a misé. C’est un élément très fort car il signifie que le parieur est aussi un connaisseur de l’univers des courses, de la mesure que prend l’exploit sportif d’untel ou d’untel. De nombreux parieurs connaissent les jockeys, les chevaux, les propriétaires, les méthodes d’entraînement et savent ce que cache l’image du pari sportif. Le pari pimente l’observation de l’événement sportif pris dans son ensemble.

Pourtant, médiatiquement, à la télé notamment, il existe peu ou pas, sur nos grandes chaînes en clair, de programmes magazines, de reportages ou documentaires abordant l’univers ou les coulisses de ce milieu mais principalement des retransmissions de course. N’y-a-t-il pas un manque à ce niveau-là ?

Bien sûr car il faut toujours chercher à médiatiser le plus possible les champions que sont les chevaux, extraordinaires, mais aussi les jockeys français qui courent toute l’année dans des pays aussi variés que le Japon, l’Inde, Dubaï, Hong-Kong et contribuent au rayonnement des courses françaises à travers le monde.

Au même titre que le PMU qui encadre certaines retransmissions télé des courses, pourquoi France Galop ne produirait-elle pas un programme magazine télé sur l’univers des courses ?

Nous le faisions, il y a quelques années. C’est certainement à refaire et c’est une bonne occasion de recommencer.

Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc pour En Pleine Lucarne

Retrouvez le programme des Dimanches au Galop :

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(2) Readers Comments

  1. Bonjour,
    Comme vous savez, nous sommes nombreux à vouloir trouver des solutions pour arrondir nos fins de mois ou d’avoir nos propres affaires sur internet.
    Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?
    Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
    Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez.
    Voici le lien: http://revenumensuel.com/
    La formation est livrée avec 600 000 ebooks et 7 vidéos.

  2. Pingback: France Galop : « La course hippique va bien au-delà du pari sportif » – En Pleine Lucarne | Courses hippiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>