"A l'affiche" Les News Premier League — 10 février 2012

Après sa remontée fantastique face à Chelsea (3-3), Manchester United s’apprête à recevoir son plus grand rival : Liverpool. Toujours en chasse de Manchester City pour décrocher un vingtième sacre en Premier League, cette 25ème journée est toute particulière pour les hommes de Sir Alex Ferguson. Dès demain, samedi 11 février, à 13H45 sur l’antenne de Canal Plus Sport, Liverpool sortira son costume d’outsider qu’il aime tant dans le théâtres des rêves d’Old Trafford. Comme prévu,  Stéphane Guy décrypte pour En Pleine Lucarne tout  ce qu’il faut savoir sur cette affiche. Avant de commenter la rencontre avec passion, il nous raconte l’histoire de cette tension entre deux villes et surtout, des deux plus grands clubs d’Angleterre… Passionnant, comme toujours avec Stéphane Guy.

L’affiche entre Chelsea et Manchester United a tenu toutes ses promesses (3-3) ! Que s’est-il passé ?

Ce match est un miroir du Manchester United de cette année. Ils renvoient l’image d’une équipe avec d’énormes qualités, qui dans le même temps, possède des absences incroyables. Elle donne l’impression d’une formation qui n’a pas encore trouvé le bon équilibre avec notamment, une faiblesse sur le côté gauche. Certes, il est facile de pointer du doigt Patrice Evra mais le problème est plus collectif. Son match n’était pas d’une grande qualité, cependant, Evra semblait livré à lui-même. Ryan Giggs est un joueur extraordinaire, mais ne récupère pas un ballon. Malgré cette pointe de déséquilibre, Manchester United démontre une force de caractère et un potentiel offensif qui expliquent ce retournement de situation.

Le diable de Javier « Chicharito » Hernandez ne cesse d’être décisif à chacune des ses entrées en jeu. Est-ce le symbole de ce Manchester ?

Javier Hernandez est d’une extraordinaire efficacité. C’est un attaquant dans la lignée des David  Trezeguet. Ce genre de joueur, lorsqu’ils sont sur un terrain, se retrouvent soit dans la colonne passeurs, soit dans la colonne buteurs. Il est malin, ne lâche rien, renouvelle sans cesse ses appels : ces qualités font de lui un joueur incroyable. L’an passé, Chicharito a inscrit vingt buts. Depuis Ruud Van Nistelrooy, c’est un record pour un joueur nouvellement arrivé. Malheureusement, son traumatisme crânien en début de saison a quelque peu perturbé sa préparation. De plus, il est très efficace à l’extérieur, ce qui explique en partie les performances de United hors de ses bases. Ses buts rapportent des points : lorsque le Mexicain marque, c’est trois victoires et deux nuls. Il transforme une défaite potentielle en match nul et des matches nuls en victoire.

A la veille de recevoir Liverpool, les Mancuniens peuvent se sentir invincibles…

Attention car Manchester n’est pas passé loin de la correctionnelle ! Il ne faut pas oublier qu’ils ont été menés 3-0. D’ailleurs, en fin de match, Chelsea peut l’emporter à plusieurs reprises. Tant que cette équipe n’aura pas une certaine assise défensive, elle se mettra en danger. Après, Manchester United reste évidemment favori contre Liverpool.

Les Reds restent sur un match nul face à Tottenham (0-0) et peinent à trouver une vraie identité, que penser de cette équipe ?

Liverpool, c’est huit matches nuls sur douze à domicile. Ils restent invaincus mais ce bilan est très moyen pour une équipe de ce standing. La majorité de leurs points sont glanés à l’extérieur. Clairement, ce n’est pas une équipe qui aime prendre le jeu à son compte. De plus, Liverpool possède un deuxième gros soucis : l’efficacité. Sur le ratio occasions créées, occasions transformées,  les Reds sont derniers de Premier League. Dans le même temps, Manchester United est premier.

Pourtant, encore une fois, Liverpool semble pouvoir réaliser un nouveau coup d’éclat.

Depuis l’arrivée de Kenny Dalglish à la tête de l’équipe, Liverpool répond présent dans les grandes affiches. Cette année, ils ont vaincu toutes les grosses écuries du championnat. Les Reds n’ont connu que trois contre-performances : l’an dernier à Anfield face à Tottenham (0-3) dans le match  pour la cinquième place, cette année à White Hart Lane, toujours contre Tottenham (4-0), et face à Manchester City (3-0). Pour le reste, Chelsea, Arsenal et les deux Manchester en Cup n’ont pas résisté. Ce Manchester United-Liverpool reste très indécis.

La rivalité entre les deux clubs peut-elle toucher à son paroxysme samedi ?

La rencontre va se disputer sur le fond de l’affaire Luis Suarez – Patrice Evra. Pour ces « retrouvailles »,  le suspense est de savoir s’ils vont se serrer la main (ou non) pour le protocole.  Maintenant, il faut espérer que Patrice Evra garde son calme. Les deux joueurs vont forcément se retrouver en un contre un. L’Uruguayen adore traîner sur le coté du Français. L’important est que ce duel reste sportif, même si les deux hommes sont fâchés.Du côté des entraîneurs, ils sont dans la tempérance. Le problème se situe au niveau de la réaction des hommes lorsqu’ils vont se retrouver face à face. Personne ne peut prédire ce qu’il va se passer.

D’ailleurs, pouvez-vous nous expliquer la raison de cette « haine » entre les deux villes ?

C’est la plus forte rivalité qui existe en Angleterre. Elle est historique. Les raisons sont tout d’abord économiques. Pendant de longues années, Manchester était le parent pauvre de Liverpool. Cette dernière était un port,  donc toute la richesse arrivait et se répandait par Liverpool. De son côté, Manchester, qui n’avait pas d’accès à la mer, était une cité pauvre dans l’ombre de son rival. Le tournant, c’est le percement d’un canal qui a favorisé le développement économique de Manchester. Cette liaison a conversé cette rivalité historique au bénéfice des Mancuniens. Puis, est arrivée la crise et le choc pétrolier dans les années soixante-dix, quatre-vingts. Cet événement a sévèrement touché les deux villes, surtout Liverpool. Depuis, ce sont deux cités en renaissance. Elles ont quelque peu tourné le dos à leur passé industriel. Liverpool et Manchester sont en profonde mutation. De ce point de vue, Manchester est en avance.

Au niveau footballistique, on retrouve cette rivalité. Aux belles années de Liverpool, dans les années soixante-dix, quatre-vingts, quand les Reds sont au firmament de leur puissance, Manchester n’existe pas. Puis, fin des années 80, lorsque United revient en haut de l’affiche, Liverpool commence à disparaître. Ce système de vase communicant entre les deux villes, tant sur le plan économique que footballistique est assez intéressant.

Si nous devions relever un fait marquant dans cette rivalité, que serait-il ?

Il y a une chose que personne n’imaginait. Lorsque Sir Alex Ferguson remporte son premier titre avec Manchester United (1993), le huitième du club, Liverpool en compte déjà 18. Aujourd’hui, dix-neuf ans plus tard,  la balance penche en faveur de Manchester United avec 19 titres de champion d’Angleterre (le dernier sacre de Liverpool remonte à 1991). L’inimaginable s’est produit. D’un côté, les supporters de United se targuent d’être les plus titrés en Premier League, de l’autre, ceux de Liverpool avancent qu’ils restent tout de même le club le plus titré en Coupe d’Europe (Cinq Ligues des Champions (anciennement Coupe d’Europe des Clubs Champions) pour Liverpool et trois pour Manchester United).

La question revient souvent dans ce genre de rencontre. Steven Gerrard  peut-il enfin retrouver un certain niveau ?

Steven Gerrard, c’est le gros point d’interrogation…je frôle le crime de lèse-majesté. Avant de se blesser et d’être opéré, sa saison dernière était très moyenne. Depuis son retour, Gerrard n’a été que cinq fois titulaire. Lorsqu’il débute, Liverpool ne remporte pas le moindre match cette saison. En revanche, contre Newcastle, il fait une entrée extraordinaire en étant buteur et passeur décisif. Il a débuté sa carrière au haut-niveau à 18 ans. Désormais, cela fait plus de dix ans que Gerrard est dans le circuit avec des saisons de presque cinquante matches. Malgré de nombreuses blessures dans sa jeunesse, il a enchainé par la suite et souvent, porté à lui seul Liverpool durant plusieurs saisons. Effectivement, il semble physiquement amoindrie et mentalement fatigué.

Clairement, Manchester-United-Liverpool n’est pas un match comme les autres. Comment vit-on cette affiche d’Angleterre ?

Ce type de rencontre est super excitant. Dans l’ambiance, dans l’atmosphère, on ressent le poids de l’histoire à tous les niveaux. D’ailleurs en Angleterre, qui dit grande affiche, dit grand match. Dans 80% des cas, les gens ne viennent pas au stade en se demandant s’ils vont s’ennuyer.

propos recueillis par Steeven Devos, en exclusivité pour En Pleine Lucarne

Share

About Author

steevendevos

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>