Les News — 03 décembre 2011

Chaque semaine, Eurosport et En Pleine Lucarne s’associent pour vous présenter et décrypter la Grande Affiche Ligue 2 de la semaine

Lundi à 20h30, le Stade de Reims accueille FC Nantes pour le dernier match de la 16ème journée de Ligue 2, affiche bien sûr retransmise en direct sur Eurosport. Absent lors du choc entre Clermont et Reims, lundi dernier, Christophe Jammot retrouve cette semaine son rôle de commentateur aux côtés de Jean-Luc Arribart. L’occasion pour lui d’évoquer les retrouvailles entre deux monstres sacrés du football français, mais aussi, et surtout, de se pencher sur les raisons de leurs retours au premier plan. L’équipe surprise de ce début de saison reçoit la jeunesse « dorée » du FC Nantes pour « La Grande affiche Ligue 2 ». Une rencontre décryptée et passée au peigne fin par le « Monsieur Ligue 2″ de la chaîne sportive.

Reims-Nantes, un match particulier tant sur le papier qu’au classement, une belle affiche ?

C’est un match spécial puisque que le Stade de Reims va célébrer ses 80 ans. Raymond Kopa, Just Fontaine ou encore Michel Hidalgo seront présents dans les tribunes. Obligatoirement, il y aura un peu de pression sur des joueurs qui considèrent que porter le maillot de Reims reste quelque chose de fort. Jouer devant les glorieux anciens ayant fait la renommée du Stade, peut s’avérer être un facteur motivant comme inhibant.

Ce sera donc à priori un match totalement différent de celui de Clermont (défaite 1-0 de Reims) ?

La rencontre face à Clermont était un choc de circonstances mathématiques, personne n’imaginait ces deux équipes se battre pour la première place. Reims-Nantes se jouera sur un autre registre. Les Rémois seront à domicile, et affronter Nantes fait partie des moments forts dans un championnat de Ligue 2. Les Nantais vont se savoir attendus après leur dernière victoire contre Monaco (3-0), mais je crois fortement qu’elle peut se mêler durablement à la lutte.

Justement, Nantes a fait forte impression face à Monaco, dernier du championnat, est-ce une victoire en trompe-l’oeil ?

On peut légitimement se poser des questions sur la valeur d’une telle prestation. J’ai entendu Landry Chauvin, l’entraîneur nantais, dire qu’il s’agissait d’un match référence, avec une performance constante sur 90 minutes. Mais aujourd’hui, Monaco a le portrait idéal du relégué en fin de saison. Il faut rester objectif face à une équipe à la dérive totale. J’ai bien peur que l’avenir de l’ASM ne se joue d’ailleurs davantage en coulisses que sur le terrain. On parle d’investisseurs russes prêts à injecter 200 millions d’euros dans le club. Et mis à part l’arrivée de nouveaux capitaux, je ne vois pas comment Monaco pourra s’en sortir.

Cette rencontre n’est-elle pas l’occasion pour la jeunesse nantaise de marquer un gros coup ?

Ils doivent enchaîner des performances, chose qu’ils ne sont pas encore parvenus à réaliser. Veretout, Trebel ou encore Raspentino se révèlent et deviennent peu à peu les cadres de l’équipe. Même si c’est une classe biberon, Nantes avait su construire ses succès de cette manière dans le passé. Il s’agit peut-être de la bonne formule pour Landry Chauvin et le président Waldemar Kita.

Les jeunes ont-ils les épaules pour devenir les cadres de l’équipe ?

Sincèrement, je crois que oui. Entre ceux du cru, élevés à l’école nantaise (Trevel, Veretout), ceux qui arrivent du championnat amateur (Raspentino), et les retours d’expatriés (Veignaud), il y une fraîcheur intéressante. L’équipe manque encore de maturité à l’image du faux-pas concédé à Boulogne (défaite 2-1), mais cette insouciance se ressent dans la manière d’aborder leur match. Ils commencent à avoir un peu de vécu, la mayonnaise peut très bien fonctionner.

Quels rôles ont des joueurs comme Wiltord ou Pancrate ?

Après une longue blessure, Fabrice Pancrate a soigné son retour dans l’équipe en marquant contre Monaco. Il doit retrouver un peu de temps de jeu et d’efficacité. S’il parvient à marquer ses sept/huit buts, la confiance suivra et il emmènera Nantes sur la route du podium. Je le connais bien, ce n’est pas un expansif à la différence d’un Wiltord. L’ancien joueur d’Arsenal devra quant à lui retrouver un second souffle. Mais son implication et sa bonne humeur apportent énormément à un groupe qui passe par cette étape de reconstruction.

Avez-vous senti un changement de mentalité dans la maison du FCNA ?

Je ressens un peu moins de suffisance. Surtout, la plupart des joueurs n’a pas connu les affres de la relégation et les tensions avec les supporters. Il est plus facile pour eux de s’exprimer sur le terrain sans avoir ce traumatisme à effacer. Et c’est aussi le secret des bons résultats de Nantes ces derniers mois.

Les problèmes internes sont donc définitivement terminés ?

Tant que les résultats suivent, les problèmes seront laissés de côté. Kita et Chauvin n’ont pas de relation, pourtant cela n’empêche pas l’équipe de gagner ses matches. Même s’il y a moins de monde au club, moins de cadres autour du président, la victoire est l’unique remède pour faire rentrer les choses dans l’ordre. On le voit bien à Paris en ce moment, tant que le PSG remplissait le contrat sportif, personne ne se tirait dans les pattes.

La suspension de Granddi N’Goyi peut-elle s’avérer préjudiciable (10 matches pour avoir blessé le Troyen Julien Outrebon) ?

Un bon entraîneur doit savoir s’adapter à des faits comme celui-ci. N’goyi a effectivement un volume physique impressionnant mais certains joueurs sont capables de le remplacer. Je pense notamment à Djilobodji qui peut s’intercaler au milieu. L’arrivée de Krychowiak intervient également dans ce sens. Je ne sais pas s’il jouera lundi, mais il faisait partie de la crème de la Ligue 2 à Reims l’an passé. Logiquement, c’est une bonne pioche et le match risque de tourner autour de lui vu qu’il retrouve son ancien club.

La défaite de Reims à Clermont confirme-t-elle le coup de moins bien enregistré ces dernières semaines ?

C’est un club programmé pour jouer le maintien, qui s’est retrouvé devant au gré des résultats. Ils ne sont pas capables de survoler le championnat mais peuvent très bien se mêler à la lutte des cinq-six premiers. La difficulté pour Reims est de faire abstraction des grandes heures du club, du passé glorieux. L’entraîneur Hubert Fournier a beau être discret, son vécu en France et à l’étranger est un atout indéniable. Son expertise permet aujourd’hui de dégonfler les têtes, si tant est qu’elles gonflent. Le discours qu’il tient en ce moment, prouve que le mois qui arrive va être très important. Reims doit impérativement rester dans le bon wagon jusqu’à la trêve.

Etaient-ils en sur-régime en ce début de saison ?

Certainement un peu. Ils ont également su profiter du début poussif de certaines équipes, attendues tout de suite sur le devant de la scène. Derrière, pas mal de clubs sont en difficulté car c’est un championnat très compliqué. Quand on voit ce qui arrive à Lens et encore plus à Monaco, on se dit qu’aller chercher des points devient rude. Vu l’enchaînement comptable de Reims en seize journées, il est logique de croire à un sur-régime.

Nantes peut-il venir s’imposer à Reims ?

Sur ce que j’avais vu à Boulogne pendant près de 80 minutes, je dirais oui. Comme partout où il est passé, Landry Chauvin est parvenu à faire bien jouer le FCNA. Après, chaque fois que l’occasion  de marquer les esprits s’est présentée, Nantes a raté la marche. Une montée se gagne souvent à l’extérieur et les Canaris sont attendus au tournant. Dans le même temps, Reims doit absolument réagir. Vue l’homogénéité du championnat de Ligue 2, donner un pronostic est très compliqué. La confiance va jouer un rôle primordial, et Nantes reste sur une belle victoire contre Monaco, pendant que Reims s’est incliné à Clermont.

propos recueillis par Anthony Davière (3e année école de journalisme de Nice) en exclusivité pour En Pleine Lucarne

photos Eurosport

Share

About Author

Anthony Daviere

(2) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>