Entretiens EPL Les News Rugby — 07 novembre 2011

Ce matin, une fois n’est pas coutume, les trois diffuseurs du rugby en France, France Télévisions, Canal+ et Eurosport, représentés par leur directeur des sports respectifs, étaient réunis au Pavillon Royal, au coeur du Bois de Boulogne, pour présenter à la presse leurs dispositifs H Cup et Amlin Challenge Cup, dont les premiers matchs seront retransmis à partir de jeudi 10 novembre. Nous en avons profité pour demander à Arnaud Simon, le directeur d’Eurosport France, de nous parler de l’avenir de son émission « Au Contact » qui, pendant la coupe du monde (voir reportage), a suscité l’engouement des fans sur les réseaux sociaux, dans la presse, mais aussi à l’audimat. Qu’en est-il de l’avenir de ce magazine, de son développement ? Réponses.

« Au Contact de la coupe du monde« , pendant la coupe du monde de rugby sur Eurosport, animé par Géraldine Pons et Xavier Garbajosa, a fait le buzz pendant deux mois. Un vrai succès ?

Oui, ce fut réellement un vrai succès, avec des audiences dans la moyenne des audiences de la chaîne, ce qui n’était pas un pari gagné d’avance pour une quotidienne sur deux mois et avec des pics d’audience importants lors des week-end de matchs et, bien sûr, lors des matchs de l’équipe de France. Mais au-delà de ça c’est la qualité du programme qui a été reconnue.  Ce qui nous a fait plaisir, c’est d’avoir vraiment touché au coeur des fans de rugby. Nous nous en sommes rendus compte à la fois par les retours du milieu professionnel ou amateur du rugby, mais aussi sur les réseaux sociaux comme Twitter où l’on avait de vrais fans. Nous avons même réalisé un jeu-concours pour inviter des fans à assister aux coulisses de l’émission.

C’est quand même le premier talk d’Eurosport qui déclenche autant de commentaires, d’intérêt. Plus que pour celui de Leconte pendant Roland Garros par exemple.

Oui, même si pour le talk d’Henri leconte, il s’étalait sur une durée moins grande que ces deux mois de coupe du monde. S’il avait duré plus longtemps, peut-être aurait-il pris autant qu’ « Au Contact ».

Oui, mais là « Au Contact de la coupe du monde » a pris dès les premières émissions.

Oui, c’est vrai. Il est vrai qu’ « Au Contact de la coupe du monde » est la première émission talk show d’Eurosport qui ait entraîné cet élan de sympathie.

Difficile d’abandonner une formule qui marche. Comment comptez-vous rebondir sur ce succès ? Une évolution de la formule ?

Déjà, nous tenons à conserver l’esprit de l’émission d’origine « Au Contact », qu’on avait lancée l’année dernière, c’est à dire, rester sur le terrain. On retrouvera cette émission lors de la Challenge Cup, à Toulon, pour commencer, le 10 novembre, et puis sur d’autres matchs. On veut conserver le principe de prendre le temps avant et après un match, pour le présenter, l’analyser au sein des clubs, avec les présidents, les joueurs, toujours autour de Géraldine Pons et Xavier Garbajosa car la notion d’humanité, de proximité est très importante à conserver.

Il est vrai aussi que le succès de la coupe du monde nous amène à réfléchir à pérenniser ce que l’on va appeler la « version Paris » de « Au Contact ». Je pense que régulièrement, autour de certains matchs, de grosses affiches européennes, puisque nous diffuserons beaucoup de matchs de la Amlin Challenge Cup (voir calendrier tv complet), nous pourrons mettre sur pied une émission un peu événementielle, depuis nos studios à Paris et non plus depuis le terrain.

Nous pourrons alors y retrouver les consultants que l’on a pu voir pendant la coupe du monde : Olivier Magne, Abdelatif Benazzi, Xavier Garbajosa, mais aussi Olivier Canton ou Nicolas Delage, ceux que l’on a suivis pendant deux mois au quotidien. Quand on, crée comme ça une intimité qui fonctionne avec le téléspectateur, on a évidemment envie de capitaliser dessus.

On peut donc imaginer, dans cette optique, un rendez-vous événementiel plus régulier,  un « Au Contact » spécial Tournoi des VI Nations par exemple ?

Nous y réfléchissons en effet. Nous y travaillons. On va voir ce qu’on peut faire, car il est vrai qu’il y a une vraie demande rugby de la part des téléspectateurs d’Eurosport. Et si on peut le faire, on le fera. Le rugby est devenu un des piliers forts de la chaîne, ce qui n’était pas le cas avant. Nous avions comme piliers le football, les sports mécaniques, les sports d’hiver, le tennis… Maintenant il y a aussi le rugby. Nous y avons apporté ce facteur humain qui colle très très bien avec l’image des programmes d’Eurosport.

propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc, en exclusivité pour En Pleine Lucarne

Photos : Eurosport

 

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(4) Readers Comments

  1. Pingback: Page introuvable « En Pleine Lucarne

  2. Il me semble qu’Eurosport n’a aucun droit sur le T6N.

    C’est une des rares compétitions dont France Télévisions détient les droits exclusifs pour la France.

  3. Pour moi il est clair que cette émission était vraiment intéressante durant la Coupe du Monde avec une Géraldine Pons fidèle à elle-même, très pro comme elle sait le faire depuis des années sur la chaine. Et des consultants vraiment bien.
    Le seul point positif de la couverture du Mondial par le groupe TF1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>