"A l'affiche" Les News Ligue 2 — 24 novembre 2011

Chaque semaine, Eurosport et En Pleine Lucarne s’associent pour vous présenter et décrypter

La Grande Affiche Ligue 2 de la semaine.

Après deux semaines de trêve internationale, la Ligue 2 reprend ses quartiers ce week-end sur Eurosport à l’occasion de la 15ème journée. Lundi à 20h30, Clermont Foot, leader, accueille son dauphin le Stade de Reims (voir le classement) avec l’inaltérable duo Jean-Luc Arribart – Christophe Jammot aux commentaires.

Spécialiste L2 de la chaîne thématique depuis une dizaine d’années, Jean-Luc Arribart, s’est penché sur ce véritable choc au sommet. Des raisons du succès, aux chances de montée en Ligue 1, le consultant passe au crible les deux meilleures équipes, surprises, de ce début de championnat.

Alors Jean-Luc, heureux de retrouver la Ligue 2  ?

Oui, même si nous avons eu entre-temps, nous, un petit épisode qui nous plaît bien avec la Coupe de France. Ce match ne nous a pas fait beaucoup vibrer puisque Monaco s’est imposé sans problèmes à Alès (5-0). Mais nous avons pu nous divertir et nous sommes désormais ravis de retrouver le feuilleton de la Ligue 2, avec l’affiche entre les deux leaders du championnat.

Vous attendiez-vous à voir ces deux équipes à ce niveau de la compétition ?

Franchement, non. Je pensais que les départs de Toudic, Gragnic, Krychowiak allaient affaiblir l’équipe de Reims. C’est étonnant de la voir aussi forte, aussi irrésistible en ce début de saison. Pour Clermont, il s’agit d’une demi-surprise. Ils ont l’habitude de démarrer doucement et de terminer en boulet de canon. Je me souviens même il y a deux ans, qu’ils avaient fini sur un match à Arles-Avignon où le vainqueur validait sa montée en ligue 1.

Qu’est-ce qui a changé cette saison à Clermont Foot pour qu’ils démarrent en trombe ?

L’arrivée de Jean-François Rivière est pour moi l’élément déclencheur. Un buteur de cette trempe a prouvé qu’il pouvait marquer avec n’importe quelle équipe. J’étais d’ailleurs surpris qu’il signe ici, je pensais qu’il resterait en Ligue 1 avec Ajaccio. Sa réussite et son efficacité tirent Clermont vers le haut. Si vous ajoutez à cela la confirmation du talent d’Alessandrini et la solidité générale de l’équipe, vous avez les ingrédients de ce départ en fanfare.

Comment expliquez-vous l’irrégularité de Clermont à domicile ?

Même en étant en leaders, ils doivent encore travailler l’efficacité à domicile. L’environnement et le stade expliquent certainement cette incapacité de faire le plein à la maison. Clermont possède aujourd’hui un des enceintes les plus dépassés du championnat, même si les tribunes sont un peu spéciales et souvent remplies. Gabriel-Montpied est un stade indigne d’un club de Ligue 2. Une très belle maquette est proposée depuis deux ans, mais pour l’instant c’est au point mort. Avec un nouveau stade, Clermont donnera plus de confort à ses supporters. Obligatoirement, le soutien sera plus important et l’ambiance pourra permettre au club d’être costaud à domicile.

Clermont est-il dépendant de son duo Rivière  -Alessandrini (ndlr : 15 buts à eux deux sur les 19 de l’équipe) ?

On peut analyser ces chiffres d’une façon différente. Si ces deux là marquent beaucoup de buts, c’est qu’ils sont complémentaires. Il est très compliqué pour un entraîneur de trouver deux joueurs qui se comprennent, se complètent et fonctionnent bien ensembles. C’est une bonne pioche pour Michel Der Zakarian, surtout vu les moyens financiers de Clermont. Mais pour que cette doublette puisse  fonctionner, il faut que l’équipe soit solide derrière. La sécurité défensive doit lui permettre de se tourner rapidement vers l’attaque. L’effectif n’a pas vraiment bougé, les joueurs se connaissent tous et cette stabilité leur permet de mettre le duo dans les meilleures conditions.

Est-ce le pari de miser sur la continuité qui permet de réussir en Ligue 2 ?

C’est une solution réservée aujourd’hui aux clubs en manque de moyens. Si vous avez beaucoup plus d’argent, vous avez envie de changer vos joueurs. Si vous en manquez, vous faites tout pour les garder, surtout s’ils sont contents d’être chez vous. Le problème de la continuité, c’est que les joueurs qui font parler d’eux sont repérés par d’autres équipes de Ligue 2, Ligue 1 ou à l’étranger. Clermont et Reims tournent bien et je peux vous assurer que les observateurs viennent se renseigner.

A Clermont c’est un peu réducteur, mais les deux que l’on voit tout de suite sont Rivière et Alessandrini. Ce n’est d’ailleurs pas un secret : plusieurs clubs de Ligue 1 se battent pour enrôler le second. Je ne suis même pas sûr que Clermont le conservera jusqu’à la fin de la saison. Avec les systèmes de contrats à temps, les envies des joueurs et des agents, je dis souvent que garder ses joueurs deux ans de suite est miraculeux.

Des sollicitations qui ont semble-t-il fait tourner la tête du jeune Alessandrini ?

Il est compréhensible d’avoir la tête un petit peu à l’envers lorsque beaucoup de clubs s’intéressent à vous. Romain Alessandrini rêve peut-être d’une carrière à la Valbuena. On ne peut pas lui reprocher d’avoir de l’ambition et de réfléchir à ce qui serait le meilleur choix pour lui. Vis-à-vis de son club, de ses coéquipiers et du bon départ de Clermont, je considère qu’il a une obligation d’aller au bout de la saison. En restant dans son club, les deux parties seraient gagnantes : Clermont pourrait profiter de son talent et lui monter en Ligue 1. Ce serait la meilleure caisse de résonance pour lui et pour tous ses coéquipiers.

Est-il prêt à jouer en ligue 1 ?

Quand on a le talent et le potentiel, il ne faut pas perdre de temps. Une carrière passe vite et certains choix peuvent donner un coup de booster. Il faut prendre les bons wagons quand ils arrivent. Après, je ne pense pas qu’il puisse rester à Clermont si le club monte en Ligue 1. Son cas ressemble fortement à celui de Diego Ribas de Dijon (Ribas a signé au Genoa malgré la montée en première division). Il y a trop d’écart entre ce que vont lui proposer d’autres clubs de Ligue 1 ou étrangers et ce que pourra lui offrir Clermont.

Sur quelles qualités s’appuie le Stade de Reims ?

C’est une équipe et des joueurs que l’entraîneur, Hubert Fournier, connaît bien. Il y a une vraie continuité car la majorité des joueurs sont restés et cela se ressent sur le terrain. Le plus frappant, le plus impressionnant lorsque l’on voit jouer Reims, c’est son organisation de jeu. Elle défend avec beaucoup de consistance et d’agressivité et attaque avec énormément de vitesse et de permutations. Même si le profil est différent de celui de Clermont, il y a des joueurs intéressants dans toutes les lignes. Le collectif est très fort, c’est une équipe vraiment au point et Hubert Fournier en tire le maximum.

Pensez-vous que le parcours en Coupe de France de l’an passé (quart de finaliste), a pu servir de déclic dans la tête de certains joueurs ?

Ils perdent contre Nice d’une manière un peu miraculeuse alors qu’ils avaient archi-dominé (élimination 3-2 après prolongations). Ce parcours peut effectivement leur donner confiance, mais finalement c’est toute leur deuxième partie de saison qui est très bonne. Ils ne font que continuer sur leur lancée. Je les pensais affaiblis par le départ de joueurs importants, mais Fournier a réussi à les rendre encore plus forts collectivement. Il est parvenu a surfer sur la dynamique de la fin de saison dernière avec malice.

On a pourtant l’impression qu’ils marquent un peu le pas ces dernières semaines.

Oui, ils avaient du mal à gagner et on se disait qu’ils allaient entamer une période de surplace. Les équipes derrière enchaînaient les bonnes prestations et engrangeaient les points. L’écart se réduisait. Puis est venue la victoire contre Istres (Reims s’est imposé 2-1), trois points assez heureux qui leur permettent de repartir de l’avant. On sent que c’est une équipe en réussite cette saison. Ce sont des petits signes qui ne trompent pas.

Ce genre de coup de pouce vous laisse-t-il penser qu’ils feront partie du trio de tête final ?

Je me garderai bien de faire des pronostics. Cette saison est particulièrement indécise. Clermont qui a l’habitude de terminer en trombe est déjà là. Ce n’est pas évident de faire la course en tête et les Auvergnats vont le découvrir. De son côté, Reims continue d’avoir le vent en poupe malgré un petit coup de mou. Pourtant, aucun écart irrattrapable n’a encore été fait par ces deux équipes.

Certaines formations tournent toujours à 50% comme Le Mans ou Nantes qui peuvent augmenter la cadence. Puis on a des équipes très motivées, les valeurs sûres à l’image de Troyes, Le Havre et Sedan. Aujourd’hui rien ne permet de détacher un trio pour la montée et de faire des pronostiques assurés.

Ce match est-il déjà décisif ?

Evidemment, si Reims venait s’imposer à Clermont, ce serait une très belle opération. Il ne s’agit que de la 15ème journée, il reste encore 23 matches derrière ! Encore une fois, ce sera une rencontre entre les deux équipes les plus en forme de ce début de saison. Mais on est encore dans une période où il faut prendre les points sans se projeter vers le futur. Les calculs commenceront à se faire en février-mars, à 10-12 journées de la fin. Ce match n’est pas un tournant.

Reims a-t-il les capacités pour venir s’imposer à Clermont ?

Ce serait la bonne affaire puisqu’un nul favoriserait les équipes qui suivent. Mais de toute façon ce sont deux équipes très proches l’une de l’autre. Clermont a du mal à domicile et Reims est plus à l’aise à Auguste Delaune. Je serais tenté de parier sur un nul.

Reims a toujours une volonté de gagner et ne ferme jamais le jeu. A l’extérieur en tout cas, c’est l’impression qu’ils donnent (cf : Eurosport a diffusé Monaco-Reims et Sedan-Reims). Comme Clermont avec son duo d’attaque est une équipe tournée vers l’offensive, je vois plutôt une rencontre ouverte. Malheureusement, il suffit d’avancer ce genre de pronostic pour avoir un bon 0-0 ! (Rires).

propos recueillis par Anthony Davière en exclusivité pour En Pleine Lucarne en partenariat avec Eurosport

photos Eurosport

Share

About Author

Anthony Daviere

(3) Readers Comments

  1. Presque parfait ! J’aimerais juste rajouter deux trois choses pour expliquer la réussite rémoise en ce début de saison :
    - Tacalfred capitaine et défenseur central, c’est beaucoup mieux, même si Weber à ses côtés ce n’est pas l’assurance tous risques…
    - Des bons jeunes qui confirment : Mandi, Deaux
    - Un recrutement intelligent, de Ligue 2 (hein Lens, Monaco…) avec Gilhas notamment.
    - Un buteur toujours présent et qui fait du bien au groupe : Fauré

    Concernant le match de ce soir, Reims n’a jamais gagné à Clermont (3nuls et 3 défaites) même quand ils se battaient pour la tête du National… Alors je parie sur un nul, surtout que Reims à l’extérieur ce n’est pas ça, même si à Laval par exemple ou à Sedan, ils n’auraient jamais du rentrer les valises vides.

  2. Pingback: Le programme TV Foot de la semaine du Lundi 28 au dimanche 4 décembre « En Pleine Lucarne

  3. Pingback: Exclu : « L’Affiche Ligue 1″ Orange Sport et « La Grande Affiche Ligue 2″ Eurosport chaque semaine sur En Pleine Lucarne « En Pleine Lucarne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>