Entretiens EPL Les News Rugby — 21 octobre 2011

Dimanche 23 octobre, n’attendez pas 10h du matin pour vous caler devant la finale de la coupe du monde de rugby entre la France et la Nouvelle-Zélande. Zappez plutôt sur Infosport+ qui, dès 7 heures du matin, proposera une journée spéciale consacrée à l’événement : 17 heures d’antenne jusqu’à minuit (détail ici) pour faire vivre aux fans de rugby et aux supporters des Bleus ce jour si particulier. Au programme : du direct, du direct, et encore du direct, le credo de la chaîne sport du groupe Canal+ depuis le début de la compétition.

Florent Houzot, le patron d’Infosport+, nous explique les enjeux d’une telle opération, ses dessous, son programme et avoue que cette coupe du monde a donné un nouveau statut à sa chaîne. Un statut qu’il faudra désormais assumer et entretenir une fois le soufflé rugby retombé. Interview.

Cette finale de coupe du monde de rugby est, à titre personnel, votre vrai premier grand test puisque vous êtes arrivé à la tête d’Infosport+ en janvier 2011 ?

J’aimerais plutôt dire que c’est tous les jours un test sur Infosport+ depuis sa création en 1998. Depuis sa naissance, la chaîne n’a cessé de progresser pour arriver, il est vrai, aujourd’hui, à des opérations spéciales d’envergure comme celle que nous allons faire dimanche, de 7h à minuit, toute la journée en direct, afin de couvrir cette finale de rêve. On n’en oubliera pas bien sûr le reste de l’actualité sportive, notamment la Ligue 1 avec le choc Lille-Lyon. Bref, une énorme journée en perspective.

Sur cette finale, vous allez non seulement être en concurrence avec d’autres chaînes sportives, mais aussi avec toutes les chaînes d’info et les généralistes, qui elles aussi se mobilisent autour de l’événement. Comment faire la différence ?

Oui, tout le monde sera sur le pont, mais par tranches horaires et par périodes, en ce qui concerne les généralistes notamment. Notre différence c’est qu’Infosport+ sera en flux continu, au service continu des téléspectateurs. A chaque fois qu’ils viendront sur notre chaîne, ils pourront en une demi-heure avoir un panorama complet de l’actualité de France-Nouvelle-Zélande et ce quel que soit le moment de la journée. Tout en étant au contact permanent avec l’équipe de France. Pas sûr qu’entre 14 et 15h, par exemple, sur TF1, France Télé ou BFM on ait la même opportunité. Que ce soit en Nouvelle-Zélande ou à Paris, nous serons, toute la journée, présents sur l’événement, que ce soit au cœur de l’équipe de France, au bord de la pelouse à l’Eden Park pour assister à l’échauffement des Bleus, ou partout en France pour recueillir des réactions. Et bien sûr en plateau avec les consultants du groupe canal pour debriefer. Ce sera vraiment une journée exceptionnelle.

Il y a bien sûr des créneaux horaires clés sur lesquels il faudra faire la différence. On imagine qu’entre 10h et midi, pendant la retransmission du match, vous aurez à déployer moins d’énergie qu’entre 7h et 10h ou qu’entre 12 et 14h pour l’après-match.

Oui, le carrefour d’info du matin, l’avant-match, sera important. Ensuite, il y aura bien sûr un creux entre 10 et 12h pendant la rencontre. Puis Infosport+ redonnera de la puissance à partir de 12h. Entre midi et 14h, nous serons essentiellement sur le debrief du match, avec nos consultants spécialistes. Puis entre 14h et 16-17h, on retournera avec nos envoyés spéciaux sur le terrain. Et jusqu’à minuit, nous reviendrons sur tous les moments clés de cette journée. Celui qui viendra sur Infosport+ ne ratera rien.

Nicolas Tourriol (et Francis Deltéral), en direct dans la matinale dès 7h du matin

Proposer 17h d’antenne non-stop en direct c’est prendre le pari que la France sera championne du monde car, si elle perd, l’intérêt de l’après-match risque d’être moindre, non ?

L’intérêt retombera peut-être sur les chaînes généralistes, mais pas chez nous. Pourquoi ? Parce que depuis le début de la compétition, nous avons pris pour option le direct permanent au plus près des Bleus. Cette compétition, grâce au décalage horaire, a permis de faire passer Infosport+ dans une nouvelle dimension, celle justement du direct permanent, et ce dès la Matinale vers 6-7h, une première pour la chaîne. Ensuite nous avons été bien aidés par l’actualité de l’équipe de France, sportive et extra-sportive, avec les conférences de presse de Lièvremont, Rougerie, etc. Cette actualité nous a offert de nombreux rebondissements pendant toute l’épreuve. Résultat : il s’est passé des choses tous les jours, du matin au soir, et c’était tous les jours en direct sur Infosport+.

Donc pas de risque de désaffection du public en cas de défaite ?

Je ne suis pas sûr qu’en cas de défaite le soufflé retombe si vite. Parce que nous serons là pour débriefer, pour suivre le retour des joueurs à l’hôtel, pour faire le tour aussi de la planète rugby puisque Canal est aussi le groupe du rugby. Nous irons ainsi recueillir des réactions sur les terrains du Top 14, à Toulouse, Biarritz, Toulon, de Pro D2, à Grenoble pour Grenoble-Pau, au Stade de France, où sera diffusée la finale sur écran géant, dans un Pub parisien, rue de Berri, qui sera l’annexe de l’Ambassade de Nouvelle-Zélande, « Rue de la Soif » à St Germain des Près, etc… Et puis nous nous projetterons déjà sur la nouvelle équipe de France de Philippe Saint André, le tournoi des 6 Nations… Bref, il y a aura de quoi tenir toute la journée.

On a pu lire dans la presse qu’il était parfois difficile de travailler sur le terrain, notamment au contact de TF1 qui dispose d’exclusivités et les fait valoir. N’allez-vous pas rencontrer ce problème dimanche et finalement ne pas pouvoir approcher les joueurs du XV de France comme vous le souhaiteriez ?

Déjà, tout le monde savait avant la compétition que les conditions de travail étaient strictement encadrées, soumises à des règles précises pour la presse : entraînements, conférences de presse, les réactions d’après-match, etc… ce n’est donc pas une découverte que de dire que le travail sur le terrain est encadré.

Ensuite, concernant TF1, qui est le diffuseur des Bleus et qui possède sans doute quelques contrats d’exclu ou des accords avec la Fédération Française de Rugby, n’oublions pas qu’après cette finale, une fois le protocole de remise du trophée effectué, la coupe du monde est terminée, officiellement. Par conséquent, je ne sais pas dans quelle mesure les exclus ou accords passés avec TF1 seront encore tous en vigueur. Ce sera donc une période où des portes peuvent s’ouvrir un peu plus facilement que lorsque que vous êtes en plein événement ou au début. Peut-être que les joueurs de l’équipe de France auront alors plus de liberté de mouvement pour s’exprimer. De toute façon, nous les suivrons partout.

Avez-vous une rédaction renforcée à Infosport+ pour gérer une telle journée spéciale ?

En fait, pour la coupe du monde, il ne faut pas parler d’une rédaction d’Infosport+, d’une autre de Canal+ ou encore une autre d’I-télé. Pour cette coupe du monde, nous avons mis en commun nos moyens et nos énergies pour fournir du contenu à toutes les chaînes du groupe. John Daniell (photo), consultant sur « Jour de Coupe du monde » fait tous les matins Infosport+, Jean-Pierre Ellisalde qui est au contact des Bleus apparaît aussi sur nos chaînes, nos journalistes montent des sujets pour tout le monde, etc… C’est l’avantage de travailler dans un grand groupe comme Canal+.

J’imagine aussi qu’en plateau défileront tous les visages de la chaîne Premium, comme vous l’aviez fait pour la spéciale Mercato en foot…

Dimanche, la journée sera un peu particulière parce que nous allons faire de notre chaîne une chaîne porte ouverte spéciale rugby. Etant donné que les studios de « Jour de Coupe du Monde » et d’Infosport+ sont dans le même bâtiment à Boulogne, les consultants de Canal+ qui travaillent sur « Jour de Coupe du Monde » passeront sur notre plateau à un moment de la journée. Comme nous l’avions fait pour la « spéciale Mercato » à laquelle vous aviez assisté en coulisses (voir ici). Tous les animateurs foot de l’antenne étaient venus à un moment de la soirée se relayer pour faire vivre cette spéciale.

De cette journée dépendra le succès d’Infosport+ lors de cette coupe du monde ?

Non, c’était déjà satisfaisant dès le début de l’épreuve car, grâce au décalage horaire, nous savions que nous aurions la possibilité d’entrer dans la dimension du direct permanent au contact de l’équipe de France, dès 6-7h du matin, avec les points presse, les entraînements, et ce chaque jour de la semaine. Ensuite, le week-end, il y a eu de gros matchs de poule pour alimenter nos plateaux. Puis il y a eu le parcours de l’équipe de France jusqu’en finale, ce qui était le scénario rêvé. Cette journée spéciale n’est que du bonus pour nous.

Spéciale Mercato, Spéciale Finale… Ces grands moments qui marquent l’image d’une chaîne d’info sportive doivent donner envie d’en créer d’autres par la suite ?

Il est sûr que nous sommes entrés dans une dimension où à chaque fois qu’il y aura un événement d’envergure, la chaîne devra s’y adapter. Non pas en créant l’événement, mais en trouvant une bonne idée pour le traiter d’une façon différente des autres, avec toujours en tête la notion d’info et de service, et en étant le plus souvent possible en direct. Et nous le sommes de plus en plus car c’est le rôle d’une chaîne d’info sportive contrairement aux généralistes qui, en fonction de leurs contraintes de programmation, rendent l’antenne souvent très rapidement après un événement. Notre rôle est d’accompagner l’événement sportif, avant, pendant et après, pour offrir une programmation complémentaire. A nous d’être intelligent et de récupérer ces téléspectateurs qui ne veulent pas toujours brutalement couper avec l’événement après sa retransmission en direct.

 Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc, en exclusivité pour En Pleine Lucarne

photos Canal+

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(2) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>