Rugby — 13 septembre 2011

Depuis vendredi, Eurosport a entamé son marathon coupe du monde de rugby avec le lancement de son émission quotidienne de deuxième partie de soirée, « Au Contact de la coupe du monde » animée par Géraldine Pons et Xavier Garbajosa. Un événement pour la chaîne qui méritait qu’EPL aille y jeter un coup d’œil.

Nous nous sommes donc invités hier soir dans les coulisses du 3e numéro d’ « Au Contact » où le casting n’avait rien à envier aux grands du genre avec en plateau Pierre Berbizier, le consultant TF1 qui intervient ici chaque lundi, Jean-Baptiste Lafond, quart de finaliste de la coupe du monde en 1991, et le président du Rugby Club Toulonnais, Mourad Boudjellal, peu réputé pour avoir sa langue dans sa poche. Autant dire tout de suite que cette émission rythmée et passionnante, exceptionnellement diffusée en direct ce soir-là sur Eurosport2 avant de l’être sur Eurosport plus tard dans la soirée pour cause de finale de l’US Open, est déjà à la hauteur des espérances d’Arnaud Simon, le directeur général d’Eurosport (voir interview) et de Jérome Papin, son producteur et responsable éditorial. Reportage.

20h50. Siège d’Eurosport à Issy-les-Moulineaux.

En arpentant les couloirs du 4e étage pour rejoindre la régie et le beau petit studio d’ « Au Contact » tout drapé d’un noir qui fait assez classe, rien n’indique que l’on se prépare à y tourner un talk en direct. Ici, pas d’agitation démesurée, aucun bruit, loge maquillage encore déserte, tout est calme en régie, comme si après deux émissions seulement tout semblait déjà rôdé. Seuls Xavier Garbajosa et Géraldine Pons sont déjà en plateau. Ils préparent le « teaser » de leur émission dont ils annonceront le sommaire en direct dans quelques minutes, à la mi-temps du match de Ligue 2, Amiens-Lens, qu’Eurosport diffuse. Là encore, aucun stress pour les deux animateurs.

La seule vraie préoccupation de Géraldine Pons, bien plus petite que Xavier Garbajosa, est de savoir si elle doit grimper ou non sur le cube de plexiglas mis à sa disposition pour pallier son déficit de taille à l’image. L’essai n’est pas très concluant. Finalement, Olivier Desnos, le réalisateur lui demandera juste de poser un pied dessus et, le temps du lancement du sommaire, de se hisser sur la pointe des pieds pour gagner quelques centimètres.

21h20. Mi-temps d’Amiens-Lens. Le décompte est lancé. Géraldine et « Garba » annoncent les réjouissances : analyse et débats autour de la conférence de presse de Marc Lièvremont à 22h00 pour l’annonce de la composition du XV de France contre le Canada, debrief avec les consultants du match de dimanche France-Japon et actualité chaude avec Mourad Boudjellal que Géraldine et Garbajosa comptent bien interviewer sur l’arrivée de Bernard Laporte comme entraîneur de son club, le RCT. Un RCT que Xavier Garbajosa appelle toutefois Racing Club, plutôt que Rugby Club, ce qui le met en colère une fois sorti du plateau. « Deux fois, peste-t-il en gardant le sourire. J’ai dit deux fois Racing Club à place de Rugby Club. Je pensais au Racing Club de France… Bon allez, c’est l’heure d’aller dîner ».

« Ce n’est rien, tempère Jérome Papin. C’est nouveau pour lui car l’émission est plus longue et en grande partie construite autour de lui, il a un plus de pression, c’est normal. Mais depuis un an qu’il est sur « Au Contact », je sais qu’il a le moteur pour l’animer. Il faut lui laisser un peu de temps, mais ça va venir vite car si nous l’avons choisi c’est justement parce que c’est un mec qui ne s’est jamais défilé, c’est un battant, il ne s’échappe pas, il est fiable, sûr. Tout comme les consultants que nous avons choisis pour l’entourer avec Garuet, le roc qui ne bouge pas à l’impact, Dintrans, le capitaine passionné, Lafond, l’homme libre de pensée, un peu poète, et les autres qui se relaient semaines et week-ends. »

Et tout le monde de prendre la direction d’une petite salle transformée en buffet digne de rugbymen : bouteilles de rosé, baguette, camembert, poulet-mayo, taboulé…Un peu d’eau aussi. Bref, pas les petits fours pour VIP : un rugbyman, aussi inactif ou ancien soit-il, ça se nourrit !

Dans ce « restau improvisé », Jérome, Xavier et Géraldine rejoignent Mourad Boudjellal qui vient d’arriver. Si tous ne se connaissent pas particulièrement bien, inutile en revanche de se creuser la tête pour leur trouver des thèmes de conversation afin de créer le lien : Bernard Laporte et son arrivée au RCT feront parfaitement l’affaire pour commencer. Et comptez sur Boudjellal pour expliquer en détail les coulisses de la transaction entre les deux, évoquer le cas de la Fédération Française de Rugby qui lui a piqué « sans aucun respect pour son club » son entraîneur Philippe Saint André et à qui il compte bien demander des dommages-intérêts en retour, et bien d’autres anecdotes ou informations croustillantes que le caractère « off » de la discussion nous impose de garder pour notre information personnelle. Bref, c’est déjà passionnant, animé. Et l’on sent Jérome Papin excité à l’idée que le ton enlevé et sans langue de bois de cette conversation se prolonge en plateau. Mais il sait que ça va être le cas.

« Quand j’ai contacté Mourad pour qu’il soit fasse partie de nos consultants, il m’a répondu : « ok, mais vous me laissez dire ce que je veux en plateau », sourit le responsable éditorial de l’émission. C’est exactement ce que nous voulions pour « Au Contact ». Que ce soit une émission vivante, conviviale, divertissante, qui informe et débatte sans langue de bois. Plus qu’une émission d’analyse sur le rugby, « Au Contact » doit refléter ce qu’est Eurosport dans son ensemble, l’image que la chaîne dégage. A nous, avec nos consultants de créer une vraie équipe. C’est pourquoi nous comptons vraiment dessus, c’est une véritable vitrine de la chaîne. »

Il est déjà 22h. Tout le monde regagne la régie ou le plateau pour assister à la conférence de presse de Marc Lièvremont. 11 changements par rapport au premier match contre le Japon. Largement de quoi débattre en plateau dès 22h30, début de l’émission. Débats qui débutent déjà dans la loge maquillage, entre Jean-Baptiste Lafond, Pierre Berbizier et les autres. Pas besoin d’être devin pour sentir que les discussions seront animées.

22h29. Tout le monde est en place. Géraldine Pons jette un dernier coup d’oeil sur son intro en attendant le décompte du réalisateur. Xavier Garbajosa enfile une veste, comme tous les autres consultants. En régie aussi tout le monde est à son poste. 8 personnes au total devant le long pupitre. Les deux rédacteurs en chef, François Schlotterer et David Dybman sont devant leur conducteur, Olivier Desnos, le réalisateur, demande à John, le seul caméraman en plateau, de préparer son plan d’introduction. « Reste sur la main, là, c’est bon », « Prépare-toi à zoomer »… Les 4 autres caméras de l’émission sont automatisées, et déjà positionnées sur chaque consultant. Les synthés sont prêts, la composition de l’équipe de France contre la Canada aussi et les illustrations qui viendront appuyer les propos de chacun sont toutes calées sur les quatre écrans qui leur sont dédiées. Et il n’y a pas plus d’agitation ou de stress qu’il y a une heure et demie.

« 3-2-1 c’est parti ». Géraldine Pons lance les débats… Et on ne l’entend plus ! Il faut dire qu’entre Garbajosa, Berbizier, Lafond et Boudjellal, personne ne laisse sa part de gâteau. La composition du XV de France donne des ailes à tout le monde. Et si les débats sont enflammés et les discussions se chevauchent, ils restent compréhensibles. Il faudra attendre 22h40, soit dix minutes, pour entendre à nouveau Géraldine Pons tenter une petite incursion parmi les hommes pour annoncer la présence en direct de Marc Lièvremont. Chaque consultant y va de sa petite question. En régie, après chaque question, François, l’un des deux rédacteurs en chef, entonne un drôle de décompte dans l’oreillette des animateurs : 1.2.3.4.5.6.7. C’est le nombre de secondes de décalage entre la question et la réponse du sélectionneur afin que l’on évite de parler en plateau en attendant la réaction venue du bout du monde. Et les téléspectateurs que nous sommes nous amusons aussi à compter puisque Géraldine Pons avait pris soin au préalable d’avertir à l’antenne de cette petite contrainte technique.

Puis l’émission reprend son rythme : enlevé, et, comme on s’y attendait, peu policé. En régie, personne n’en loupe une miette, même s’il est pourtant tentant de jeter un œil sur l’écran qui retransmet la finale de l’US Open entre Djokovic et Nadal, en direct sur Eurosport. Tout le monde préfère écouter Jean-Baptiste Lafond, très en forme ce soir, qui n’hésite pas à aller chercher un Pierre Berbizier plus en retenue. Xavier Garbajosa, lui, se débrouille pas mal du tout dans son rôle de modérateur même s’il n’est pas toujours évident de répartir la parole entre chacun. « C’est complètement différent d’ « Au Contact » que j’anime pendant la saison, avoue l’intéressé. Ici, on discute avec de vrais spécialistes, des pointures, on parle de jeu, de technique, de stratégie, c’est super intéressant, ça va vite, alors que parfois, au cours de la saison régulière, nous recevons des présidents de club qui n’ont pas le même passé, pas la même culture, pas le même vécu sportif qu’un Berbizier, un Garuet et les autres. »

Quant à Mourad, lancé sur l’actualité du RC Toulon par une Géraldine Pons qui reprend la main en dernière partie d’émission, il fait du Boudjellal : le passé parfois un peu sulfureux de Bernard Laporte ne le dérange-t-il pas ? « A ce que je sache ce n’est pas une repris de justice. Il ne va pas arriver lundi à l’entraînement en fourgon blindé ! », répond le président du RCT. Sûr que le tandem Boudjellal-Laporte promet de belles joutes de caractère.

L’émission défile au rythme des interventions de chacun : à toute vitesse. En régie, tout roule. Pas besoin d’intervenir à l’oreillette. Seuls quelques ordres donnés à John, la cadreur plateau, calmement exprimés dans le jargon de la réalisation, viennent troubler une ambiance plutôt paisible.

23h28. Il est l’heure de rendre l’antenne. Plateau et régie se vident en quelques minutes. L’émission, diffusée en direct sur Eurosport 2, en attendant qu’elle le soit sur Eurosport après la finale de l’US Open, est une franche réussite. Allez encore 43 émissions à tenir.

Reportage réalisé par Vincent Rousselet-Blanc, en exclusivité pour En pleine Lucarne

reportage photo : @Eurosport / F.Barrois

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(3) Readers Comments

  1. Pingback: Rugby – Arnaud Simon (Eurosport) : « Nous réfléchissons à un Au Contact Tournoi des VI Nations  « En Pleine Lucarne

  2. J’ai adoré chaque édition de cette émission bordélique et géniale, un vrai rendez-vous d’amour entre le rugby, ceux qui le font et ceux (celles, dans mon cas…) qui trouvent que c’est le plus beau sport du monde.
    Un grand merci à tous les belligérants :-) , avec un very big hug pour Jean-Baptiste Lafond, indispensable, sans qui l’émission n’est vraiment pas la même.

  3. Superbe générique, de fin,

    Dommage qu’il ne soit pas précisé qu’il s’agit de l’arrangement de la chanson de Brassens « Les passantes ».

    Bravo à tous les participants qui, parfois dans une joyeuse pagaille, font du parler vrai leur règle. Bien rafraichissant dans ce monde de langue de bois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>