Les News Rugby — 24 septembre 2011

Après les coulisses d’ « Au contact de la coupe du monde », le magazine d’Eurosport, En Pleine Lucarne est allé parcourir hier soir, la veille de France-Nouvelle-Zélande (37-17), les couloirs, les loges, le plateau et la régie de l’autre grande émission dédiée à la coupe du monde de Rugby, celle que Canal+ diffuse en direct tous les vendredis, samedis et dimanches à 18h : « Jour de Coupe du Monde ». Animée par Eric Bayle et Isabelle Ithurburu, et complétée par un casting de consultants exceptionnel où les Serge Blanco, Thomas Castaignède et Bernard Laporte côtoient les John Daniell, Byron Kelleher ou encore Richard Dourthe, « Jour de Coupe du Monde » est à l’image de la chaîne : professionnelle, bien huilée, sympa, experte et disciplinée. Reportage.

Vendredi 23 septembre, 17h00. Boulogne-Billancourt. Ça grouille de partout dans les studios de Canal+. Mais ce n’est pas le match de demain matin (ce matin) entre la France et les All Blacks Néo-zélandais qui déclenche cette agitation. Ici s’enchaînent ou se téléscopent régulièrement bon nombre des émissions de Canal+ et de Canal+Sport, des « Spécialistes » à « Jour de Rugby », en passant par « la Matinale », « l’Equipe du Dimanche », « Jour de Foot », les soirées Ligue des Champions, les émissions spécialement conçues pour Canal+ Overseas (« C+ d’Afrique » par exemple) ou encore « l’Effet Papillon ». D’ailleurs, dans les couloirs, Daphné Roulier, l’animatrice de cette dernière émission, croise le consultant foot Omar Da Fonseca qui lui discute avec François Trillo, spécialiste rugby. Et ce soir, le thème des discussions de cafétéria est tout trouvé : ce fameux France-All Blacks qui se disputera le lendemain matin (37-17 pour les Blacks).

De G à D : Pierre Buet, Fabien Pelous, Jérome Colin, Eric Bayle, A. Lauque (Photos C+)

Et il n’y a pas que dans les couloirs que l’on en parle. Dans les loges aussi, juste au-dessus des studios, où patientent les quatre consultants vedettes appelés à intervenir dans « Jour de Coupe du monde » (JDCDM) pour y apporter toute leur expertise. Là, installés dans des canapés, devant quelques paquets de bonbons et du café, Serge Blanco, Thomas Castaignède, Richard Dourthe et John Daniell font déjà le match de demain. Pas longtemps car mettez d’anciens rugbymen à l’expérience internationale et à la carrière aussi grandes et, immanquablement, ressurgiront les souvenirs… Dourthe et Castaignède reviennent ainsi, avec de croustillantes anecdotes sur Califano, sur leur campagne catastrophique de matchs tests contre les Samoa, le Tonga et les Blacks en 1999, avant une coupe du monde qui les avait vus atteindre la finale. C’est un régal que de les écouter parler, évoquer des moments de vie désopilants. Ça n’arrête pas de causer ! De tout. Même des anciens coéquipiers parmi lesquels Thierry Lacroix, le consultant de la maison d’en face, TF1. Et on apprécie son travail au micro. « Il en fait parfois un peu trop, mais c’est Thierry, et il s’y connait », dit Castaignède. « Alors que certains, ça fait trente ans qu’ils jouent et ils n’y connaissent toujours rien », rétorque Serge Blanco, hilare. Les thèmes s’enchaînent, les fous rires aussi. Bref, aucun signe de stress à l’heure d’aller sur le plateau de l’émission.

En revanche, dans la pièce d’à côté, en loge maquillage, Isabelle Ithurburu, la novice de la bande, débauchée d’Infosport+ pour co-présenter le « JDCDM » (voir interview), avec Eric Bayle, semble préoccupée. Par ses lancements de sujets ? Non ! Par sa robe jaune un peu légère et, pour tout dire, assez sexy et échancrée aux entournures. Elle espère que l’axe des caméras n’offrira pas d’images d’elles trop décalées. Pour le reste, la journaliste-présentatrice s’est parfaitement intégrée à ce milieu d’hommes :

« Les premiers jours, j’ai connu la pression Canal+, c’est-à-dire celle de se retrouver propulsée sur la chaîne Premium, sur une émission importante pour la chaîne. Et puis, j’étais impressionnée par le casting de vedettes autour de moi. Et puis, sur ce magazine, ce n’est pas comme à Infosport+ où je tenais une heure de direct toute seule ou à deux. Ici j’ai moins de temps pour m’exprimer, j’ai un rôle bien déterminé. Par conséquent, quand c’est à moi d’intervenir, mieux vaut être efficace. Avant de commencer, j’avais imaginé les pires difficultés et, finalement, tout s’est magnifiquement bien passé dès le début. »

Philippe Guillard, depuis son poste en régie

17h30. H-30. Il est temps d’aller voir ce qui se passe sur le plateau. Dans l’escalier, nous croisons Philippe Guillard, dit « la Guille » pour les initiés, en chemin pour la régie, d’où il intervient dans l’émission, selon son bon vouloir. Il nous salue avec un grand sourire : « Je dois aller bosser un peu, je ne sais pas ce que je vais mettre dans l’émission ». Il plaisante bien sûr. « La Guille » est un habitué de longue date de ces interventions loufoques appuyées par des images insolites et décalées qu’il accumule depuis des années dans son ordinateur ou que les techniciens lui conservent précieusement tout au long de cette coupe du monde. Ce soir, nous aurons droit, entre autres, à un relooking express d’Eric Bayle avec les rouflaquettes de Maxime Médard et la barbe de Sébastien Chabal ! Mais c’est une surprise.

Jérome Revon, le réalisateur

Sur le plateau généralement consacré à « la Matinale », « Samedi Sport » ou « Jour de Foot », Eric Bayle, le Monsieur Rugby de la chaîne et présentateur du « JDCDM » est déjà à sa place, ses fiches sous les yeux. Imperturbable malgré l’agitation qui règne autour de lui pour les derniers réglages caméras et calages lumière et l’installation des derniers éléments de décor.

Une voix retentit dans le studio : « Antenne dans 10 minutes ! ». C’est le réalisateur. Et pas n’importe lequel puisque Canal+ a réquisitionné l’un des plus fameux d’entre-eux, Jérome Revon qui, depuis la régie surveille les axes des six caméras. Les quatre consultants arrivent, prennent leur place. Tous ont enfilé leur veste de costume. A Canal+, on ne rigole pas avec l’apparence. Le ballet des maquilleuses venant effectuer un dernier raccord peut commencer.

Sur un écran apparaît Jean-Pierre Ellisalde. L’envoyé spécial de Canal+ auprès du XV de France attend qu’on lui fasse signe qu’il est bien branché avec le plateau. Les techniciens vérifient que le duplex fonctionne bien. Pour Ellisalde, il est 4 heures du matin. Et ça se voit ! Jean-Pierre a encore sa tignasse blanche en broussailles. Eric Bayle et les consultants, à qui aucune occasion de se vanner n’échappe, l’interpellent : « Nous avons décidé de t’attribuer le prix du plus mal coiffé d’entre nous », lui lance Bayle. Quand on vous dit que l’ambiance est détendue.

Isabelle Ithurburu ne participe pas à la rigolade. Assise à sa place, elle répète à haute voix, comme pour se le mettre en bouche, le lancement du sommaire de l’émission décidé autour de midi, à la suite des matchs de la matinée. Sommaire qu’elle a la charge d’écrire et de commenter en direct sur images. « C’est aussi la grande différence d’avec Infosport+ où l’on faisait de l’info. Ici, c’est du magazine, cela demande plus d’écriture, de calage, de précision dans les lancements de reportages ou les enchaînements de parties d’émission. J’adore ! ».

Isabelle se sent bien au milieu de cette équipe de gentlemen. Et ça se voit. Pense-t-elle déjà à l’après-coupe du monde ? « Non, je sais bien qu’il n’y a que deux émissions de rugby dans la saison, « Jour de Rugby » et « les Spécialistes » et que leur format ne m’autorise pas à rêver les intégrer cette année. Mais, faire « Jour de Coupe du monde » et ne parler que de rugby depuis un mois m’ont révélé et confirmé une chose : c’est bien dans cette discipline que je me sens le plus à l’aise. Et même si j’aime beaucoup le sport en général, c’est bien le rugby que je préfère. Alors, qui sait, peut-être que l’année prochaine les choses évolueront et que j’aurais cette chance de continuer à en parler sur Canal+ ». En attendant, il va déjà falloir poursuivre l’aventure Jour de Coupe du monde jusqu’à la finale du 23 octobre.

« Compte à rebours lancé ! » s’écrie l’assistant réalisateur. Et d’égrener les secondes à haute voix. 10. 5, 4, 3, 2, 1. La grosse machine « Jour de coupe du monde » peut se mettre en route. Et pour assister à la manœuvre de ce paquebot, le spectacle se déroule en régie. Et ce n’est pas de la régie d’amateurs, croyez-moi. Là où à Infosport+ ou à Eurosport, ils ne sont que 7 ou 8 devant les pupitres, ici, ce sont près d’une quinzaine de personnes qui oeuvrent sous les ordres de Jérome Révon, de Jérome Colin, le chef d’édition responsable de toutes les illustrations de l’émission et de Pierre Buet, le rédacteur en chef. Le tout est discrètement supervisé par Paul Elkaïm, le directeur des émissions de Canal+. Dans son coin, debout pendant toute l’heure que durera l’émission, Philippe Guillard guette le moment propice pour intervenir et appuyer sur le bouton déclenchant une sirène de paquebot. Trois à quatre fois à chaque émission.

« Roule ! » : Jérome Revon a donné le top départ. C’est parti pour une heure de direct.

Reportage réalisé par Vincent Rousselet-Blanc en exclusivité pour En Pleine Lucarne (mention obligatoire)

Photos : Canal+

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(5) Readers Comments

  1. Pingback: Rugby – Interview Thomas Castaignède (Canal+) : « Notre coupe de monde débute avec ce France-Tonga  « En Pleine Lucarne

  2. Pareil que du bonheur…où peut-on trouver la petite animation sur les différences culturelles , puis rugbistiques entre la France et la Nouvelle Zélande

  3. Aucun soucis de ce côté là. Depuis que j’ai découvert En Pleine Lucarne, j’y passe dès que je peux. Et c’est vraiment génial.

  4. C’est la première fois que je prends le temps de poster un commentaire. Une fois de plus, c’est un vrai régal de découvrir ainsi les coulisses d’une émission comme celle-ci ( Je suis particulièrement attentive à tous les reportages concernant les émissions de Canal+ ) que je trouve les plus intéressantes et pro ainsi que de France TV. Bref c’est vraiment génial. Véritable amatrice de sport, je me régale. Merci à tous de nous offrir, ces interviews, ces coulisses.
    Comme Jour de Foot, Jour de Rugby, Les Spécialistes…on voit ici tout le savoir faire et le professionnalisme du groupe Canal. Y’a pas mieux qu’aux pour traiter du Sport. Bien que France TV ait une bonne équipe de journaliste et consultants Rugby.

    • très heureux que ça vous plaise, j’espère que vous resterez longtemps sur EPl et que vous y amènerez tout ceux qui comme vous aiment le sport et la télé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>