Après un formidable été qui a consacré l’équipe de France féminine de football, 4e de la coupe du monde de football allemande, Direct 8 effectue sa rentrée sport…avec les Bleues et son premier match dans le parcours des qualifications pour l’Euro 2013. La bonne  occasion pour aller s’entretenir avec Thierry Cheleman, le directeur des sports de la chaîne, qui compte une nouvelle fois sur les féminines, mais aussi sur l’équipe de France Espoirs,  la boxe et quelques « coups » ici et là, mais sans magazine sportif, pour faire parler de Direct 8 cette saison. Et au passage dé défendre Alexandre Delpérier, son commentateur vedette, le « Roger Couderc du foot féminin » selon les mots mêmes de Bruno Bini, le sélectionneur tricolore.

La saison s’était achevée par un triomphe d’audience des Bleues en coupe du monde. Elle reprend avec elles et une soirée spéciale pour le premier match des qualifications pour l’Euro 2013, le 14 septembre en Israël (voir ici). Bref, une rentrée qui devrait bien se passer ?

J’espère (sourire). Avec le match amical de l’équipe de France féminine contre la Pologne le 24 août et les très bons scores d’audience enregistrés (935 000 téléspectateurs de moyenne), nous espérons que cet engouement n’est pas juste « post-coupe du monde » mais qu’il se prolongera pendant les qualifications de l’Euro 2013 puisque nous diffuserons tous les matchs des Bleues (calendrier).

Tous ? Même ceux à l’extérieur ?

Oui, nous avons dores et déjà négocié les droits télé avec l’ensemble des fédérations étrangères. Il fallait faire vite car le foot féminin, s’il continue sur sa lancée, va vite aiguiser les appétits de la concurrence. Or, nous souhaitions bien marquer l’engagement que nous avons pris il y a deux ans avec les Bleues (et les Espoirs, ndlr). Nous diffuserons donc tous les matchs des Françaises. Et nous produirons ceux qu’elles effectueront à l’extérieur.

Comment ça produire ? Ce ne sont pas les fédérations étrangères via leurs chaînes nationales qui se chargent de ça normalement ?

Si, normalement, mais lorsque nous avons négocié avec elles, elles ne voulaient pas engager de frais de production pour une discipline qui n’est pas spécialement développée chez elles et dont elles ne sont même pas certaines que les matchs soient diffusés dans leur pays. Les fédérations nous ont donc cédé les droits télé gratuitement, mais c’est à nous d’engager les frais de production (minimum 30 000 euros par rencontre, ndlr). Comme nous n’avons pas les moyens de déplacer toute une équipe et le matériel depuis la France pour chaque rencontre à l’extérieur, ce qui se fait généralement, nous travaillerons avec des équipes de production locales. J’espère que la qualité sera au rendez-vous. Mais bon, pour fidéliser les téléspectateurs autour des féminines sur Direct 8, nous ne pouvions pas nous contenter de ne diffuser que les cinq matchs à domicile. Il nous faut proposer un feuilleton, de la récurrence sur toute la saison. Concernant les matchs amicaux, nous verrons avec la Fédération Française de Football qui a prévu de programmer de vraies belles affiches. Pour l’instant, concentrons-nous sur l’Euro 2013.

Malheureusement, encore une fois, il se pourrait que l’Euro 2013 file sur Eurosport.

Comment ça ? Rien n’est fait ! Les droits télé de cette compétition qui se déroulera en Suède, seront mis en vente par l’UEFA à la fin des phases de qualifications, vers octobre-novembre 2012. Nous serons bien sûr candidats, et nous ne serons pas les seuls (sourire). J’ose espérer que l’UEFA tiendra compte de notre capacité à diffuser en clair et au plus grand nombre, de la visibilité qu’on offrira à leur compétition, de nos efforts pour la promotion du foot féminin et des excellents scores réalisés pendant le Mondial allemand. Pas sûr donc qu’Eurosport soit mieux placé que nous cette fois.

Si les Bleues marchent, les Espoirs masculins ont plus de mal à percer en audience sur Direct 8. Ce qui semble paradoxal étant donné la présence chez les Bleuets de joueurs déjà un peu connus et médiatisés en Ligue 1 ou Ligue 2.

D’abord, leur retour s’est effectué très discrètement, à des heures, avec le décalage horaire, qui n’étaient pas optimales pour les suivre, que ce soit contre la Lettonie en qualifications de l’Euro 2013 à 17h45 ou en amical contre le Portugal à 22h15. Ce ne sont pas des horaires habituels de direct pour les téléspectateurs. Ensuite, c’est une question de résultats. Les Espoirs n’arrivent pas à se qualifier pour les phases finales de grandes compétitions. Or, pour susciter l’engouement populaire il faut participer à ces Euro ou coupe du monde et y avoir des résultats. Mais nous continuons à les soutenir activement en espérant qu’un jour ils soient reconnus à leur juste valeur car cela reste une belle équipe.

Vous n’avez pas obtenu les droits de la Division 1 féminine, vendus à France Télévisions et Eurosport. Pas trop déçu ?

Non, parce que nous ne proposions que la diffusion d’une affiche, Lyon-PSG, aller et retour. Les autres chaînes proposaient mieux, donc aucun regret à avoir. Mais nous avions aussi proposé un partenariat avec Eurosport. Cela ne s’est pas fait. Ce n’est pas grave.

Vous avez arrêté en fin de saison votre magazine « Objectif Champion ». Allez-vous proposer un nouveau magazine sportif prochainement ?

Non et nous ne réfléchissons même plus. Contentons-nous de ce que nous savons faire, à savoir retransmettre des matchs et valoriser nos droits. D’autres sont bien plus forts que nous sur le magazine et cela demande des moyens. Et puis, sans images, créer un magazine revient à faire du talk show. Or, là aussi, il y en a beaucoup sur les autres chaînes. Nous préférons concentrer nos moyens sur les retransmissions.

Vous continuez à proposer de la boxe cette année ?

Bien sûr. Nous nous sommes engagés sur une période test de deux ans pour tenter de faire remonter l’intérêt de la boxe auprès des téléspectateurs. Cette année, nous proposerons encore 7 réunions de bonne qualité avec de beaux champions français. Mais, vous savez, c’est un milieu compliqué.

Une dernière petite question concernant Alexandre Delpérier que certaines critiques n’épargnent pas sur sa façon très « supporter » de commenter. Un mot là-dessus ?

J’en ai vu passer effectivement car depuis la coupe du monde de foot en Allemagne, je reçois 200 à 300 mails après chaque match et certains me font votre remarque. J’assume totalement ce côté supporter d’Alexandre, qui est un passionné. Nous ne sommes pas une chaîne destiné à des spécialistes et nos droits concernent l’équipe de France, qu’elle soit féminine ou Espoirs. C’est aussi un peu notre rôle que de soutenir nos couleurs. Et nous voulons de l’ambiance sur Direct 8. Et comme Sandrine Roux, notre consultante foot féminin, est elle aussi capable de s’enflammer, cela fait en effet parfois du bruit à l’antenne (rires). Je leur ai juste demandé de ne pas parler en même temps. Il est sûr que ce serait plus problématique s’il s’agissait de compétitions de clubs. Mais nous n’en diffusons pas, excepté des matchs amicaux (OM-Manchester) ou de barrages d’Europa Ligue (Differdange-PSG) où, là aussi, on peut se permettre de supporter un peu plus l’équipe française engagée.

Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc en exclusivité pour En Pleine Lucarne

Ps : l’interview a été réalisée la veille de l’annonce du rachat de 60% de Direct 8 et Direct Star par canal+. Thierry Cheleman n’a donc pas pu commenter cette nouvelle. Mais soyez-sûrs que nous lui demanderons prochainement.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(1) Reader Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>