Football — 24 août 2011

Si le joueur argentin Javier Pastore fait les gros titres depuis son arrivée au PSG, son championnat argentin a aussi débarqué sur nos antennes (sur Ma chaîne Sport) en faisant moins de bruit. Et pourtant, il mérite le coup d’oeil. Pourquoi ? Comme, je ne pouvais décemment pas demander à Omar da Fonseca, le consultant argentin de Canal+, de nous faire l’apologie d’un programme d’une chaîne concurrente, je me suis retourné vers Nicolas. Bien sûr, ce prénom ne vous dit rien. Sauf que derrière se cache un fana et un spécialiste de foot sud-américain et surtout, pour les adeptes de Facebook, le responsable de « Lucarne Opposée », le site dédié à « l’autre football, tous ces footballs que l’on ne voit pas sur nos écrans. »

Voici donc, d’après « Lucarne opposée » (page Facebook) les bonnes raisons de vous familiariser avec le numéro de canal de MCS (86 Canalsat, 153 Numéricable, 88 Orange) et de vous caler devant le championnat d’Argentine. Des avis qui vont sans aucun doute profiter aux programmateurs de MCS.

Le championnat

Bien que souvent en crise (surtout en coulisse – les effets néfastes de la collusion politique / fédération typique du continent), subissant la puissance financière du Brésil ou, en étendant l’AmSud, du Mexique qui viennent régulièrement prendre les meilleurs jeunes (quand ce n’est pas l’Europe bien sur), et voyant les voisins uruguayens ou chiliens combler petit à petit l’écart, le championnat argentin reste le championnat le plus important du continent avec le Brasileirao. Pour preuve, ses représentants brillent régulièrement dans les compétitions continentales (Estudiantes vainqueur de la Libertadores 2009, Independiente de la Sudamericana 2010).

Ce championnat offre également l’opportunité de découvrir de futures stars européennes (je me souviens encore du Globo de 2009 emmené par Pastore que la France du foot va réellement découvrir désormais), de retrouver d’anciennes connaissances (voir plus bas) mais aussi une ambiance et une ferveur incroyable avec plusieurs rencontres surchauffées (même privé du superclásico, le championnat garde quelques matchs brûlants comme le Clásico de Avellaneda entre Racing et Independiente (deux des publics les plus impressionnants derrière les deux géants River et Boca)). C’est vraiment l’un des championnats à suivre si on souhaite commencer à découvrir le football du continent sud-américain.

River Plate.

Difficile pour moi d’être objectif avec River étant donné que j’en suis supporter. La descente en division inférieure de la saison passée n’est justement pas liée aux performances de cette saison là. Pour ceux qui ne connaissent pas le système argentin, chaque saison, on dispute 2 tournois (Apertura et Clausura- il y a donc 2 champions par saison) et pour la relégation, on prend en compte les 3 dernières saisons (6 tournois) pour calculer le ratio points/match. Ce qui a coûté la descente à River, ce sont deux saisons déplorables qui les ont placés barragiste alors que l’année 2010/2011 était plutôt bonne (6e au général de la saison – s’ils n’étaient pas descendus, ils auraient décroché leur ticket pour la Copa Sudamericana). Le barrage, c’est une rencontre aller-retour où tout est possible. Comme l’élimination. Ce qui est arrivé.

Cette descente, c’est un cataclysme en Argentine. Si bien que la fédération a même pensé changer le championnat pour s’assurer du retour de River dès la saison prochaine (ils avaient l’idée d’une D1 à 40 clubs!). Heureusement, le projet est abandonné.

Equipes à suivre

Médiatiquement parlant, le plus évident à dire serait Boca Junior. Pour cette saison, j’aurais tendance à penser que c’est une bonne idée. Les Xeneizes ont réalisé le mercato le plus impressionnant du pays (je ne citerai pas tous les noms mais c’est vraiment un très beau mercato) et font office d’outsider principal.

Outsider au même titre qu’Estudiantes. Champion déchu lors du dernier tournoi, le club de Veron s’est séparé de Berizzo pour rappeler son ancien joueur Miguel Ángel Russo (qui a gagné la Libertadores comme entraîneur avec Boca) et a également fait un joli mercato en rappelant son ancien buteur Boselli et prenant le meilleur gardien de la Copa America Justo Villar.

Reste qu’à mon avis, le grand favori sera le champion en titre Vélez Sarsfield. Peu de changements dans le groupe, une équipe d’une solidité et d’une homogénéité impressionnantes avec à sa tête un super coach (Ricardo Gareca). C’est l’équipe du moment en Argentine (entendre de ces 2-3 dernières années) et elle a totalement écrasé la saison 2010/2011.

Derrière ces trois grands, je conseillerai de suivre Lanús, très régulière et vice-champion lors du dernier tournoi, le Racing et/ou Independiente s’il trouvent de la régularité et surtout San Lorenzo qui a su faire venir un faiseur de miracle à sa tête : Omar Asad.

Les joueurs à suivre

Comme je l’écrivais plus haut le championnat argentin, c’est la possibilité de retrouver d’anciennes (super)stars européennes qui sont évidemment des stars locales sans commune mesure (Véron, Riquelme, Milito, Camoranesi) mais aussi d’anciens joueurs de Ligue 1 (Tuzzio, Fuentes, Sosa, Eluchans pour en citer quelques uns). Reste les stars locales moins connues en Europe, qui, je l’avoue, présentent plus d’intérêt à être évoquées ici.

Dans cette catégorie, mon préféré reste le buteur de Vélez : Santiago Silva. Pitbull uruguayen, c’est une vraie machine à buts (Banfield avait décroché le titre en 2009 grâce à lui). J’adore ce joueur.

Après, je ne saurais trop conseiller de suivre des joueurs comme Teófilo Gutiérrez et Gabriel Hauche du Racing, Néstor Ortigoza de San Lorenzo (l’une des révélations de la Copa America), Leonel Galeano, jeune super défenseur d’Independiente (s’il reste) et son coéquipier Matías Defederico, Maximiliano Moralez et Juan Manuel Martinez de Vélez et enfin Lucas Viatri et Pablo Mouche de Boca. Dans cette liste, tous ont moins de 26 ans. J’en oublie forcément mais il faut bien s’arrêter sinon on n’en finirait pas (surtout si on commence à s’intéresser aux gamins de moins de 20 ans).

En tout cas, le fait qu’une chaîne française vienne diffuser ce championnat est une réelle bonne nouvelle. Espérons qu’ils iront plus loin par la suite avec d’autres championnats sud-américains. En attendant, il faut vraiment suivre ce championnat. Vous ne le regretterez pas.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>