Dans une interview accordée à l’Equipe.fr ce matin pour le lancement de la chaîne CFoot ce soir à 18h40, Jean-Michel Roussier, le président de la chaîne de la LFP, a confirmé son intérêt pour les droits TV de la D1 féminine qu’attribuera la FFF la semaine prochaine. « Oui (nous sommes candidats, ndlr), explique Roussier à l’Equipe. Le foot féminin est un marché émergent. Il fait partie de l’ADN de notre chaîne. Gaëtane Thiney et Sandrine Soubeyrand sont des consultantes formidables que le public va découvrir chez nous. Elles seront deux fois par semaine en plateau et pas seulement pour parler de foot féminin.»

Bien sûr, étant donné les audiences extraordinaires enregistrées lors de la dernière coupe du monde de football féminin en Allemagne, « Cfoot » ne sera pas seule sur le coup. Direct8 a également fait parvenir une offre à la FFF. Mais n’allez pas demander à Thierry Cheleman, le patron des sports de la chaîne de la TNT, combien il en a proposé. « De toute façon, c’est impossible à chiffrer car, en théorie, la D1 féminine vaut 0 puisqu’elle n’a jamais été diffusée et qu’il n’y a pas vraiment de championnat en l’état actuel, excepté quelques affiches. Et puis diffuser la D1 coûterait quand même pas mal d’argent à un diffuseur puisqu’il faudra produire les matchs. Notre offre marque donc surtout l’intérêt d’une chaîne gratuite et en clair pour le foot féminin comme nous l’avons fait avec les Bleues depuis deux ans.« 

On peut en effet estimer entre 20 à 40 000 euros la production d’une rencontre de D1 féminine. Un coût élevé qui s’explique par la vétusté de certains stades, peu adaptés à la retransmission télévisée et donc la nécessité de monter des praticables, sans compter l’exigence des téléspectateurs en matière de réalisation car ce n’est pas en filmant un match à trois ou quatre caméras seulement que l’on fera la promo du foot féminin à la télé et que l’on retiendra l’audience. Résultat : si une chaîne décide par exemple à diffuser les dix plus belles affiches de D1, un investissement minimum de 200 000 euros, pour des audiences que rien ne garantit.

Autres candidats qui pourraient se déclarer, Eurosport, bien sûr, histoire d’agrémenter ses grilles de programmes, ou encore France Télévisions qui pourrait en profiter pour relayer les rencontres féminines sur les antennes régionales de France 3, comme elle l’a fait avec le championnat de National.

Selon nos informations, l’Equipe TV qui a pourtant acheté les droits tv de la seconde division anglaise, ne s’est pas mise sur les rangs.

Reste à savoir si la FFF privilégiera le business ou l’exposition médiatique. Verdict la semaine prochaine.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(1) Reader Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>