Les News Rugby — 12 juin 2011

A travers un portrait, découvrez et redécouvrez les grands noms du sport. Vidéos, sons, et un peu d’écriture en prime… Premier volet : Pierre Salviac.

« La cabane est tombée sur le chien », « Ils ont mis le cochon dans l’maïs », « La balle à l’aile, la vie est belle », « les mouches ont changé d’âne ». Ca vous dit quelque chose ? Non ? Vous plaisantez, hein ? A l’évocation douce de ces expressions, tous les amateurs de rugby auront reconnu la voix chantante et avisée de Pierre Salviac. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, qu’on rigole ou qu’on s’énerve quand il parle, le respect pour la carrière de ce Monsieur Rugby est de mise. Retour sur un type qui, à bientôt 65 ans, a tout de même 40 ans de métier derrière lui. Alors forcément, il y a des choses à dire.

Question télé et rugby, les anciens vous parleront de Roger Couderc, les jeunes de Matthieu Lartot ou de Jean Abeilhou. Entre les deux, il y a quelqu’un. Et c’est Pierre Salviac. Successeur de la voix du rugby, l’immense Roger Couderc et son « allez les Petits », Pierrot a assuré le commentaire des matchs sur France Télévisions de 1983 à 2005. En rupture avec les instances de la chaine, Pierre Salviac s’est retiré, amèrement.

Pendant un temps, il a annoncé vouloir prendre de la distance avec le rugby. Trop dur pour lui. Consultant sur RTL (émission Carrément Rugby), blog sur Yahoo (qu’il n’alimente plus), blog personnel, Pierre Salviac est revenu aux affaires (2008). Avec la même recette que lorsque le micro de France Télévisions lui chatouillait le menton. Le même refrain sur les valeurs perdues du rugby à grand père, le même dénigrement du professionnalisme. Toujours des préférences sur la carte de France : La Rochelle ! La Rochelle ! Et puis, bien évidemment, ses connaissances pointues des arbres généalogiques de chaque joueur de rugby. Du type : le fils d’une cousine au second degré d’un grand oncle qui avait pendant la guerre épousé une Allemande, était en fait le grand père de Yannick Jauzion et avait été champion de belote catégorie -16 ans dans le Périgord Noir…

Vidéo (Ina.fr) :  Stade 2 – 31/10/1976 : Pierre Salviac commente sur le plateau les images du match de championnat de France de basket Stade Français-Bagnolet.

Attention tout de même. Ne pas croire que notre ami Pierre Salviac se cantonne au rugby. Les plus moqueurs envers lui sont d’ailleurs contents de le voir s’aventurer sur d’autres sports que l’ovalie. Il alimente les chroniques et les polémiques dans le monde du vélo (émission Carrément Vélo peut-être plus pour longtemps sur RTL L’Equipe). Lui-même se traite gentiment de « cyclix » (dérivé du « footix », l’imbécile qui ne connait rien au foot, mais qui s’invite volontiers dans les conversations) mais il n’en loupe pas une pour rappeler à qui veut l’entendre ses connaissances sur la petite reine, héritées de nombreuses années à suivre le Tour de France et autres grandes compétitions cyclistes.

Après rugby et vélo, place au football. Sur L’Equipe TV, Pierre Salviac participe à de nombreux débats, notamment ceux de « l’Equipe du Soir », l’émission phare de la chaîne. Et c’est là qu’il est le plus virulent depuis quelques années. Les invités n’échappent pas à ses petites piques et les auditeurs en prennent pour leur grade, si par malheur les propos étaient un peu contraires aux principes et aux fondamentaux de Pierrot. Pour vous dire, il est tellement bien à l’Equipe TV, qu’il se retrouve même à la une de la campagne pub de la chaîne au milieu de son fameux « 5 majeur » : avec Califano, Roustan, Petit et Larqué (et Biétry en coach). Ce qui, soit-dit en passant, ne marque pas un véritable rajeunissement de la chaîne d’info sportive.

Vidéo : L’Equipe du soir : Le best-of de Pierre Salviac

Aujourd’hui, l’homme donne dans les réseaux sociaux. Un moyen de se dire que Pierre Salviac est toujours à la mode… ou pas, accroché à une exposition médiatique qui fuit avec le temps, c’est selon que l’on apprécie ou non ses jeux de mots et réflexions sur tous les sujets…et n’importe lesquels, de la politique aux faits divers, sans oublier le sport. Mais son compte Twitter fonctionne à plein régime. Ses 2686 «followers » attendant la petite pépite journalière : un jeu de mot douteux, un assaut venimeux ou un scoop. Celui qui a refusé de remettre les pieds dans un stade de rugby, il y a maintenant quelques années, a su s’imposer dans le stade virtuel du réseau social.

Bref, Pierre Salviac, c’est une voix, c’est un personnage. Haut en couleurs. Avec ses qualités, ses défauts. Ses traits caractériels, ses humeurs passagères. Sa volonté de contradiction pure et dure. En somme, c’est quelqu’un qui fait vivre les émissions auxquelles il participe. A tort ou à raison, mais là n’est pas la question… Alors si quelqu’un de chez Wikipédia voulait bien un jour se pencher sur une bio qui manque cruellement, elle ne déparerait pas dans le milieu des journalistes sportifs de renom.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>