Football L'Actu Média Les News — 05 mai 2011

Aimé Jacquet, le sélectionneur de l’équipe de France championne du monde en 98 et ex-Directeur Technique National s’est exprimé dans LES SPECIALISTES de CANAL+SPORT au sujet de l’affaire des quotas qui secoue le football français.

Voici les principaux extraits de son intervention.

« Les bi-nationaux on connaît ça depuis 2003. Je trouvais que c’était une bonne situation , c’était remercier les pays qui nous ont tant donné de bons joueurs et permettre à certains joueurs qui ne peuvent pas revêtir le maillot de l’équipe A de jouer pour son pays, et je trouvais que c’était pas une mauvaise solution et aujourd’hui encore je pense que c’est une bonne solution »

« Le mot quota est un mot qui n’a pas de résonnance footballistique. Comment voulez-vous faire des quotas ? Déjà qu’il est difficile de faire des sélections à 11 ou 12 ans…Non mais c’est impossible. D’ailleurs je vais vous expliquer quelque chose : lorsque le débat s’est fait, lorsque la discussion est avancée, le DTN, je dis bien le DTN, doit faire une proposition au président, qui renvoie au conseil fédéral. Je ne vois pas comment on pouvait décider en catimini quoique ce soit, c’est impossible »

« Je peux vous dire qu’il faut attendre un petit peu (avant de sanctionner qui que ce soit) parce qu’il y a quelque chose qui me surprend. Je connais bien l’homme qui a été à l’origine de cette fuite, Mohamed Belkacemi. C’est un homme fantastique, qui a beaucoup travaillé pour la région parisienne, dans les cités, et il a été extrêmement positif dans le bon sens du terme, et c’est la fédération qui l’a récupéré pour donner de la dimension justement à cette idée (…) j’ai beaucoup travaillé avec lui, personne ne le savait mais nous allions dans les cités (…) Il a réagi en tant qu’homme, il a transmis à la fédération, donc maintenant on attend. Qu’est-ce qu’a fait la fédération depuis le 9 novembre ? quand on a une discussion de cette dimension qui vient de la DTN, il y a des hommes responsables, il y a un président, il y a un conseiller fédéral, il y a des gens qui sont à des missions spéciales… qu’est-ce qu’on fait ces gens-là ? et comment se fait-il que ça se retrouve dans les médias ? A qui profite le crime ? »

« Je suis vraiment triste ce soir car j’ai l’impression que Laurent Blanc s’est fait piéger. Je ne comprends pas qu’on l’ait interrogé comme ça, et forcément il s’est laissé un tout petit peu emporter (…) j’ai l’impression qu’il a été invité pour bien débattre d’une situation qui était déjà discutée soi-disant bien avant, et lui on lui demandait son avis. Il était peut-être pas dans la manifestation et l’organisation donc forcément il a dit des choses qu’il n’aurait jamais dû dire »

« Il était impossible que le projet des quotas réussisse. Je suis persuadé que c’est un problème qui a été posé mais qui n’a pas été bien étudié. Je comprends que des joueurs puissent être extrêmement choqués qu’un sélectionneur puisse avoir tenu ces propos-là »

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>