Entretiens EPL Les News Rugby — 02 février 2011

Vendredi 4 février, France 2 retransmettra en direct du Millennium Stadium de Cardiff, à partir de 20h30, le match d’ouverture de la 1re journée du Tournoi des VI nations (le programme du week end), qui verra s’affronter le Pays de Galles et l’Angleterre. Comme l’an passé, France 2 retransmettra les 15 matches du Tournoi (calendrier) dont, le 5 février, le match qui opposera la France à l’Ecosse.

Les joueurs entraînés par Marc Lièvremont assureront-ils à la France une nouvelle victoire ? Ce Tournoi, en pleine année coupe du monde constitue-t-il-il un vrai test ou un simple entraînement ? L’équipe de France a-t-elle ses chances en Nouvelle Zélande ? France télévisions achètera-t-elle les droits de la coupe du monde à TF1 ? Pourquoi les instances du rugby français ne protègent pas le XV de France en privilégiant un calendrier assez démentiel entre Top 14, coupe d’Europe et matchs internationaux ? Le rugby toujours roi de l’audience sur France Télévisions ?

Pour répondre à toutes ces questions, et à d’autres, nous nous sommes directement adressés à Matthieu Lartot, le journaliste-commentateur du rugby sur France Télévisions. Interview…fleuve, comme d’habitude….

- H Cup, Tournoi des 6 Nations et Coupe du monde de rugby en Nouvelle Zélande, grosse année rugby pour vous en perspective…

Oui, très grosse, même si l’on attend toujours le résultat des négociations entre France Télévisions et TF1 pour le rachat à la Une de droits télé de matchs de la coupe du monde. Mais c’est en cours et on a bel espoir de récupérer des matchs à commenter ce qui nous permettrait surtout d’avoir accès à la compétition, de pouvoir travailler dessus, ce qui est beaucoup plus difficile lorsque l’on n’est pas diffuseur.

- L’actu pour le moment c’est ce Tournoi des 6 nations qui débute le 4 février sur France 2. Vous le considérez comment : comme un bon entraînement ou indispensable en vue de la coupe du monde ? Contrairement aux autres années, on n’a pas l’impression d’en parler beaucoup dans les médias…

Le problème aujourd’hui est qu’il y a tellement de compétitions en rugby qu’elles se succèdent et, pour l’instant, l’actualité a été marquée par la H Cup et le Top 14. Là, on va basculer dans un format différent avec un Tournoi qui va occuper les joueurs et l’antenne pendant deux mois. Quand il arrivera, on en parlera tout autant que l’an dernier. Et même peut-être plus encore, justement parce que nous sommes dans une année coupe du monde et qu’après les résultats du XV de France pendant les tournées de novembre, les journalistes scruteront ses performances avec un peu plus d’attention.

- Et pour les joueurs du XV de France ?

Je ne crois pas que les joueurs et l’encadrement du XV de France abordent ce tournoi en se disant que c’est un entraînement pour la coupe du monde. Je suis même persuadé du contraire. Pour bien aborder la coupe du monde, il est indispensable de bien figurer dans le tournoi et essayer de défendre le grand chelem de l’an dernier. Et puis le Tournoi des 6 nations, c’est comme le Tour de France, il appartient à l’histoire, c’est un événement à part. On ne peut pas faire l’impasse sur cette compétition. Dans Midi Olympique, on parle des « Joyaux de sa Majesté ». Ils ont raison. Personne ne le galvaudera.

- Les enseignements de ce tournoi en vue de la coupe du monde seront surtout d’ordre psychologique non ?

De nombreux paramètres seront à prendre en compte, mais il est sur que psychologiquement, il sera primordial, surtout pour l’équipe de France qui sort d’un mois de novembre catastrophique avec une raclée contre l’Australie. Il faudra donc dans un premier temps regagner un peu de confiance, en obtenant de bons résultats, et essayer de gagner un maximum de matchs, sachant que les années impaires sont toujours très difficiles puisque l’on se déplace en Angleterre et en Irlande où il n’est jamais facile de s’imposer. Ensuite, ce tournoi doit permettre d’engranger un maximum d’automatismes parce que c’est une période pendant laquelle les joueurs vont vraiment pouvoir travailler ensembles, avec un peu plus de temps, même s’ils auront encore deux mois de préparation avant la coupe du monde. Un système de jeu doit être mis en place, l’équipe ne va pas beaucoup bouger jusqu’à la coupe du monde et cette mise en place doit commencer dès maintenant. C’est pourquoi ce 6 nations est d’autant plus important pour tout le monde. Mais ce n’est pas parce qu’on le remportera que l’on gagnera la coupe du monde, c’est sûr.

- La différence de niveau entre la France et les nations de l’hémisphère sud est de quelle ordre : physique principalement ?

Non, je ne pense pas. La différence se joue sur l’organisation du calendrier international. Les équipes du Sud ont des systèmes de franchises qui permettent aux joueurs sélectionnés avec leur équipe nationale d’être libres plus souvent pour travailler ensembles. Ils ont des plages de préparation plus importantes que nous. L’écart que l’on a pu voir en novembre contre l’Australie, on sait que ce n’est pas l’écart qui nous sépare réellement de ces nations. C’est juste que ces matchs de novembre arrivent à un moment où les équipes du Sud ont terminé leur championnat, elles sont tranquilles alors que nos joueurs bataillent en plein championnat et en coupe d’Europe. Nous sommes plus fatigués. Il y a deux ans, en novembre, on avait pris 40 points par les Blacks.

- Il suffirait donc de modifier le calendrier pour être champion du monde (rires).

Il est sûr que nous connaissons en France un problème structurel. Il se nivelle un peu pendant les coupes du monde parce que c’est la seule compétition qui offre à tous la possibilité de bien se préparer pendant deux mois. Toutes les équipes seront donc au même niveau de préparation à ce moment là. C’est pour ça qu’à chaque édition on a toujours quelques surprises comme la France qui bat les Blacks lors de la dernière coupe du monde. Mais dans l’organisation du calendrier sur une saison, tout est fait pour que le Sud soit plus fort que le Nord.

- Tout comme n’est-il pas ridicule de continuer, par exemple, à faire jouer le Top 14 pendant les matchs internationaux ?

Le calendrier est surchargé. Il reste très peu de fenêtres pour pouvoir disputer toutes les compétitions. Si on ne fait pas jouer le championnat pendant les rencontres internationales, les joueurs joueront douze mois sur douze ! Déjà, un joueur international, qui joue Top 14 et coupe d’Europe, doit jouer onze mois dans l’année. Il n’y a pas de solutions à moins de supprimer une compétition. C’est propre au rugby français, voire européens, même si les Irlandais ont résolu le problème en créant des provinces. Leur compétition majeure est la coupe d’Europe, la H Cup, mais leur championnat domestique, la Ligue celte, est moins important. D’ailleurs je me demande si un Brian O’Driscoll, international irlandais, joue la moitié des matchs de Ligue 7. L’an dernier, il avait disputé 15 à 20 matchs de moins qu’un international français. C’est une grosse différence !

- D’accord, on pourrait donc faire un gros coup, mais pas enchaîner deux ou trois gros matchs, condition sine qua non pour devenir champion du monde ?

C’est tout le problème du XV de France. On n’a jamais su aligner deux exploits consécutifs. Les Anglais ont réussi à le faire en 2003. Est-ce qu’on en a les capacités ? Je n’en sais rien, on verra ça en octobre prochain mais c’est vrai que c’est tout le problème. maintenant nous avons des joueurs de talent qui ont toutes les qualités requises pour être champions du monde, il n’y a pas de doute là-dessus.

-Et sur le jeu, que nous manque-t-il ?

Nous avons une grosse mêlée, une bonne ligne d’avants mais, derrière, il nous manque un schéma de jeu précis. Contre les Australiens, dès que le jeu s’accélérait nous étions un petit peu débordés et on n’a pas de réponse à donner à l’adversaire. C’est tout le problème de Lièvremont. Il avait dit lors de son intronisation à la tête de l’équipe de France qu’il voulait renouer avec notre glorieux passé, avec un jeu de mouvement qui avait peut être un peu disparu sous l’ère Laporte. Or, aujourd’hui, sur le terrain, on ne voit rien venir. Nous avons des joueurs derrière qui sont tout à fait capables de produire du jeu en mouvement agréable à voir, de se faire plus de trois passes. On le voit cette saison avec les Toulousains. Eh bien depuis deux ans en équipe de France on ne voit pas ce jeu-là. Et bizarrement, les Australiens sont capables de le faire avec des joueurs qui ont une moyenne d’âge inférieure aux français. Parce qu’ils ont plus d’expérience ensembles. Cela fait trois quatre ans que l’entraîneur australien fonctionne avec le même groupe, ils ont des automatismes, ils se préparent ensembles plus longtemps que les joueurs français et ça se voit sur le terrain. C’est tout ces petits problèmes qu’il faut régler. Alors avec un temps de préparation supérieur comme nous l’aurons pour préparer la coupe du monde, c’est jouable, ensuite c’est dans notre capacité à répéter les performances que je suis un peu plus sceptique compte tenu de l’histoire qui entoure le rugby français.

- Peut-on faire avec le Top 14 et le XV de France une comparaison avec le foot en Angleterre où la Premier League est réputée comme le meilleur championnat du monde et, à côté, l’équipe nationale est à la rue ? Bref, n’a-t-on pas tendance à privilégier les clubs, la venue de stars étrangères dans le Top 14, plutôt que l’équipe nationale ?

C’est un vrai débat de fond du rugby français : quelle est la priorité du rugby français ? Les clubs ou le XV de France ? Aujourd’hui on n’a pas répondu à cette question. Est ce qu’il faut que les internationaux soient directement pris en charge par la Fédération et pas par leurs clubs, ce qui du coup donnerait une forme d’autonomie à l’équipe de France qui aurait alors à sa disposition les joueurs quand elle le souhaiterait. C’est une vraie question à se poser. Les Anglais ont adopté cette solution. Et comme je vous l’ai dit, dans l’hémisphère sud, ou en Irlande, on a aussi choisi le modèle de créer des franchises ou des provinces. Allez dire aujourd’hui à des Bayonnais d’aller jouer avec des Biarrots, ou aux Toulousains de former une province avec les Castrais ! En France, nous avons une autre culture, une culture de clubs qui, aujourd’hui, pénalise l’équipe de France. Et puis il y a aussi cet afflux de joueurs étrangers dans notre Top 14 qui est un championnat fort et attractif, ce qui ne permet plus à de jeunes joueurs français de se révéler à ces postes occupés par ce stars. Tout ceci mis bout à bout fait que l’équipe de France n’est pas dans les meilleures dispositions pour rivaliser au niveau international. C’est un dossier débattu depuis quelques années, ça va prendre du temps.

- Vous restez confiant pour la coupe du monde ?

Oui, on ira en quarts de finale. Ensuite, il reste trois matchs à disputer. Tout peut arriver avec de la réussite et en fonction de l’état de forme de chacun. Je reste confiant. Je pense juste que dans les années à venir le rugby français aura à réfléchir pour trouver des solutions et faire en sorte de mettre dans les meilleures dispositions l’équipe de France, qui est selon moi le porte-drapeau et la raison du succès du rugby français actuel. Le rugby est devenu un sport majeur en France. Sa transition vers le professionnalisme s’est bien passée, en douceur. Quelle autre discipline remplit 80 000 personnes à chaque fois au Stade de France ? Les audiences du Tournoi des 6 nations et de la H Cup cartonnent sur France Télé. Et le Top 14 est devenu un excellent produit d’appel pour s’abonner à Canal+. Le public traditionnel du rugby s’est élargi. La coupe du monde 2007 a été un déclencheur de ce phénomène.

- Et pourquoi ne pas profiter de cet engouement pour mettre en avant un magazine de rugby sur France Télévisions ?

Mais il en existe un, sur France 2, tous les dimanches matins à 8h, c’est « Rencontres à XV ». Il est produit par France 3 Toulouse. Cette émission fait autant d’audience qu’un match de Top 14 sur Canal+. Maintenant, nous n’avons pas vocation à ne faire que du rugby sur le service public. Le rugby est déjà plutôt bien exposé sur nos antennes. Ce magazine existe depuis des années et fonctionne très bien à cette heure-là. Et puis il ne faut pas se leurrer. Il y a un public assez large pour les grands matchs de l’équipe de France, ensuite il y a un public un peu plus connaisseur pour la coupe d’Europe et puis enfin il y a les mordus du Top 14, un peu plus réduits. Un magazine 100% rugby ne concernerait donc en moyenne que 600 à 800 000 téléspectateurs. Donc l’horaire convient parfaitement à ces passionnés.

- Votre pronostic pour le tournoi des 6 Nations ?

Anglais et Français seront encore favoris. Les Gallois sont vieillissants, les Irlandais sont en fin de cycle, et l’Ecosse, si elle remonte un peu la pente, n’est pas encore au niveau.

Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc pour « En pleine Lucarne »

Reproduction interdite sans citation de la source « En Pleine Lucarne ».

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(15) Readers Comments

  1. Pingback: H Cup, Challenge Cup : le rugby français joue l’Europe sur France Télévisions « En Pleine Lucarne

  2. Pingback: Finales Challenge Cup et H Cup sur France 4 et France 2 : la programmation « En Pleine Lucarne

  3. Pingback: H Cup, Challenge Cup : le programme des 1/2 finales sur France Télévisions « En Pleine Lucarne

  4. Pingback: Les Interviews « EPL , le Best of : Margotton, Ménès, Berger, Laffite, Lévèque, Jolles, Brindelle, Couëffé… « En Pleine Lucarne

  5. Pingback: Tournoi des 6 nations et cross country : le programme sport du week-end sur France Télévisions « En Pleine Lucarne

  6. Pingback: Le Tournoi des VI Nations continue sur France Télévisions. Programme du week-end « En Pleine Lucarne

  7. Pingback: Tournoi des 6 Nations : la liste des joueurs du XV de France contre l’Irlande demain sur l’Equipe TV « En Pleine Lucarne

  8. Pingback: Audience Tournoi des 6 Nations : le XV de France redonne des couleurs à France 2 « En Pleine Lucarne

  9. Bonsoir, avant de faire des interview il devrait apprendre à ne plus péter de la bouche, depuis 18 heures je regardais le rugby, j’ai été obliger de débrancher mes six enceintes, à cause de Mathieu Lartot qui pète de la bouche chaque fois qu’il l’ouvre, c’est très désagréable, alors si il n’est pas capable de produire un son propre, il faut que chaque fois qu’il commente un match, France2 me dédommage,

  10. Pingback: Audience Tournoi des 6 nations : score décevant pour France 2 « En Pleine Lucarne

  11. Pingback: Un week-end très rugby sur France 2, France 3 régions et France 4 « En Pleine Lucarne

  12. Pingback: Tournoi des VI Nations 2011 : le calendrier complet « En Pleine Lucarne

  13. Pingback: Un week-end très rugby sur France 2, France 3 régions et France 4 « En Pleine Lucarne

  14. Pingback: Interview : Matthieu Lartot (France 2) : « Le public traditionnel du rugby s’est élargi » | rssFrance.net

  15. Pingback: Tweets that mention Interview : Matthieu Lartot (France 2) : « Le public traditionnel du rugby s’est élargi  « En Pleine Lucarne -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>