Hier soir, lundi 17 janvier, Eurosport présentait ses nouveaux programmes pour 2011 (voir article). L’occasion de s’entretenir avec le n°2 de la chaîne, Arnaud Simon, arrivé en septembre mais qui, depuis, n’a pas perdu de temps pour impulser à Eurosport une nouvelle dynamique et une ligne éditoriale plus proche des téléspectateurs avec de nombreuses nouveautés magazines. Interview.

« Soir de Coupe », « Lundi Foot », « Tour d’Europe », la Ligue 2… Vous avez accéléré sur l’offre foot et notamment sur les magazines. Est-ce indispensable pour qu’une chaîne comme Eurosport ait du succès ?

- Oui, non seulement le foot est obligatoire, mais l’actualité foot aussi qui a pris une dimension très importante que l’on a perçue avec la coupe du monde en Afrique du Sud. On pensait que ce qui s’est passé autour de l’événement allait écoeurer les gens, mais c’est le contraire qui est arrivé. Les téléspectateurs se sont passionnés pour l’actu.

Mais c’est surtout parce qu’il y avait un scandale. L’actu autour de la Coupe de France ou de la Ligue 2 ne draîne pas autant d’intérêt quand même ?

- Bien sûr, mais nous on a toute légitimité de le faire. C’est pourquoi on lance « Lundi Foot », juste avant notre grand match de Ligue 2. Nous avons d’ailleurs été les premiers à proposer un match décalé au lundi… ce qui devient maintenant un grand sujet d’actualité à propos de la Ligue 1. Il nous manquait un rendez-vous dans lequel on puisse avoir un ton un peu différent. On veut avoir un ton, une façon un peu plus rock de parler parler foot, un peu plus proche de « So Foot » dans l’esprit. C’est pour ça qu’un journaliste de « So Foot » est dans l’équipe de « Lundi Foot ». Et pas spécialement pour attirer les jeunes. Je pense qu’un fan de foot de n’importe quel âge appréciera un ton différent et complémentaire de ce que font les autres.

Giovanni Castaldi, le petit frère de Benjamin, l’animateur de TF1, coup de pub ou ça illustre justement ce ton rock ?

- Non, vraiment ça entre dans cet objectif. Il est là parce que c’est un garçon de 20 ans qui connaît très bien le foot, il est adorable, et on ne donne pas assez la parole aux mecs de 20 ans qui est d’une génération qui n’a pas gagné en 98, lui, car il était trop jeune. Lui c’est la génération Playstation et c’est drôle de voir qu’il regarde le foot autrement que nous.

Vous avez aussi, à l’antenne, mis la Coupe de France en avant bien plus que d’habitude…

- Oui, plus que d’habitude car c’est une compétition magnifique. Il était important de créer ce rendez-vous « Soir de Coupe », un carrefour d’information et d’analyse nécessaire dans une compétition très éclatée, avec des matchs étalés sur trois jours. On est d’ailleurs très content car ça a très bien démarré. Je pense que ce genre de rendez-vous est un service que les abonnés attendent.

Des projets pour la Ligue 2, un vrai produit d’appel pour Eurosport ?

- On met bien en valeur notre match du lundi avec des avant-matchs, mais je ne pense pas qu’un magazine spécifique soit notre priorité. Et puis on aura « Lundi Foot » juste avant le match qui va permettre de mettre encore plus en avant la Ligue 2.

Le rugby prend également de plus en plus de place dans la grille. Parce qu’il y a la coupe du monde fin 2011 ?

- Il y a plusieurs raisons. La première est liée à ce qu’on a fait sur le Coupe de France de foot car nous avons le Challenge Européen qui est une belle petite compétition avec de belles équipes et de bons matchs et on ne l’exploitait pas suffisamment, d’où la création du magazine « Au Contact ». Avec ce mag, nous sommes dans les vestiaires, on va à la rencontre des joueurs en toute humilité, avec notre ton à nous, nature, on essaye de ne pas faire de parisianisme, c’est-à-dire aller vraiment vers les clubs et puis c’est l’occasion aussi de parler de l’équipe de France, du top 14. Puis, évidemment, le fait que nous soyons dans une année coupe du monde est un bon moment pour renforcer notre offre rugby. On a aussi décidé de diffuser le championnat de Fédérale 1, c’est un pari qui fonctionne bien pour le moment, on est content. C’est l’histoire du rugby, le terroir. On retrouve une équipe comme Béziers qui fête son centenaire. Et je vous promets que les phases finales de Fédérale 1 seront un grand moment de télévision.

On note donc un vrai rapprochement vers le public…

- Oui. A un moment donné il est important d’incarner le sport, de se rapprocher des téléspectateurs, d’être le relais des interrogations que se posent les téléspectateurs. C’est très important maintenant pour une chaîne de sport de ne pas juste diffuser des événements, il faut accompagner le public, ça devient fondamental. Jusqu’à présent on a peut-être été victime de la richesse de notre offre, on a tellement de droits magnifiques, tellement d’événements en direct qu’à un moment donné on s’est dit on a déjà tant de choses qu’on n’a pas pensé à développer l’aspect proximité. Maintenant c’est fait ! On ne peut pas le faire sur tout bien sûr mais on a besoin d’accompagner nos grandes marques, de les valoriser. C’est aussi pour ça qu’on va renforcer notre offre en Formule 1 avec le mag « Dimanche F1″ car on a une chance exceptionnelle d’avoir les images. C’est pour ça aussi qu’on va lancer un talk autour de Roland Garros le soir car ça manquait, avec un ton aussi différent. On réfléchit au Tour de France également.

Richard Virenque sera présent sur Eurosport cet été ?

- Je l’espère. Nous discutons avec lui en ce moment. Richard Virenque, c’est une excellente idée : il est populaire, il a beaucoup progressé avec nous, il a ce côté nature et spontané qu’on aime. Il correspond à l’image Eurosport. Je souhaite qu’il continue à être avec nous.

Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc pour « En Pleine Lucarne »

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

  1. Pingback: Eurosport, la chaîne de sport la plus connue des Français « En Pleine Lucarne

  2. En effet, le bla bla devient la norme. Nouvel exemple avec le JT du week end à 18h, qui empêche la diffusion de directs. Infosport et Lequipe TV font la même chose. Eurosport doit rester la chaine des directs. Quand on voit en plus la façon dont a été traité le tour de ski, avec la dernière étape diffusée sur Eurosport à 1h00 du matin, et en plus coupée, on a même pas vu l’arrivée. Quel bandes de nuls. Et le pire c’est le licenciement de Patrick Chassé, pour désaccord sur Planet Armstrong. Il est certain qu’un employé qui dit ce que tous les fans de cyclisme pensent, il vaut mieux le virer, surtout si c’est meilleur commentateur de la chaine.

    Quand au rugby, quel intérêt de montrer des matchs de fédérale 1? pourquoi pas des match de foot de division d’honneur. Et tout cela au détriment de vrais sport, se disputant à un niveau mondial en même temps.

  3. De plus en plus de bla-bla et d’émissions de zapping et de moins en moins de retransmissions en direct. Eurosport n’est plus ce qu’elle a été :(

  4. Bonjour

    En quoi va consister « Dimanche F1″ ?

    Merci

  5. Pingback: Tweets that mention Interview-Arnaud Simon : « Eurosport devait se rapprocher du public  « En Pleine Lucarne -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>