Entretiens EPL Football Les News — 12 décembre 2010
Pierre Menes, le franc-tireur du Canal Football Club, on l’aime ou on l’aime pas, mais ses saillies footballistiques ne laissent jamais indifférentes. Moi, je tiens à vous le dire tout de suite : je l’aime bien mon Pierrot. Peut-être parce que j’ai la chance de le connaître un petit chouilla plus que ce qu’il montre à l’antenne, même s’il le dit lui même dans cette interview « je ne mens pas aux gens, je suis sincère ».
Mais je ne suis pas là pour prêcher ni même pour lui faire sa Com, ce qu’il fait très bien tout seul. Je lui ai donc juste demandé de m’accorder un peu de temps, en tête à tête, pour aborder différents thèmes sur lesquels, pour certains d’entre eux, il n’a pas l’habitude de s’exprimer.
Sa récente brouille avec les Guignols, le Canal Football Club, son image ambigüe pour certains, expert ou « beauf » ?, sa passion du cinéma, son blog, le PSG qu’il aime autant qu’il taille, ses rêves de comédien, Hervé Mathoux, son rôle dans le prochain film de Djamel Bensalah… Autant de thèmes sur lesquels il m’a fait le plaisir de répondre en exclusivité pour « En Pleine Lucarne ».
Un entretien costaud, amical et sans langue de bois, à l’image du personnage.

- Avant de commencer, veux-tu revenir sur l’actualité qui a vu, il y a quelques jours, un auteur des Guignols de Canal+ (Lionel Dutemple) s’épancher dans une interview donnée sur un blog du 10Sport, en t’accusant de, je cite, « beaufiser l’antenne de Canal » ?

(Rappel : Lionel Dutemple a dit : « Canal + a toujours traité le football avec classe… jusqu’à l’arrivée de Pierre Ménès ! il a « beaufisé » l’antenne à un point. Il ne me fait pas rire du tout, ses blagues sont d’une lourdeur. Au café du coin, les mecs sont plus drôles que Pierre Ménès ! c’est un nivellement par le bas, et ça ne concerne pas que le football. »

(Le visage de Pierre se ferme)
Je me fous de l’image que je renvoie. Ce qui m’importe ce sont les chiffres d’audience du lundi matin. Tant que les chiffres du Canal Football Club sont ce qu’ils sont depuis le début de la saison, c’est à dire bons, c’est que nous sommes dans le vrai, pas moi mais nous, l’émission. Maintenant dans « beauf », il y a tout de suite « gros » devant, tu sais. Ce n’est ni plus ni moins que du pur racisme. Mais ce qui me sidère, c’est que la flèche la plus acérée vienne de l’intérieur. En même temps, je ne suis pas surpris, je savais que ça viendrait. De toute façon tu t’aperçois que plus ça marche, plus j’ai de succès et plus je me fais critiquer.

- Ca te touche surtout parce que l’attaque est venue de l’intérieur ?
- Oui. Moi quand on m’a interviewé sur ma marionnette, j’ai dit que je l’avais trouvée super car je le pensais. Si ma marionnette m’avait vexé, si ça m’avait déplu, si les Guignols avaient fait la marionnette plus grosse, etc, je serais allé leur dire « ça ne me plaît pas ». Je trouve cette sortie médiatique extrêmement déplacée.

- Penses-tu que ton statut d’expert, de spécialiste est mal perçu, mal compris…
- Par qui ? Je m’en fous, ça ne me préoccupe pas. Ce qui compte c’est de voir qu’au lendemain de Saint-Etienne-Bordeaux qui n’était quand même pas l’affiche de l’année, on attire 1,8 millions de téléspectateurs avant le match et encore 700 000 après le match pour le Debrief. Et dans le Debrief, je suis déjà beaucoup moins dans la vanne et beaucoup plus dans l’analyse. Si on me demande, à moi, de faire les notes des joueurs en fin de match c’est parce qu’il y a quelqu’un à Canal+ qui pense que j’ai un minimum d’expertise. Pendant 10 ans à l’Equipe, j’ai noté les joueurs de l’Equipe de France. C’est donc que je dois avoir une certaine compétence pour le faire. Que les gens veuillent délibérément oublier que ça fait 30 ans que je suis dans le milieu du foot, c’est leur problème.

- Cela veut-il dire aussi qu’à Canal, on n’utilise pas encore tout ton potentiel ?
- Non. Mais sans vouloir rebondir sur cette histoire des Guignols, il est vrai qu’aujourd’hui j’ai aussi envie de faire une émission où je sois plus dans l’analyse, plus dans la tactique. Pas pour faire taire les critiques, ça encore une fois je m’en fous, mais tout simplement parce que ça me manque un peu. C’est vrai que les seuls moments où je parle vraiment de foot, c’est dans le Debrief. C’est un super concept car la bête est encore vivante, ce n’est que du produit frais, immédiatement après le match. Tu peux préparer tout ce que tu veux, si à la 94e minute, l’adversaire égalise, tu peux tout jeter, ça ne sert plus à rien…Mais ce n’est pas suffisant.

« Je pense que le grand public me perçoit beaucoup plus comme un spécialiste de foot que ceux qui me traitent de beauf. »

- Et dans les « Spécimens« , (le vendredi soir sur Canal+Sport), tu ne pourrais pas développer cette partie analyse ?
- Non, le principe de l’émission est de parler de foot sans parler de jeu. C’est très marrant à faire et sans doute encore plus marrant à regarder qu’à faire. Donc l’analyse me manque un peu. En plus, nous, à Canal, on a cet atout formidable qu’est la palette. Alors peut-être que parfois on en met un peu partout à tort et à travers, mais c’est vrai que grâce à elle, il y a des phases vachement explicites. Je pense qu’il y a suffisamment assez de place sur la grille des sports de Canal pour faire une émission exclusivement axée sur le jeu. J’en parle d’autant plus facilement que lors du premier rendez-vous que j’ai eu avec Cyril Linette (le directeur des sports de la chaîne), je lui en ai parlé tout de suite. Après, je ne suis pas couillon, je sais que ce n’est pas ça que l’on vient chercher chez moi en priorité.


- Justement, n’es-tu pas prisonnier..(il ne me laisse pas terminer la question)
- Je ne suis prisonnier de rien, je suis comme ça ! Tu me connais, on a passé 4 jours ensemble en Afrique du Sud. Tu as vu, j’aime bien rigoler, j’aime bien déconner, j’aime bien fracasser un peu, je suis comme ça, je ne me suis pas fabriqué une image pour la télé. Et ça marche, je suis désolé, ça marche. Quand les gens m’arrêtent dans la rue, ils sont gentils, ils me parlent de foot. Je pense que les téléspectateurs sont beaucoup plus fins que ce qu’une certaine pseudo intelligentsia veut bien le croire. Je pense que le téléspectateur me perçoit beaucoup plus comme un spécialiste de foot que ceux qui me traitent de beauf. Parce que, eux, ils savent que je leur dis la vérité. On peut me donner tous les défauts du monde, Mais je ne mens pas aux gens.

« Si ce que je fais marche, ce n’est pas parce que je fais des vannes, ce n’est pas parce que j’ai une grande gueule ou que je taille, c’est parce que je suis sincère »

- Un peu de mauvaise foi alors ?
- On peut me reconnaître une certaine mauvaise foi, avérée ou pas, parce que ce n’est pas quelque chose dans laquelle je me reconnais particulièrement. Parce que ce n’est pas de la mauvaise foi, c’est ce que je pense. Quand je parle de foot, je parle avec mon coeur. Quand il y a eu l’histoire du bus de Knysna, je l’ai tellement vécue d’une façon bizarre, je me suis tellement retenu pendant une heure pour ne pas les insulter, que quand je suis rentré chez moi, je me suis demandé « est-ce que ça s’est vu ». J’ai donc revisionné cette émission, c’est d’ailleurs la seule de la coupe du monde que j’ai revue. Et oui ça s’est vu que je me retenais. Alors, si ce que je fais marche, ce n’est pas parce que je fais des vannes, ce n’est pas parce que j’ai une grande gueule ou que je taille, c’est parce que je dis ma vérité, c’est parce que je suis sincère. Je suis convaincu que les gens qui nous regardent au CFC le ressentent comme ça. Quand, l’autre jour, on a Lyon – Nice et que je dis que c’est un match de daube, tout le monde a embrayé derrière. Je trouve que c’est bien pour Canal de pouvoir avoir cette liberté de ton. La ligue 1 est un feuilleton de 38 épisodes et comme dans toute série il y a des épisodes moins bons que d’autres. Alors on ne va pas vous vendre un mauvais épisode comme un chef d’oeuvre si c’est de la merde.

- Oui mais justement si tu n’es pas là pour le dire, personne ne le dit. C’est d’ailleurs le reproche que l’on a adressé à Canal, celui de sur-vendre des matchs parfois mauvais.
- Depuis que Cyril Linette est à la tête des sports, ça a tout de même beaucoup évolué sur ce point, il y a eu un virage, avant même mon arrivée. Après, les gens tu ne vas pas les violer. Il y a des journalistes ou des consultants qui n’ont pas envie de dire ce qu’ils pensent, soit pour ne pas s’étaler, soit parce qu’ils jugent qu’ils n’ont pas la légitimité, ou la compétence, je ne sais pas. Il y a des consultants qui le font, d’autres pas. Ca fait un an et demi que je suis à Canal et on ne m’a pas dit une fois « fais pas ci, fais pas ça ». Pas plus à M6 en 4 ans d’ailleurs. C’est que je ne dépasse pas tant que ça les bornes non plus.

- Tu sembles avoir vraiment trouvé tes marques au Canal Football Club. Il y a encore des ajustements à faire ?
- Franchement, je sors de la majorité des émissions très satisfait. Je vois dans le CFC des trucs, des reportages que, en tant que téléspectateur, je ne vois pas ailleurs. C’est de la télé de qualité. C’est une émission qui a de gros moyens, mais elle s’en sert et ça se voit. C’est d’ailleurs ce que j’ai dit quand j’ai signé à Canal, que j’arrivais au FC Barcelone du mag foot à la télé. J’ai signé et je joue !

« Je ne suis pas un meneur de jeu, je suis un buteur ! »

- La présence de Christophe Dugarry en plateau semble avoir donné encore plus de poids à tes interventions. Avec lui, l’équilibre de l’émission est parfait et vous fonctionnez très bien tous les deux.
- Oui, avec Marco (Simone) et Elie (Baup) aussi ça marche bien. Eli a beaucoup progressé, il est sincère, c’est ça qui compte. Mais il est vrai que j’adore Duga. D’abord c’est mon pote et puis il est drôle, intelligent. Ca se voit qu’il est content d’être là, qu’il est content d’être avec moi aussi. Et puis je n’ai pas la vocation à être seul au monde. Je n’ai pas arraché du temps de parole en plus, on m’en a donné avec le Debrief. Alors quand j’entends dire que l’on ne s’entend pas avec Dugarry, car on n’est pas toujours du même avis et que l’on s’engueule parfois, ça me fait marrer. Quand tu parles de foot avec un ami, tu n’es pas toujours d’accord avec lui. Et alors, ce n’est pas pour ça que ce n’est plus ton ami ?



- Et avec Hervé Mathoux ? Certains pensent que vous ne vous entendez pas.
- Là aussi c’est faux. Avec Hervé, aujourd’hui, il y a une osmose. On se comprend rien qu’au regard ou par des signes super discrets. Il y a une vraie complicité entre nous, comme celle que j’avais pu avoir avec Estelle Denis sur M6. Le rythme de l’émission en bénéficie, c’est sûr. Il n’y a plus besoin de me dire là il faut faire court, etc, je le sais rien qu’à regarder Hervé. Parfois, quand je veux prendre la parole et que ce n’est pas spécialement prévu, je vois son regard du genre « mais qu’est-ce qu’il va encore dire ? ». Ca m’amuse de le déstabiliser, c’est un jeu. Et puis chacun reste à sa place. Je n’ai pas vocation à présenter une émission, je ne cherche pas à lui piquer sa place. Je le sais d’autant plus que je suis maintenant seul à bord sur une émission sur la chaîne Comédie ! Je ne suis pas un meneur de jeu, je suis un avant-centre, je marque des buts.
- Donc, si on te donnait une émission sur l’analyse tactique, tu ne la présenterais pas ?
- Non. Ne mélangeons pas les rôles. Tu ne peux pas mener le jeu et envoyer la sauce en même temps. Je ne peux pas être présentateur et mettre mes plus grosses mines. J’ai un rôle de snipper, de finisseur. J’ai pas envie d’un mec qui me dise toutes les dix secondes dans l’oreillette « attention on est en retard, etc… ».

« Les Verts de St Etienne m’ont empêché d’être comédien »

- Parlons de ton blog Pierrot le foot, sur Yahoo, c’est quelque chose auquel tu tiens toujours autant ? Un moyen de t’exprimer autrement ?
- Le blog, c’est mon bébé. C’est une belle aventure avec Yahoo car nous entamons notre 5e saison. Il faut voir que pendant la coupe du monde on a fait 13 millions de pages vues, 1 860 000 visiteurs uniques, et que depuis on est à plus de 700 000 visiteurs uniques de moyenne. La coupe du monde a encore fait franchir un cap au blog qui est devenu un vrai rendez-vous. Le blog permet aussi de faire le lien avec le CFC, ça fait boule de neige et Canal l’a compris et ne m’embête pas du tout avec ça. Ce n’est pas un gadget. Je suis sous contrat avec Yahoo jusqu’à l’Euro 2012.

photo d’accueil de Pierrot le foot

- Quand tu n’es pas sur un plateau télé ou dans un stade, que fais-tu ?
- Eh bien là, comme tu vois, je rentre de ma 5e journée de tournage pour le long-métrage de Djamel Bensalah, « Capitaine Khalid. » J’y joue le rôle d’un flic. Ca confirme que mes envies d’aujourd’hui sont bien cinématographiques.

- Qu’est-ce qui t’en a empêché ?
- Les Verts de Saint-Etienne !  Quand j’étais gamin je rêvais de devenir comédien. Et quand à l’époque il y en a qui écoutaient les Bee Gees ou Diana Ross, moi j’écoutais les disques de Molière de la Comédie Française. J’avais même de vraies envies de théâtre classique. Et puis j’ai eu la passion du foot, en 1975-76 avec l’épopée européenne des Verts. J’avais 12-13 ans. Ce fut une révélation tout comme j’ai eu cette révélation quand j’ai mis la première fois le pied au Parc des Princes en novembre 1977. Pour en revenir à cette passion pour le cinéma et le théâtre classique, aujourd’hui mon film de chevet c’est « le diable boiteux » de Sacha Guitry. J’ai une passion délirante pour Sacha Guitry. Et, récemment, j’ai pleuré comme une madeleine (il accompagne du geste pour montrer la grosseur des larmes) devant  la dernière des Misérables au Châtelet. J’ai fini en larmes, vraiment en larmes.

Sacha Guitry

- La comédie, le cinéma, c’est un milieu dans lequel tu te sens à l’aise.
- Oui, oui, même s’il ne faut pas écouter quand on te dit que tu es doué car on travaille dans des milieux où tout le monde te dit que tu es doué ! Mais je ne suis pas intimidé par la caméra et je suis naturel, c’est déjà ça. Là, pour Capitaine Khalid, le prochain film de Bensalah, j’ai 13 jours de tournage, c’est un vrai rôle. C’est incroyablement dur. Hier j’ai tourné pendant douze heures, à St Denis, dans le froid. Pourtant c’était une scène pas plus compliquée que ça. Mais bon, il faut dire aussi que Djamel Bensalah abuse un peu parfois (rires). Tant qu’il n’a pas ce qu’il veut…

- Pourtant, ce n’est pas ta première expérience au ciné.
- J’ai tourné dans les trois derniers films de Djamel (Neuilly sa mère, Big City, il était une fois dans l’Oued), j’ai aussi fait une apparition dans Disco, dans 3-0, et j’ai tourné une scène avec Jean-Paul Rouve dans le prochain film d’Olivier Baroux.

- Comment as-tu rencontré Djamel Bensalah ?
- Ce fut un coup de foudre. Un vrai. Quand j’ai tourné dans 3-0, j’ai d’abord sympathisé avec Lorant Deutsch, qui est un vrai passionné de foot. Quand le film est sorti, à l’époque je travaillais à l’Equipe TV et j’ai invité Lorant pour parler du film. Et 3-0 sortait à une semaine d’intervalle avec le Raid, film de Djamel, dans lequel jouait également Lorant. Il est donc venu avec Djamel. Je me souviens qu’à l’époque je n’avais pas une très bonne opinion de Djamel. Je l’avais trouvé assez puant lors d’une interview avec Fogiel. Mais bon, je comprends mieux aujourd’hui pourquoi il était si mal à l’aise puisque c’était avec Fogiel… Et quand on s’est rencontré, le coup de foudre. J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi fin, d’aussi intelligent, d’aussi fulgurant que Djamel. J’ai un ami comme ça qui s’appelle Thierry Reboul, qui bosse dans la Pub. Il fait des coups du genre le grand portrait de Ribéry pour Nike. Bref, des mecs comme ça, quand ils te disent « j’ai une idée » tu les regardes dix minutes en te disant « quel taré ! » Et après tu te dis « c’est génial« . Je pense que je tournerai dans tous ses films pendant assez longtemps.

Djamel Bensalah

- Devenir acteur professionnel c’est donc envisageable ?
- Il est sûr que si ça continue comme ça, ça peut se traduire un jour par décrocher un rôle qui nécessite un coach. Ca oui, ce serait extraordinaire. Maintenant, qui sait ? Dans Capitaine Khalid, sans avoir un grand rôle, j’ai un rôle conséquent. Si ce film marche, s’il dépasse le million et demi d’entrées, peut-être que je devrais me mettre en quête d’un agent. Ce qui est sûr c’est que c’en est fini des apparitions. Je ne veux plus qu’on dise « oh tiens c’est marrant, j’ai vu Pierre Menes 30 secondes dans un film« . Par exemple, dans le film d’Olivier Baroux, j’ai une vraie scène. Après sera-t-elle gardée ou coupée au montage, je n’en sais rien, mais c’est une vraie scène avec Jean-Paul Rouve où je joue le caissier de l’AS Monaco. Mais aller faire coucou comme dans Disco, ça c’est terminé.

« Je ne suis plus supporter du PSG »

- Et quand tu es devant ta télé, à part le foot, tu regardes quoi ?
- Un peu de basket NBA, mais le sport où j’essaye de ne rien rater c’est le tennis. J’adore ce sport. J’ai été prof de tennis au Club Med pendant deux ans, quand j’avais 18-20 ans. J’étais classé 15/5. Puis j’ai eu un très grave accident de mobylette qui m’a bousillé le fémur et empêché d’aller plus haut. Bon, sur terre battue, je n’avais jamais battu mieux qu’un 30/2. cette surface reste une énigme, je détestais ça. J’étais nul sur terre battue. En revanche, en indoor, sur dur, je jouais bien, j’avais une bonne volée, et sur moquette je me débrouillais encore mieux.

- Et ton PSG alors, belle saison n’est-ce pas ? Ca redonne du baume au coeur…
- Ce n’est plus MON Paris Saint Germain. Je n’ai plus l’euphorie que j’aurais pu avoir quand j’étais supporter. Quand ils ont failli descendre en Ligue 2, il y a deux trois ans, là oui, ça m’a fait quelque chose. Et je me disais aussi que pour mon travail, la Ligue 1 sans le PSG c’est une catastrophe, ça ôte l’intérêt de la compétition. Cette année, j’apprécie leur saison, mais sans l’âme du supporter. Je ne le suis plus même si j’ai été abonné 7 ans dans la tribune Auteuil. Je ne le suis plus du tout. Pourtant, la dernière fois je suis allé les voir jouer contre Séville, en Europa Ligue, j’ai vu un super match, de beaux buts, mais voilà. A la limite, j’étais plus excité dans mon canapé à regarder le Clasico Barcelone- Real Madrid. Eux, ils m’ont fait lever de mon siège ! Vraiment. Les Barcelonais sont exceptionnels. Le PSG, c’est le club que j’aime le plus, c’est sûr, mais je n’ai plus d’émotions avec et c’est aussi celui que j’ai le plus taillé dans ma carrière. Bon, ils l’ont cherché aussi (rires). Mais si je vois Marseille faire un match emballant, je suis aussi content alors que je dois reconnaître que Lyon m’indiffère c’est tout. Les gens qui pensent que je n’aime pas Lyon se trompent. En ce qui concerne Paris, je suis juste content de voir des beaux matchs, de beaux buts de Néné, le meilleur joueur du championnat. Mon PSG comme tu dis, c’était celui de Rocheteau, Surjak, Susic, Borelli. Ca n’a rien à voir avec les périodes Canal ou Colony. Ce n’est quasiment pas le même club.

Propos recueillis par Vincent Rousselet-Blanc pour En Pleine Lucarne
Toute reproduction interdite sans citation de la source.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(23) Readers Comments

  1. Pingback: Alou Diarra invité du Canal Football Club (sommaire) « En Pleine Lucarne

  2. Pingback: Les Interviews « EPL , le Best of : Margotton, Ménès, Berger, Laffite, Lévèque, Jolles, Brindelle, Couëffé… « En Pleine Lucarne

  3. Pingback: Interview – Pierre Ménès : « je veux créer un espace culturel lié à la faune sauvage  « En Pleine Lucarne

  4. Moi j’aime bien les beaufs. J’en suis un devant le foot et j’assume. Je regarde ce divertissement pour oublier mes soucis quotidiens. Ca me détend et je me moque des analyses techniques fines.Autant dans le domaine de la culture, j’aime les analyses mais pour le spectacle footbalistique je m’en moque. Menes me va bien et convient bien à un gars comme moi.
    Pour finir les guignols ont pas forcément tort mais il ne faut pas oublier que eux mêmes sont des « gros beaufs  » avec les vannes moisies et leur analyse beaufisée de de la vie politique.

  5. Pingback: Interview – Hervé Mathoux : « Le Canal Football Club n’est pas un talk show !  « En Pleine Lucarne

  6. Finalement, Menes a en tout et pour tout deux pauvres arguments qui sont aussi bidons l'un que l'autre. 1) Victime du racisme anti-gros. Pas la peine d'en rajouter, la réponse est dans les commentaires. Même s'il pesait 40 KG tout mouillé, ça resterait un gros beauf.2) Il fait de l'audience. C'est ça, sa valeur ? Faire du chiffre ? Et s'il veut faire du cinéma, ce ne serait pas, alors, pour participer à des beaux projets artistiques, mais pour faire des entrées ?Faut savoir, mon gros (ben oui, je suis raciste) que la valeur artistique n'a rien à voir avec le talent. C'est même souvent le contraire. Pour faire du chiffre, suffit souvent d'abaisser le niveau. Et c'est pareil dans tous les domaines. Et particulièrement à la télé. Les émissions de télé réalité ont fait un carton lorsqu'elles sont apparues. Les émissions honteuses de Delarue, qui déballent l'intimité des pauvres gens, cartonnent ! Les chanteurs à minettes ou les pétasses avec une belle plastique chantant des mièvreries ont toujours eu beaucoup plus de succès que les plus grands auteurs-interprètes de textes magnifiques.Pauvre Menes ! Au fond, je le plains. Quand on a une telle soif de reconnaissance publique, c'est sans doute qu'on a un gros manque affectif. Qui veut consoler le Pierrot ?Gilbert

  7. C'est vrai qu'on sent bien moins d'autodérision qu'aux débuts de 100% foot. C'est con, mais comme quoi, tout le monde peut changer. J'ai arrêter de regarder le CFC, pas assez d'analyses hors niveau PMU, trop de vannes débiles qui coupent la parole alors qu'un invité ou consultant essaie enfin de dire quelque chose d'intéressant… Même avec certains bons souvenirs des débuts de 100% foot (qui était plus sur le thème "on raconte pas mal de conneries mais on le sait et on le dit", du moins au début), je confirme que Pierre Menes s'est beaufisé…

  8. Plus que pour le CFC, que je ne regarde quasiment jamais, j'en veux surtout à P. Menès d'avoir flingué l'émission de Canal pendant le Mondial cet été.Il suffit de se rappeler la qualité de l'émission d'il y a 4 ans, mise en place à l'arrache, et avec notamment D. Deschamps, pour avoir eu envie de pleurer tt le mondial…et puis cette amitié qui ne lui fait dire que du bien de Th Henry…

  9. "T'es lourd gros beauf", c'est pas parce que tu fais 157 kilos, on s'en fout de ca, c'est parce que t'es fin vulgaire, t'en fais des tonnes et comme un de tes collegues star bloggeur, tu ne te remets pas en question, tu ne dis pas la verité, tu dis ta verité, des verités.J'aimais vraiment le beauf de "enfin du foot", la y'avait pertinence et impertinence, le bon dosage….le bon ton, t'etais a ta place, t'etais encore un un vrai journaliste.Un telespectateur t'aurais traité de beauf y'a 10 ans, tu lui aurais pas sorti" je m'en fou, on fait 40000 telespectateurs et 8732 sur la rediff de 23h…"Celui de 100% foot etait distrayant a une heure avancée mais deja sur la route….La tu te sens plus pisser(ecoutes toi, reecoutes toi), tu te prends pour le pimp, degonfles un peu le melon que tu es le premier a attribuer a d'autres, la force de canal c'est et ca a toujours été les images, je suis pas la pour le troubadour personnellement.Il aurait meme tendance a me debecter, pas au point de l'equipe du dimanche….mais pas loin.Si tu crois que tout le public du CFC c'est du hihi ala isabelle moreau, tu te trompes.T'es un specialiste du foot pour les nombreux spectateurs, mais pour les specialistes du foot parmis ces telespectateurs, t'es un beauf qui a endossé un costume de leader d'opininon trop grand pour lui, c'est ton 1er vrai role, ton fond de commerce, les premices de ton futur one man show….Pour ce qui est du" oh tiens c'est marrant, j'ai vu Pierre Menes 30 secondes dans un film", non c'est pas marrant, faut pas te sentir obligé hein, quoi que camping paradis t'irais comme un gant, tu ferais 6 millions sur TF1, reperé par christopher nolan dans la foulée…

  10. Ben mon cochon! Mais c'est qu'il se prend vraiment au sérieux le Monsieur…mais ça reste quand même un gros con de beauf de mer…pas une once d'autocritique, Mr s'autoproclame Spécialiste et se dit victime de racisme anti gros…ce qui me dérange le plus ce n'est pas sa corpulence, c'est sa grande gueule, à la répartition aussi limitée que sa capacité à se remettre en question…et niveau foot, il est dans la moyenne de tout ceux que l'on peut croiser au comptoir du PMU du coin…dans la tendance populiste actuelle, il a su se faire une place bien au chaud dans le PAF, et il est le digne hériter de Rolland, Larqué et consorts!

  11. Je cite m. Ménès : "Je me fous de l'image que je renvoie. Ce qui m'importe, ce sont les chiffres d'audience du lundi matin"C'est la voie qu'à suivi TF1, de l'audience et beaucoup (voir quasiment) de merde ! Bravo, belle philosophie !

  12. Guy Carlier a dit dans une de ses chroniques que Paganelli avait remplacé Thierry Roland en "beaufitude" , ce que j'approuve totalement; Je me demande à qui ses "fou rires" stupides et ses commentaires débiles plaisent ou s'il a des appuis puissants à C+ . Pierre Ménès joue de son physique dans la dérision et je lui trouve un côté presque professionnel dans ses commentaires . Si Canal devait se passer de quelqu'un je ne pense pas qu'il serait en numéro 1.

  13. MONSIEUR MENESle mot gros n'est pas une insulte si l'on est en phase avec soi.Je ne retiendrais que votre pauvre analyse du football.Heureusement mr Baup vous recadre. Quand vous vous permettez de critiquer "lucho"en le traitant de joueur moyen,effectivement vous êtes un inculte.

  14. Moi aussi je regarde le CFC uniquement pour les résumés des matchs, ceci dit, j'ai la TV numérique depuis peu et ai essayé ce soir même de regarder le show de Pascal Praud sur I-Télé. J'ai arrêté au bout de 20 minutes avant de repeindre ma moquette…le CFC à côté c'est du Gourmet 3 étoiles.Pour Ménès en particulier il aurait plus sa place là-bas que sur Canal, définitivement.

  15. Pierre Menès, jamais compris comment il est arrivé là ce mec, déjà je pouvais pas l'encadrer à 100% foot (émission sans intérêt qui lui allait comme un gant: "moi je pense que Pedros est nul", "tu connais la différence entre un ascenseur et une p&@e"… etcMais alors maintenant Môssieur parle de racisme anti gros non mais je rêve, en plus il s'attribue les bons résultats du CFC en termes d'audience, c'est hallucinant. Comment un mec peut-il avoir un melon pareil? Canal Plus a fait une grosse erreur de casting (pas de jeux de mots svp), quite à faire de la discrimination positive sur canal plus avec le reubeu sympa (d'ailleurs c'est Mouloud Achour qui a décroché récemment le Gérard du reubeu sympa de canal devant Ali Baddou, Kamel le magicien et Abdel le cuistot)mettez nous Guy Carlier, tout aussi aigri soit, mais qui peut quand même nous faire marrer. Pierre Menès c'est comme un mauvais critique de cinéma, on l'écoute mais on s'en fout, s'il avait eu du talent il aurait fait autre chose que critiquer comme disent les acteurs. De mon côté je suis tout à fait d'accord avec l'auteur des guignols, Menès a beaufisé le foot sur canal, maintenant on a l'impression de regarder TF1. L'idéal maintenant serait de créer une émission foot avec Thierry Roland, Franck Leboeuf et Pierre Menès, mais j'y pense il suffit qu'il retourne sur M6! Allez ciao Pierrot et puis pète un coup et arrête de tailler à tout va, t'es pas bon à ce jeu là, t'arriverais à te faire déglinguer par Brice de Nice. Tu veux faire du Guillon dans le foot mais ça tombe à plat vieux, allez courage et laisse un peu parler les techniciens on t'apprécieras peut-être plus.

  16. C'est quand même très facile de dire "Si vous m'aimez c'est que vous êtes raciste envers les gros". Je pense qu'il a une bonne culture foot, mais dans le CFC, on ne l'entend que faire des vannes ou enfoncer des portes ouvertes, aucune analyse poussée. Et quand un des consultants tente une analyse, il est coupé par une blague…J'aime pas le ton péremptoire qu'il utilise, comme si tous ses avis étaient définitifs. (par exemple, il y a un mois, il nous disait qu'il était sur que Puel allait être remplacé et que la décision était prise). Et personne ne le met en face de ses contradictions.Je ne supporte pas non plus sa haine envers les arbitres, qui est assez générale dans le foot français, on passe plus de temps à discuter des décisions arbitrales (en oubliant que c'est une histoire d'interprétation de l'arbitre et pas juste "Y'a faute/Y'a pas faute", et avec des consultants qui souvent ne connaissent même pas les lois du jeu).Bref, comme beaucoup, je regarde le CFC uniquement pour voir les résumés des matchs, ce n'est pas parce que les audiences sont bonnes, qu'il faut se satisfaire de son travail.Donc en conclusion, + de Denoueix, – de Ménès.

  17. Moi j'aime bien Pierre Ménez il me fait bien rire , a un franc parler et ne se cache pas derriere des sous entendus.

  18. Personnellement, si je regardes le CFC, c'est pour les résumés de foot (bien fait et plutôt court). Pas pour des discussions de PMU.Et ça te vient de la part d'un ancien gros, j'ai rien contre les gros je trouve même qu'on en voit pas assez à la télé. Par contre, des gros cons, même de 50 kilos, on en trouve à la pelle…

  19. Ce qui fait le succés du CFC, ce sont les images qui de match, grâce au contrat d'exclusivité entre Canal+ et la ligue1…les avis des différents chroniqueurs et invités on s'en tape, tout comme les différentes palettes à usage masturbatoire…Pierre Menes est accoudé à la table tel un poivreau sur un comptoir et sort ses plus mauvaises blagues qui ne font rire que 2 ou 3 beaufs qui se reconnaissent en lui…il a des connaissances très limitée en terme de jeu, en même temps il a du plus passer du temps sur un banc ou dans les tribunes plutot que sur le terrain!

  20. Franchement, mettre sur le compte du "racisme" une attaque LARGEMENT JUSTIFIÉE est la preuve que vous êtes un vrai "beauf".Et puis quoi encore ?Personne ne devrait vous critiquer parce que vous alimentez une masse adipeuse ?Pathétique !

  21. Les "beaufs" sont surtout ceux qui le regarde… Le CFC, émission phare et en claire sur C+ donc accesible au grand public, pas forcément connaisseur, joue sur le côté café du commerce avec la loudeur (au sens figuré) de Ménes. Cette émission n'est pas destinée à parler tactique, mais à donner ce que ces téléspectateurs attendent, du foot vulgarisé, de la blague à 2 balles, de la polémique pour rien (taper sur les arbitres). Pourquoi ne pas donner la parole à un mec comme Denoueix avec une vraie émission de foot???

  22. Plus fort que Pierre Ménès : Pierre Minus.A découvrir sur son blog.www.pierreminus.fr

  23. Pierre Menès, tu es un tocard…On te traite de beauf, tu nous sers que c'est parce qu'il est gros.Mais non pIerre, tu serais un GROS beauf si tu faisais 50kg en moins.Tes blagues ne sont pas drôles, tu n'as aucun esprit. On te dit impertinent parce que tu coupes à la parole aux gens et que tu es vulgaire.Mais ton analyse est nulle et pas du tout fine… (et non je ne dis pas ca car tu es gros!!)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>