Entretiens EPL Football Les News — 05 décembre 2010
Suite et fin de notre entretien avec Fabien Lévèque.
Le jeune journaliste sportif de la rédaction de France Télévisions occupe depuis trois ans le poste très convoité de commentateur vedette des matchs de foot du service public (coupe de la ligue, coupe de France, Coupe d’Angleterre, coupe du monde 2010…), en duo avec Xavier Gravelaine. Comment en est-il arrivé là si vite ? Comment vit-il cette ascension, lui qui a débuté à France Télé en 2003 ? Commenter la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud lui a-t-elle permis de franchir un cap ? Quels sont ses rêves, ses goûts, à quoi veut-il faire ressembler, Fabulous Foot, le blog qu’il anime sur le site de France télé ? Comment envisage-t-il son avenir ? Je lui ai demandé tout ça, et bien d’autres choses.

Interview amicale et détendue en exclu pour Pleine Lucarne que l’on vous proposera en 3 parties. Voici la 3e partie

Partie 1 : du rêve à la réalité, les débuts.
Partie 2 : « La coupe du monde m’a permis de franchir un cap »
Partie 3 : « je rêve d’animer un magazine foot »
- Tu te verrais ailleurs que sur le foot comme un Laurent Luyat ?

F.L - Non. Prenons le cas de Laurent Luyat. Lui est plutôt dans le rôle d’un présentateur, pas vraiment de commentateur. C’est son truc la présentation, c’est le meilleur d’entre nous dans la rédaction à ce niveau-là. Je trouve que ce n’est pas plus mal que je ne fasse que du foot, qu’il n’y ait pas de confusions, que les gens m’identifient comme le commentateur foot de France Télé. C’est l’image que je veux donner.

- Mais la présentation d’un magazine ça te plairait ?

F.L – Une émission de foot, oui, ça me plairait beaucoup. Chez nous, à France Télé, il n’y a pas forcément la place, déjà parce que nous n’avons pas énormément de droits à exploiter dans le domaine. Mais à l’avenir, oui, je pense que ce serait mon truc d’en présenter une.


- Tu alimentes aussi ton blog, Fabulous Foot sur le site de France télévision. C’est un blog qui représentes bien ce que tu es ? Ce que tu aimes ?

F.L - Cette idée de blog m’est venue avant de partir à la coupe du monde. Je m’en servais comme une sorte de carnet de route, j’y mettais pas mal de photos en ligne en fonction des déplacements sur les différents stades. Depuis la rentrée, j’y mets d’abord ce que j’aime voir dans le foot, c’est-à-dire des vidéos buts incroyables, « venus d’ailleurs » comme on dit, de belles actions, des faits de jeu qui sortent de l’ordinaire. Le foot, on a beau en parler, ça reste avant tout de l’image, des gestes, etc.. C’est en tout cas ce qui m’interpelle dans ce sport. Alors quand je trouve des images marquantes sur Internet, je les relaie sur le blog. Ensuite, j’y mets systématiquement le sommaire détaillé de la page foot de Stade 2, chaque semaine. Le compte rendu factuel, que l’on voit sur d’autres blogs, ne m’intéresse pas, et certains sites le font très bien.Il faut être différent.

- Tu y donnes aussi ton avis perso sur l’actu foot. Ce que tu ne fais pas à l’antenne par exemple.

F.L- Il est sûr qu’en ce qui concerne ce que j’écris et ce que je pense, j’ai plus de libertés pour le faire sur le blog qu’à l’antenne où, de toute façon, ce n’est pas le lieu pour le faire puisque je dois avant tout penser à commenter un match, pas de l’actu. Le blog me permet donc de donner mon avis sur ce qui me touche, au même titre que n’importe qui. Je peux me lâcher un tout petit plus. Je me fais plaisir et ça permet de donner quelque chose de différent de l’image que je peux avoir à l’antenne. Sur le plateau de Stade 2, par exemple, on n’a pas énormément de temps pour le faire.C’est pas du tout le même terrain d’expression. Et ce n’est pas parce que je suis hébergé sur le site de France Télé et que je représente France Télé, que je me mets des limites sur le blog. Je dis ce que j’ai envie de dire et pour le moment personne ne m’en a fait le reproche en interne.

- Tiens-tu compte des critiques que pourraient t’y faire les internautes ?

F.L – J’ai conscience de l’impact de ce que j’écris sur le blog.  Maintenant ça reste un point de vue personnel, c’est mon point de vue et je comprends fort bien qu’il ne peut pas plaire à tout le monde. Ce n’est pas pour ça que je vais en changer. C’est mon ressenti et puis c’est tout.

- Et les critiques sur ton métier de commentateurs, tu en tiens compte ?

F.L - Je suis attentif aux commentaires que les gens laissent sur le blog. Ils me servent même parfois à me rendre compte de certains petits défauts : parler trop vite parfois, etc… J’essaye d’en retenir certains. Mais je ne peux pas non plus tenir compte de tout ce qui traîne sur les forums et sur les sites, sinon je n’avancerais plus. Comme je te disais, il y aura toujours des gens qui aimeronnt mon style et d’autres non. C’est comme ça, et quoi qu’on en dise, je suis au début de ma carrière, je commence. J’essaye toujours de m’améliorer, je suis attentif à ce qu’on pense de mon travail mais, à partir de tout ça, c’est à moi de définir là où je me sens le mieux, le style qui me convient le mieux. Ensuite, je ne peux pas faire l’unanimité et personne ne la fait d’ailleurs.

- Après un match que tu as commenté, fais-tu un debrief, regardes-tu ta performance à froid ?
F.L - Oui, systématiquement je jette un oeil sur le match qu’on a fait. Le lendemain du match généralement. Je revois certains passages, là où j’ai eu l’impression de ne pas avoir été au top ou bien pour revoir les actions chaudes, les buts, histoire de voir comment j’ai fait vivre ces moments aux téléspectateurs. Je visionne aussi pour voir aussi si mon impression du moment, pendant le match, était la bonne car en direct tu n’as pas le temps d’analyser tout ça.

Et tu écoutes les commentaires de tes confrères ? Tu t’en inspires ?

F.L - Oui, je les écoute puisque, à vrai dire, je suis toujours branché sur Canal+ parce qu’Orange Sports, je ne l’ai pas. Et puis Denis Balbir, je sais ce qu’il fait puisqu’il était chez nous avant. Je regarde pas mal de foot à la maison. Mais j’ai plus un regard d’amateur, de passionné de foot, qu’un regard professionnel. Je profite du spectacle. Bien sûr, parfois, je compare un peu les commentaires, j’écoute c’est normal, déformation professionnelle. Mais en règle générale, quand je suis à la maison, j’essaye de décrocher.


Suaudeau

- J’imagine aussi que tu as un club de coeur ?
F.L – Le FC Nantes, bien sûr ! J’ai baigné dedans petit. J’ai vécu le titre avec Coco Suaudeau à l’époque où le tarif maison c’était 3-0. J’allais voir tous les matchs au stade. Ca me fait vraiment mal au coeur de les voir végéter en Ligue 2 même si actuellement le club repart sur des bases un peu plus saines. Nantes est mon club de coeur, celui qui m’a fait vibrer quand j’étais gamin.


- Est-il plus difficile de commenter un match du FC Nantes qu’un autre ?

F.L - Je n’ai eu l’occasion de le faire qu’une seule fois. C’était l’année dernière, en coupe de France, à Concarneau et ils en avaient pris 3 là-bas.J’ai eu un peu mal au coeur pour eux car ils étaient vraiment tombés très très bas. J’espère les commenter encore, pourquoi pas quand ils seront de retour au plus haut niveau, pourquoi pas en coupe d’Europe.

- Et en Ligue 1, un club te séduit particulièrement ?
F.L - Non,aucun. Le seul grand souvenir qui me reste d’un club français c’est la victoire de l’Olympique de Marseille en 93 en Ligue des Champions. je me souviens que lorsque Boli a marqué, je m’étais vraiment pincé pour y croire. Aujourd’hui, en Ligue 1, il n’y a pas une équipe qui me plaît plus qu’une autre. J’aime les équipes qui développent du beau jeu, donc pas de coup de coeur en Ligue 1

- J’imagine alors, en Europe, que le FC Barcelone te fait rêver ?

F.L - Oui ! Eux, ils sont dans une autre dimension, sur une autre planète. Ils développent un jeu absolument fantastique. C’est incroyable ! Tu as vu le match contre le Real Madrid (5-0) ? Dans mon canapé, je me disais « c’est pas possible de jouer comme ça », c’était le Real en face, pas une équipe de seconde zone ! C’était vraiment magique. Ca restera un des plus beaux matchs de foot que j’ai vu depuis des années et des années.

- Et le match, si tu ne devais en retenir qu’un, qui t’a le plus marqué en tant que commentateur ?

F.L - Sans hésitation, le quart de finale de la coupe du monde Brésil-Pays-Bas à Port Elizabeth. Pour toutes les raisons que je t’ai citées avant : première coupe du monde, match à suspense, etc… C’était un match fabuleux. Le scénario était idéal, le Brésil qui mène, se fait rattraper et perd. C’est mon plus beau souvenir pour l’instant et j’espère en avoir plein d’autres.C’est surtout à la coupe du monde que j’ai pris conscience que j’avais un métier de rêve, dans tout ces stades superbes, plus beaux les uns que les autres. Je ne laisserais ma place pour rien au monde.Je fais le plus beau métier du monde.

recueilli par Vincent Rousselet-Blanc
Le blog de Fabien Lévèque Fabulous Foot

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>