Football Les News — 09 septembre 2010


On attendait patiemment qu’Alex Bourouf, l’ingénieux instigateur du blog que je conseille à tous les amoureux du foot : OLD SCHOOL PANINI (cliquez là) nous fasse une petite rétro utilisable dans Pleine Lucarne. C’est chose faite avec la bio en images Panini de Rolland Courbis, le truculent consultant foot télé et radio (RMC sport). Je vous laisse découvrir le travail d’Alex sur le sujet et n’oubliez pas d’aller sur son site (qui figure sur mon blog dans mes favoris). Bonne lecture.


1ère Partie : Un solide défenseur.

A l’écouter aujourd’hui à la radio où il campe un véritable personnage de théâtre guignolesque usant de la métaphore et de son accent provençal, on pourrait oublier que Courbis a eu une grande carrière de footballeur derrière lui. COURBIS c’est plus de 400 matchs chez les pros, 3 titres de champions de France (un avec l’OM en tant que figurant et 2 avec Monaco) ainsi que 2 coupes de France (une avec l’OM et l’autre avec l’ASM).

Défenseur central vigoureux et efficace (dixit les éditions Panini de 1977), COURBIS fut international junior et espoirs mais ne connaitra jamais les honneurs d’une sélection chez les A. Il sera une fois convoqué mais n’entrera pas en jeu. 

A noter que déjà joueur, il trempait dans les magouilles, en 1973 il joue à Ajaccio (Athlétic Club) mais le club est relégué, Courbis décide de quitter la Corse et tente sa chance en Grèce, seulement à l’époque le pays est sous la dictature « des colonels » et seuls les gens ayant des origines grègues peuvent venir vivre en Grèce. Mais ça c’est pas un obstacle pour Rolland qui se trouve un aïeul grec au pied levé et peut signer à l’Olympiakos. 

COURBIS, en 1996 revient sur ce transfert :« Le chemin vers la Grèce n’a pas été évident. : Il y avait une loi stupide qui empêchait les joueurs étrangers de jouer en Grèce, sauf s’ils étaient d’origine grecque. Or, mon nom est d’origine grecque, mais sans que je puisse le prouver. J’ai fait remonter l’arbre généalogique jusqu’à l’arrière-arrière-grand-père, et y avait toujours pas de Grec. Alors, au gars qui cherchait, je lui ai dit: « Mettez-moi un tampon comme quoi vous avez trouvé un grand-père. Il me dit: « Ah mais, putain, quand même, vous exagérez. J’ai dit: « Qu’est-ce que ça change? Donc, un arrière-grand-père dans la région de Salonique, du nom d’Alexandre, a permis ma qualification. Il n’a jamais existé »
Ah les transferts de Rolland, son petit péché mignon comme on va le voir par la suite.

2nde Partie : Un entraineur omnibulé par les transferts

COURBIS finit sa carrière de joueur à Toulon, mais après avoir suivi une formation d’un an il retourne à Toulon et en devient le directeur sportif puis l’entraineur de l’équipe 1ère en 1987 suite au renvoi de son ami Christian DALGER. Pendant 3 saisons et demi il maintient Toulon en milieu de classement assurant sa mission de maintenir et pérenniser le club en division 1. En 1992 il dirige les Girondins de Bordeaux qui viennent juste de remonter en 1ère division. Il finit deux fois 4ème en 1993 et 1994 mais commence à multiplier les transferts alors que l’équipe tournait bien. Après une pige à Toulouse il revient aux Girondins, récents finaliste de la coupe de l’UEFA ,et  là c’est  la foire au troc en Gironde. 11 départs et 10 arrivées : 21 transferts en un seul été, COURBIS est chaud ! Si j’insiste sur les transferts c’est que les histoires de commissions autour de ces opérations vont couter cher à Rolland.
Outre les condamnations, cette habitude tenace le prive de succès. Car si COURBIS est reconnu pour ses qualités d’entraineur et manageriales, sa propension à vendre et acheter des joueurs l’empêche de construire un groupe homogène et COURBIS dans toute sa carrière d’entraineur n’aura qu’un titre de champion de D2.

 L’exemple le plus frappant est son expérience de l’OM, ou feu RLD à  ouvert grand les vannes de son portefeuille pour que Courbis ramène le titre l’année des 100 ans du club. Et Courbis construit un groupe de qualité en 1988-99, le club finit second en championnat et perd en finale de l’UEFA mais l’année suivante, COURBIS vend grand nombre de joueurs (dont le transfert de Laurent BLANC,qui lui sera reproché et qui lui coutera sa place). Courbis ira ensuite entrainé en Cors, en Arabie Saoudite et aussi en Russie, à l’autre bout du monde, à Vladikavkaz. Mais sa tentative d’échapper le plus loin des juges sera vaine. COURBIS de retour en France et entrainant Montpellier, sera interpellé un soir de match au Vélodrome (il le commentait pour RMC) et comparait devant les juges.


3ème Partie : Devant les juges

Long chapitre que celui-çi !
Le plus simple c’est de dresser la liste, non ? allez on commence :
1990 :  Rolland Courbis est impliqué dans l’affaire de la caisse noire du SC Toulon et passe trois mois de détention préventive avant d’être condamné à trois ans de prison avec sursis.

En 1994, il est relaxé dans le procès de détournement et complicité avec les croupiers du Casino de Cannes. Courbiset son épouse Marie-Louise RIZZOLI sont accusés d’avoir touches des gains qu’ils n’avaient pas misés. Faute de preuve mais surtout de témoins, le couple est relaxé mais la défense et les propos de Courbis devant le juge en disent long : « Quand tombe une erreur, je vais pas réclamer, a-t-il expliqué au tribunal. Si je vais au tabac acheter un billet de loterie qui se termine par 9, qu’on me donne un 8 et qu’il sort gagnant, moi, j’encaisse. Je vais pas déchirer le billet! Qu’est-ce que vous faites dans ce cas-là, monsieur le procureur? »

Le 29 mars 1996, il est grièvement blessé par balles à Hyères, alors qu’il se trouvait en compagnie de Dominique Rutily, président du FC Calvi, qui lui est tué.


En mars 2006, Procès des transferts de l’Olympique de Marseille.Il est condamné le 9 juin 2006 à deux ans de prison ferme dont 18 mois de prison avec sursis, 375 000 euros d’amende et cinq ans d’interdiction d’exercer une activité dans le milieu du football pour abus de bien sociaux, complicité d’abus de biens sociaux, faux et usage de faux et complicité de faux, au sujet des comptes de l’OM. Il doit effectuer en outre 18 mois supplémentaires pour révocation partielle du sursis pour des condamnations précédentes. Il fait immédiatement appel.

Le 17 octobre 2007, dans le procès en appel au sujet des comptes de l’OM, il est condamné à deux ans de prison ferme. Le 18 octobre, il se pourvoit en cassation. La longue saga juridique prend fin le mercredi 22 octobre 2008 : Rolland Courbis écope de 2 ans de prison ferme. Cependant il pourrait échapper à la prison. En effet, ayant déjà effectué une peine préventive de 3 mois de prison, il passe sous la barre des 24 mois et pourrait bénéficier de la loi contre la surpopulation carcérale.


Néanmoins, le 19 septembre 2009, il est interpellé au Stade Vélodrome lors du match Marseille – Montpellier, qu’il devait commenter, et mis en garde à vue, en vue d’une incarcération. Il est incarcéré aux Baumettes le 20 septembre. Courbis, à sa demande, est transféré, le 5 octobre, à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, près de Montpellier. Sur décision du juge d’application des peines du parquet de Montpellier,

Rolland Courbis est libéré avec sursis le 12 février 2010 et devra porter un bracelet électronique dans le cadre de l’aménagement des peines, il peut ainsi reprendre son poste de consultant sur RMC. Le 28 mai 2010, Rolland Courbis est autorisé par le juge d’application des peines à poser son bracelet. Il est donc définitivement libre, il peut donc couvrir la coupe du monde de football 2010 dans les studios parisiens de RMC et BFM TV.


Conclusion : Le mot de l
a fin pour Rolland


En 2007, il revient dans son livre « Pourquoi mentir ? » sur son époque où il entrainait Toulon : « On poussait le bouchon un peu loin dans la préparation, quand il s’agissait de compliquer la tâche de nos adversaires : vestiaire trop chauffé en été, eau froide dans les douches en hiver, pelouse mal tondue ou trop arrosée. Donner des ballons d’une autre marque pas tout neufs et pas très bien gonflés à l’échauffement, ça nous arrivait aussi. Ce n’est pas interdit par les règlements et ça fait partie du folklore sympathique, non ? »





Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>