Football Les News — 07 août 2010

Comme ce gamin dans la pub Canal pleurant toutes les larmes de son corps à la recherche de son ballon, moi aussi j’attends le retour de la Ligue 1 avec une impatience non dissimulée. Ni la victoire de l’Espagne, au jeu pourtant admirable de technicité, ni les prestations des stars fantômes du Mondial Sud Africain, encore moins le naufrage de Bleus à nous faire devenir rouge de honte et vert de rage, ni les matchs amicaux de préparation retransmis tout l’été sur Canal+Sport, n’ont étanché ma soif de foot. Et surtout pas celle de retrouver le PSG, mon PSG.
Alors, ce soir, j’irai reprendre la place que j’occupe à chaque rencontre depuis deux ans en tribune presse du parc des Princes. J’irai à nouveau m’assoir avec l’espoir chevillé au corps de retrouver une époque que seuls les plus de 40 ans peuvent connaître. 
Une époque qui débuta pour moi un fameux jour de janvier 1978. Hechter venait de se faire virer, les supporters du Parc grondaient et applaudissaient ce président qui avait permis au club, certes par des moyens illicites voire illégaux,  d’offrir du bonheur à Paris. J’étais dans le Kop Boulogne, je ne comprenais pas la situation, ne maîtrisais pas le contexte. Peu importait. J’avais les yeux rivés sur cette pelouse, sur ce stade bruyant, bruissant d’amour, de passion, de joie. Et pour me baptiser, un PSG-Olympique de Marseille, Clasico qui n’existait heureusement pas encore et qui n’aurait jamais dû exister tant il a véhiculé de haines préfabriquées. 
Ce premier match au Parc restera à toujours comme la première pierre d’une cathédrale d’émotions qui, depuis, m’ont fait passé de l’euphorie à la plus profonde tristesse. Mais sans jamais détruire ma passion
Ce jour-là, le PSG de Carlos Bianchi lamina l’Olympique de Marseille 5-1 dans une ambiance de fête. C’était l’époque où des gamins de 12 ans (comme moi cette année-là) pouvaient aller au Parc avec des potes du même âge, sans que leurs parents aient à préparer la liste des hôpitaux du 16e arrondissement et de Boulogne au cas où. 
C’était la belle époque, le début d’une fidélité sans failles pour ce club et ces joueurs dont je portais le maillot fièrement dans ma cour de récré au collège, puis au lycée. Et que je collectionne encore maintenant. Susic, Dahleb, Ginola, Rocheteau, Luis bien sûr, Doumé Baratelli, Bats, Lama, Les Brésiliens, Francis Borelli, un président passionné et habité par son job et son club, et tant d’autres.
Aujourd’hui, d’écouter les pseudos supporters qui crient au scandale parce qu’on ne veut plus les laisser s’entre-tuer, parce que l’on veut rouvrir cette enceinte magique aux jeunes et aux familles en créant mascotte et attractions, parce que l’on veut combattre le racisme, la violence ou tout simplement parce que la bière des gargotes est devenue sans alcool, me navre, m’horripile, me fait honte. Vous ne voulez plus vous abonner ? Personne ne vous retient ! Certes la perspective de voir disparaître vos magnifiques tifos, de ne plus entendre vos choeurs se renvoyant les chants d’Auteuil à Boulogne, renforceront ma nostalgie des grandes heures du parc et nuiront à l’ambiance, mais ne vous croyez pas éternels. D’autres prendront votre place, s’organiseront eux aussi pour rendre, je l’espère, le Parc festif, enfiévré, endiablé, respectueux des autres groupes de fidèles. N’ayez crainte, vos courses poursuites avec les CRS, vos bastons organisées ne manqueront à personne.
Alors oui, chaque saison je retourne au Parc avec d’immenses espoirs. Ceux de retrouver une équipe combattive, spectaculaire, capable de matchs qui forgent la passion de tout supporter (PSG-Nantes 5-3 en coupe de France, mais éliminé, PSG-Juventus 2-2 et le regretté N’Gom, PSG-Real Madrid 4-1, PSG-Nantes finale coupe de France, les PSG-St Etienne dans un Parc chaud bouillant chantant en Vert et en Bleu et Rouge, et des dizaines d’autres). 
C’était a la préhistoire du PSG. Mais comme pour tout, des cycles débutent, s’achèvent, puis recommencent.Cette année ? Pour célébrer les 40 ans du club. Ne rêvons pas…ou plutôt si, rêvons très fort !!!! Car Paris est..Magique !


Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>