Audiences Les News — 28 juillet 2010




Le Figaro.fr consacre un long article à l’athlétisme qui a su se plier aux exigences de la télévision pour devenir champion de l’audimat…

« À quoi reconnaît-on un sport télégénique ? Facile. À ses chiffres. L’an dernier, ceux des championnats du monde d’athlétisme, au stade olympique de Berlin, avaient répondu sans nuance. Une respectable moyenne de 3 millions de télé- spectateurs sur France 3, en début de soirée. Avec une pointe à 4,7 millions pendant le 200 m et la démonstration de force d’Usain Bolt (soit plus de 26 % de parts d’audience). À Barcelone, la finale du 100 m, ce soir, où Christophe Lemaitre sera habillé de la tunique du favori, pourrait, elle aussi, offrir un beau succès à l’Audimat.

L’athlétisme serait donc taillé au format géométrique du petit écran. Patrick Montel, la «voix» de la discipline sur France Télévisions , se veut catégorique : « Il est le sport télégénique par excellence. Un spectacle esthétique, doublé d’une dramaturgie, où la lutte d’homme à homme se termine par un podium, des médailles et un hymne national.» …

… »Mais, à la différence du football ou du tennis, la télévision a plié l’athlétisme à ses exigences. Elle en a conservé la matière première – les courses et les concours – mais en a changé l’aspect. Patrick Montel l’assure : «Aujourd’hui, le spectacle montré à l’écran n’a plus grand-chose à voir avec celui proposé dans le stade. Les temps morts ont été gommés. Et nous n’hésitons pas à passer les concours en différé, en les raccourcissant, pour ne pas interrompre les courses.»…

La suite en cliquant ici. 

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>