Football Les News — 07 juillet 2010


Dans le numéro des Inrockuptibles à paraître demain, jeudi, Willliam Gallas, l’ex-capitaine de l’équipe de France est le premier à vraiment s’épancher sur le fiasco des Bleus en Afrique du Sud. Et pour lui le sélectionneur est aussi responsable que les joueurs; Extraits choisis.


LE PROBLEME DE COMMUNICATION AVEC DOMENECH 

Il y a vraiment eu un problème de communication. Domenech n’était pas ouvert. Beaucoup de joueurs ne pouvaient pas parler avec lui. C’était mon cas. Il dit qu’il nous écoute, qu’il y a un dialogue, mais à la fin il prend toujours sa décision seul. Ce qu’on dit n’a aucun poids. Donc, au bout d’un moment, on ne parle plus. Moi, je ne parlais plus. J’écoutais, je faisais ce qu’il me disait.

LE PROBLEME TACTIQUE DES BLEUS

Après l’Euro 2008, on savait tous que ce 4-3-3, avec un seul attaquant en pointe, ne fonctionnait pas. Il fallait jouer avec deux atta- quants. Mais on n’a même pas essayé alors qu’on a eu du mal à se qualifier et que l’on a galéré très longtemps. Au bout d’un moment, il aurait fallu essayer autre chose.

LE BRASSARD DE CAPITAINE QUI LUI A ECHAPPE 

Le plus dur, c’est la façon dont ça s’est passé. Domenech ne m’a rien dit. Pendant l’Euro 2008, Thierry Henry était capitaine, j’étais vice-capitaine. Le coach venait nous voir quand il y avait un problème avec un joueur. Là, j’apprends par hasard avant le match contre le Costa Rica que le capitaine, c’est Evra. Je le constate en entrant dans le vestiaire : je m’assois et je vois le brassard. Le fanion du match est accroché sur son maillot.

SUR LE BOYCOTT DE L’ENTRAINEMENT 

L’idée de boycotter l’entrainement naît le dimanche matin, lors d’une réunion à laquelle assistent tous les joueurs. Franck Ribéry, qui revient de Téléfoot, arrive en retard. Tout le monde est d’accord pour boycotter l’entraînement. Les cadres n’ont pas du tout mis la pression. Nous voulions tous protester contre la décision prise par le coach et la Fédération. Surtout que le coach a expliqué que ce n’est pas l’insulte qui a provoqué l’exclusion mais le fait qu’il n’y ait pas eu de dialogue après… Alors que c’est lui qui l’a refusé !

SUR L’AMBIANCE DANS LE GROUPE 

Il y avait une très bonne ambiance. Certains jouaient aux dés, d’autres à la PlayStation. Certains joueurs ont plus d’affinités avec d’autres, ce qui est normal dans un groupe, mais il n’y avait pas de clans. La presse a raconté n’importe quoi, les informations n’étaient pas vérifiées. C’est pour ça que j’ai boycotté les journalistes ces trois
dernières années et pas seulement lors de cette Coupe du monde, comme je l’ai souvent entendu : j’ai lu trop de choses inventées.

SON AVENIR EN BLEU 

J’ai envie. J’ai toujours envie. Mais il n’y a que le terrain qui peut décider.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>