Football Les News — 06 juillet 2010



«Je suis très fier d’être là, aujourd’hui, au siège de la Fédération, en tant que sélectionneur de l’équipe de FrancePour moi, l’équipe de France, c’est le top du top. Elle a a toujours été un fil conducteur dans ma carrière. L’équipe de France est au-dessus de tout»


Sa nomination

«Joueur, j’y ai connu des moments pénibles mais aussi très forts. (…) Mon attachement à l’équipe de France n’est plus à démontrer, il est total. J’avais d’autres challenges à ma disposition mais celui de l’équipe de France l’a emporté. Les récents événements – difficiles – n’ont jamais remis ça en cause. (…) L’équipe de France nous dépasse, elle n’appartient à personne. Elle est à tout le monde, à vous (en s’adressant aux médias) comme à moi. (…) J’ai conscience de ce que réprésente l’équipe de France , des droits et des devoirs liés à ce maillot.J’ai l’impression d’aller à la guillotine. J’espère que ce climat va changer en équipe de France»

Son équipe de France

 «Rigueur, discipline et plaisir seront les maîtres mots. Il ne reste plus qu’à se mettre au boulot. J’ai beaucoup d’ambitions sportives pour cette équipe de France, et j’y croit. On a un beau challenge à relever, difficile, très difficile, mais je vais essayer de mener l’équipe de France.On a un beau mais très difficile challenge à relever. Je veux mettre en place une équipe qui subira le moins possible, qui imposera sa façon de jouer aux adversaires. Il faut viser juste et bien pour placer d’entrée l’équipe de France sur de bons rails, ceux du succès.« »

Laurent Blanc a affirmé qu’il sélectionnerait « les meilleurs à leur poste » même dans le cas de Ribéry et Evra. « Je ne suis pas le Père Fouettard. S’il y aura des sanctions ? Ce n’est pas à moi de le dire », a coupé court l’ancien champion de 1998. Laurent Blanc a assuré ne pas avoir choisi l’identité de son capitaine. S’il voudrait « s’appuyer sur un noyau de joueurs », « mais après ce qui s’est passé en Afrique du sud, ce ne sont même pas des pépins de melon », a noté le sélectionneur.

Relation avec les médias

«Je pense que le football doit s’ouvrir. Prenons l’exemple d’autres sports collectifs. Il faut faire un effort. On a toujours la phobie de travailler et de ne pas dévoiler certaine chose mais en terme de football, les tactiques, tout le monde les connait. Je ne veux pas que l’équipe vive repliée sur elle-même.»

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>