Les News — 23 juin 2010


Daniel Riolo, le journaliste, se lâche sur son blog d’Eurosport.
« Vous pouvez ranger le matériel. Voilà, c’était annoncé, la France n’a pas passé le premier tour. Depuis combien de temps en parlions-nous ? Je ne sais plus et peu importe. La FFF est nulle ? Rien de neuf. Le sélectionneur est incompétent ? Rien de neuf. Les joueurs ne sont pas ce qu’on pensait, en plus d’être, pour certains, des sales types indignes d’évoluer en Bleus ? On le savait aussi, mais c’était moins clair, enfin pas pour tout le monde. Et c’est ça qui aujourd’hui m’intéresse le plus. Tant qu’on entendra des gens du foot parler de gâchis, de joueurs mal gérés, le vrai combat sera perdu. Il y a en quelque sorte gâchis. Oui bien sûr, car on pouvait quand même faire mieux. Mais pas tant que ça. Je disais depuis pas mal de temps que la France aurait du mal à sortir du groupe. Mais en disant cela, je n’imaginais pas le cirque des joueurs, non je parlais juste de niveau. De jeu tout simplement. Mauvaise gestion, il y a eu aussi bien sûr, inutile de revenir dessus. Mais encore une fois, je ne suis pas certain qu’avec un autre coach, la France aurait forcément fait mieux. Elle aurait eu plus de chances de sortir de sa poule (un vrai jackpot quand on n’est pas tête de série), mais ne serait pas allée bien loin. Une présence en deuxième phase aurait même pu masquer les véritables problèmes de notre football. Et oui, ça paraît très simple à dire, mais l’ampleur de la catastrophe est peut-être le seul moyen pour qu’on se rende compte, enfin, des maux du foot français. Pour qu’on arrête de nous raconter que nos joueurs français sont les meilleurs, que notre formation est formidable, que les médias fassent de la force de vente plutôt que de l’analyse objective… Notre formation est mauvaise. En vrac, il faut : Oublier la primauté du physique sur la technique, changer les mentalités des entraîneurs (formés par une DTN longtemps dirigée par le monstre Ray), leur façon de voir le jeu. Changer la mentalité des joueurs dès la formation. Il sera difficile de se substituer à une éducation qui doit être effectuée par les parents et l’école, mais il faudra essayer quand même. Dans un entretien accordé à France Football cette saison, Deschamps parlait du devoir d’exigence. Il évoquait des joueurs qui à l’étranger devenaient dociles et jouaient aux caïds en L1 ! Alors regardons comment font les autres. Mais franchement je crois sans trop chercher que ça doit tourner autour de l’idée d’autorité. En conséquence, ne faisons plus de cadeau. Anelka, de par son casier bleu, n’aurait jamais dû revenir en EDF. Trop dur ? Mais il ne s’est jamais excusé, jamais une retenue ou des propos plus doux ! Benzema a pris le fameux coup de fusil de Ray, normal ! Ses déclarations sur les Bleus ajoutées à des comportements indignes lors de différents rassemblements ne peuvent être excusés. Oui, il faudra des gestes symboliques et forts comme l’exclusion de joueurs de renom comme Ribery qui lui aussi a trop longtemps insulté le maillot bleu. Changer oui, mais pour que ça change vraiment. Car contrairement à ce qu’on pense, le problème n’est pas récent. Au risque de vous surprendre, je crois même que cela dure depuis 10 ans. Depuis l’après Euro 2000. Je date de cet instant la fin d’un court mais bel âge d’or. Derrière, rien de bon ! Oh certes vous allez dire : « Et 2006 » ! Une sorte de miracle qui a tenu à la volonté, la détermination d’un joueur hors norme et de quelques lieutenants à son service. Une belle parenthèse qui a malheureusement encore caché la réalité. Le foot français s’est aussi spécialisé dans la complainte. Pour les clubs confrontés à la concurrence européenne, années après années, déboires après déboires, c’était la faute à « pas d’oseille ». Toujours une bonne excuse, mais jamais l’analyse du travail mal fait. On tape aujourd’hui sur la FFF, mais la LFP et le foot pro dans son ensemble, qui par souci de consensus, ont soutenu Ray et ses hommes, où sont-ils aujourd’hui ? En toute matière, la France est devenu un pays de consensus, le plus souvent mou. Dans cette boutique, on se sert les coudes, on fait semblant parfois et puis très vite on rentre dans le rang. Sortez des clous et aussitôt la sanction tombe : extrémiste, démago, facho ! On vous balance à la tronche que « Tout ce qui est excessif est insignifiant ! » Bien sûr. Citer Talleyrand, quelle honte. Encore faut-il savoir que ce mot est de lui. Une FFF remaniée de fonds en comble, des hommes et des idées neuves. Sans cela, Laurent Blanc ne sera qu’un gros pansement. Ce matin Sébastien Chabal s’est exprimé sur son site. Un beau texte, simple avec des mots justes. Quand il parle des Bleus, ça frise parfois le patriotisme, un gros mot dans le foot. Ce serait une bonne idée pourtant que les joueurs le lisent ou qu’on leur lise. En attendant, au revoir et pas merci… »

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>