Les News — 23 juin 2010


Invité sur RMC ce mercredi, le gardien remplaçant lors de la Coupe du monde 1998 a mis en accusation les instances fédérales qu’il juge comme responsable du fiasco de l’équipe de France lors de cette Coupe du monde. Selon Lionel Charbonnier, la politique en matière de formation dictée par la FFF n’était visiblement pas la plus adaptée : « En ce moment, le torchon brûle. Mais tout ceci était prévisible. Depuis 1998, j’avais prévenu que cela n’allait pas. D’ailleurs, je précise que je n’avais pas voulu m’engager avec Roger Lemerre (ancien sélectionneur de l’équipe de France, ndlr) dans la continuité de notre victoire en Coupe du monde 1998. Pourquoi ? Parce que tout simplement, je pensais que la politique mise en place n’était pas la bonne. A l’époque, je l’avais rencontré et lui avait dit : « Si on continue comme ça, on allait avoir une disette de titre jusqu’en 2010-2012 ! ». Mais lui était convaincu que les plus vieux et les joueurs les plus méritants devaient jouer. A l’inverse, moi j’estimais qu’on devait mettre des jeunes afin de faire perdurer le club France. Mais maintenant, on s’aperçoit que le Club France n’existe plus. Les jeunes n’ont plus de repères et ne savent plus se comporter. Il n’y a plus cette culture là. Ça s’est perdu Et si on est allé en finale lors de la Coupe du monde de 2006, c’est grâce au retour ses cadres. En plus, il faut remarquer que l’on ne gagne plus rien chez les jeunes. Y’a qu’à voir les Espagnols, ils se foutent de notre gueule ! La formation est au point mot. Le navire est complètement coulé. », a déclaré Lionel Charbonnier ce mercredi sur RMC.

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>