Les News — 28 juin 2010



Pour le Parisien / Parisien.fr, OLIVIER BEAUMONT ET HENRI VERNET ont recueilli l’avis de David Douillet sur le fiasco de l’équipe de France. Extraits.

Quel est votre sentiment sur ce fiasco? Je suis choqué. Je suis triste et j’ai honte. Quand Raymond Domenech n’a pas voulu serrer la main du sélectionneur sud-africain, je suis resté sur le flanc. Je me suis dit : Là, on va boire le vinaigre jusqu’au bout.

On a beaucoup entendu Roselyne Bachelot et Rama Yade sur les Bleus, sur le « clinquant » de leur hôtel ou encore sur ces « caïds immatures ». Ont-elles eu raison? Je trouve qu’elles ont parfois manqué de recul, avec des réactions trop passionnelles. Mais c’est parce qu’elles aiment le sport. Les interventions, lorsque les plaies sont ouvertes, sont toujours très difficiles. Or, pour régler ce genre de chose, il faut vraiment du recul et prendre de la hauteur.

Pour vous, Jean-Pierre Escalettes doit démissionner? Oui, c’est la première mesure à prendre pour apporter un signe fort et calmer les esprits. Cela n’a rien de personnel : Escalettes, c’est quelqu’un de bien. Il a donné toute sa vie au football. Mais là, il faut dire stop.

Certains Bleus ont-ils encore leur place en équipe de France? Pourquoi devrait-on les condamner à vie? Même si leur attitude a eu des conséquences lourdes pour l’image de la France. Dans le sport, il existe un principe essentiel, celui de savoir se remettre en question. S’ils le font, cela ne doit pas exclure un éventuel retour en équipe de France.

L’exclusion d’Anelka était-elle justifiée? Non, elle a été arbitraire et très mal réfléchie. Les instances du football ont dit : « Nous, cardinaux du football français, on décide d’abattre la guillotine! » Mais pourquoi le punir tout de suite? Il y avait mille autres façons de faire. Il aurait pu rester sur le banc et être sanctionné plus tard. Cela a gangrené le groupe, l’a tiré vers le bas.

Si vous aviez Raymond Domenech en face de vous, vous lui diriez quoi? Je lui parlerais d’avenir. Je lui conseillerais de ne pas rester seul et de s’appuyer sur son entourage. Il risque d’entrer dans un sas dépressif. On n’est pas Superman quand on vit des choses pareilles. Je lui conseillerais même de se faire aider, pourquoi pas par un psy. Là, on sent qu’il a perdu pied.


l’entretien complet sur : http://www.leparisien.fr/politique/douillet-bachelot-et-yade-ont-manque-de-recul-27-06-2010-979208.php

Share

About Author

Vincent Rousselet-Blanc

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>